PRLand Eric Maillard
PRland par Eric Maillard header image 2

Bilan séries 2015

31 décembre 2015 · Séries · PAs de commentaires

En 2015, je n’ai pas abordé les séries comme les 10 années qui ont précédé. Par manque de temps ou de disponibilité, j’ai décidé de choisir plus, d’abandonner plus vite des nouveautés décevantes, de me laisser conseiller plus par le bouche oreille.

A l’arrivée, forcément, mon classement manque de surprise, il est court mais particulièrement jubilatoire côté nouveautés. En plein dans l’air du temps : des mini-séries ne dépassant pas 12 épisodes, pas mal de surnaturel, des inspirations très visibles qui font plaisir, des atmosphères globalement pesantes, des surprises permanentes comme j’aime.

J’ai vu peu de nouveautés mais je les ai toutes aimées (à une demi réserve près).

Sense8

En contradiction totale avec ce qui précède et le temps qui m’a manqué, j’ai regardé 2 fois les 12 épisodes de Sense8. Entre les 2, il y a eu le documentaire sur le tournage « Sense8 : la création du monde » qui révèle des secrets de tournage suffisamment intrigants pour donner envie de revivre l’expérience avec un oeil nouveau. Je confirme mon impression en cours de route : la mise en place souffre d’un épisode de trop, seule critique que je trouve à une série qui m’a littéralement transporté et subjugué. Un coup de coeur qui place cette création dans le Top 5 de mes séries préférées de tous les temps.

M. Robot 

Je pense que j’ai été envouté sur ce coup là. Entrer pendant 10 épisodes dans la tête d’un personnage aussi instable qu’autiste constitue une expérience qui ne laisse pas indemne. Le twist est attendu, mais citer le film auquel il fait immédiatement penser en dirait trop sur l’histoire. Le personnage central, Elliott, est sans doute la plus belle création de cette dernière décennie et je n’ai pu m’empêcher de penser que, si j’avais été acteur, c’est lui que j’aurais aimé interpréter.

UnREAL

Je n’attendais rien de cette série. Le pitch sur les coulisses d’un reality show m’a intéressé et je me suis laissé séduire dès les 10 premières minutes. J’y ai reconnu ce que je sais des dessous de ces programmes et j’avais envie du guilty pleasure d’une série un peu facile, au moins en apparence. Au final, j’ai aimé au point que ça m’a motivé pour écrire un billet sur le Plus de l’Obs. C’est dire. J’ai un truc pour les anti-héroïnes, c’est évident.

Wayward Pines

C’est le retour du maître du twist : l’auteur du 6ème sens créé une mini série qui se cherche parfois, qui déçoit un peu mais qui a l’atout de marquer suffisamment les esprits pour y faire repenser souvent. Son inspiration « Le prisonnier » et sa façon de faire disparaître des personnages centraux n’y est sans doute pas étrangère. J’aurais aimé que ça reste un unitaire, pas sûr de regarder la saison 2 qui a finalement été confirmée. Pourtant, je n’ai pas réussi à classer Wayward Pines parmi les déceptions de l’année, j’aurais regretté de ne pas l’avoir vu.

The Leftovers

Je sais, ce n’est pas une nouveauté. Je n’avais pas particulièrement aimé la saison 1 et j’ai donc décidé de regarder (sous la pression de tous ceux qui parlaient de chef d’oeuvre) comme une nouvelle série. Aidé par le choix d’une nouvelle dynamique, de nouveaux personnages, un nouvel endroit. Au final, la saison 2 de The Leftovers est une pépite, un moment de grâce exigeant, douloureux, pessimiste. Une allégorie qui pose des questions pretextes auxquelles on n’attend pas de réponse, le créateur de Lost a réussi cet exploit. La réalisation au plus près des visages capte les regards d’acteurs habités. Si on considère que la saison 1 n’a pas existé, The Leftovers est la série qui entre tout simplement en tête du classement de mes séries favorites, devant Six Feet Under et Breaking Bad.

Il y a encore pas mal de série que je n’ai pas pris le temps de regarder. Celles que tout le monde semble aimer : Better Call Saul (trop peur de la déception d’après « Breaking Bad »), Jessica Jones, Daredevil, American Crime, Master of None, Limitless… Il y a aussi Quantico, The honorable woman, Vicious, Zoo, Blindpost que je ne prendrai probablement pas le temps de regarder alors que je sens un vrai potentiel.

Il y a aussi les séries que tout le monde aime et pas moi. Je pense en particulier à Empire que j’ai essayé 2 fois et qui m’a définitivement ennuyé.

Parmi les retours, je continue à ne pas lâcher Arrow en saison 4 et Scandal en saison 5. Et je mets une mention spéciale à How to get away with murder dont j’ai adoré la saison 2 alors que je m’attendais à une déception majeure.

Et enfin, le départ que je regrette cette année est celui de Downton Abbey dont je suis en train de déguster tranquillement la dernière saison jusqu’au final qui vient d’être diffusé à Noël.

0 commentaire ↓

  • There are no comments yet...Kick things off by filling out the form below.

Laisser un commmentaire