A propos de la pornographie

J’ai eu à deux reprises cette semaine devant un film l’occasion de me demander si j’étais pas en train de devenir un vieux con pudibond (on n’exclura jamais totalement cette option…). La première fois en découvrant sur l’un de mes sites préférés quelques scènes du film shortbus. La deuxième fois en visionnant sur Canalplay le film Antichrist.

shortbus

antichrist

J’étais resté sur un modèle un peu rigide (ahah) qui décrétait que tout film affichant un sexe masculin en érection ou un acte sexuel non simulé rejoignait automatiquement la catégorie film pornographique. Wikipédia, qui y a donc consacré une catégorie (!), m’a appris que ce n’était plus le cas, soit.

Est-ce qu’on ne basculerait pas dans un excès inverse en se contentant d’une simple interdiction aux moins de 16 ans pour des films comme Shortbus et surtout Antichrist qui mélange sexe et violence de façon plus qu’explicite ? Le tout sous prétexte qu’entre deux scènes de cul, il y a une histoire. A se demander si Marc Dorcel n’a pas réussi à infilter la commission de censure.

En pensant aux gamins de 16 ans autour de moi (et à quelques adultes aussi d’ailleurs), j’ai très envie que quelque chose me dise que ces films là sont réservés aux plus de 16 ans particulièrement bien équilibrés. Sans tomber dans le système de ghettoisation stupide qui a emprisonné les films classés X dans les DVD puis dans le web (puis les mobiles auxquels tous les gamins ont accès avec une protection très limitée). Ni la fausse pudibonderie insupportable dont sont capables les américains en matière de sexe (moins de violence clairement).

Et maintenant, comment on fait ?

2 Replies to “A propos de la pornographie”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *