La bataille des boissons

Je dois avoir la tête de quelqu’un qui a soif. Ou peut-être les industriels envisage-t-il un été caniculaire. Ou encore, le marché du drink a besoin d’un sérieux coup de fouet pour bousculer les leaders indéboulonnables du marché. En tout cas, depuis 1 mois, les sollicitations ont été nombreuses pour tester des boissons.

Fin mars, c’est au POPUP BAR, lieu éphemère rue du Renard spécialement habillé pour l’occasion, que j’ai pu gouter Vitamin Water qui arrive en France uniquement soutenue par des actions de promotion auprès des trend setters. Eau enrichie en vitamines et minéraux, Vitamin Water est déclinée en 6 parfums dont agrumes, citron, fruits rouges et Pomme-framboise. J’avoue avoir plutôt goûté la version cocktail alcoolisé qui fonctionne plutôt bien. Une petite société se cache derrière cet energy drink de nouvelle génération : Coca-Cola ! Merci Luc pour l’invitation.

vitamin-water1

Début avril, deux nouveautés toujours dans la catégorie Energy Drink me sont envoyés pour test par l’importateur Sirius Group basé à Monaco. La première s’appelle Suso et se bat sur le terrain du “100% jus de fruit sans additif” avec 3 parfums, citron, orange et fruits rouges proposés en canette.  La boisson pétillante lancée en angleterre en janvier 2008 débarque en France après un succès annoncé en angleterre auprès des 15-25 ans. Je dois être trop en dehors de la cible, le goût sucré de la boisson ne me séduit pas vraiment.

suso

La deuxième s’appelle Active O2, boisson à base d’eau enrichie en oxygène, agréable au goût, elle joue sur les études cliniques qui démontrent les effets d’une eau enrichie en oxygène sur le corps humain lors d’un effort : réduction de la fréquence cardique et de la concentration en lactate dans le sang. La bouteille est un vrai plus produit.

active-o2

La semaine dernière, c’est accompagné d’un coussin que j’ai reçu une nouvelle génération de boisson frappée : Dizzy qui se présente pétillante, rafraîchissante et lactée sous la marque Yop de Yoplait. Je veux bien croire en l’expérience sensorielle inédite promise : une boisson lactée pétillante, c’est osé, peut-être un peu trop. Mais j’aime l’univers marketing créé, psyché et décalé, ainsi que la bouteille décapsulable. Existe en deux parfums : fruits exotiques et agrumes.

dizzy

En matière de BRSA (Boisson Rafraichissante Sans Alcool), quitte à assumer un désespérant classissisme, j’avoue garder une préférence pour le bon vieux Coca-Light et pour la bouteille de Perrier qui trônait déjà dans le frigo de mes parents. Et même si elle a été produite au sein de mon agence, j’en profite pour partager la dernière campagne Perrier qui m’annonce l’été dont je rêve.

Business et Media sociaux : le point de vue de Forrester et moi

Je relisais hier une présentation que j’avais faite avec Loic Le Meur en août 2005 sur ce qu’on appelait dans mon agence d’alors les “media personnels”. Il y était beaucoup question de blogs mais on y parlait aussi largement du phénomène “trop peu scruté” des forums, de l’explosion des podcasts, de la révolution des flux RSS. On expliquait que les gens prenaient les rênes, court-circuitaient les filtres marketing. On disait aussi à un public de Directions Générales et Directions Marketing de grands groupes que leur environnement changeait vite et qu’ils allaient dans les deux ans faire évoluer drastiquement leur façon de considérer le mix media, impliquer les consommateurs et clients, mesurer le succès d’une campagne sur Internet et probablement, comme l’avait annoncé Business Week 3 mois plus tôt, modifier en profondeur leurs business…

business-week

Loïc et moi, on se trompait. Peu importe que ce soit sur le nom de la révolution qui ne s’appelerait ni “blogs” ni “media personnels” mais “media sociaux”, sur l’explosion très survalorisée des podcasts ou sur le manque d’anticipation du phénomène de micro-blogging. Avec autrement plus de dommages, 4 ans plus tard, force est de constater que les investissements des entreprises ont ridiculement peu évolué face à un bouleversement dont tout un marché a depuis appris à découvrir les subtilités et l’incroyable force de frappe.

Par un presque concours de circonstance, il se trouve qu’en août 2005, je lançais aussi mon blog qui allait bouleverser plus que ma vie professionnelle et je commençais à travailler pour Forrester…

Continue reading “Business et Media sociaux : le point de vue de Forrester et moi”

Nos cousins québécois face aux RP 2.0

Ils ont un problème incroyable du côté du Québec. Je vous le fais en 3 charts puisque c’est le week-end.

Du côté des agences, tout le monde a bien repéré l’opportunité gigantesque pour les marques que constituent les médias sociaux.

rp-20-mo

Mais du côté des clients, on s’interroge d’abord sur la pertinence, les risques et la dimension hype avant de relever l’opportunité.

rp-20-clients

Au final, les dépenses restent principalement traditionnelles.

rp-20

Cette étude a été menée entre le 10 et le 15 novembre 2008 par la chair de Relations Publiques et de communication marketing de l’UQAM en collaboration avec la SQPRP et CASACOM. Elle est intégrée dans une présentation sur les RP 2.0 qui récapitule l’approche communément admise en matière de médias sociaux.

On est bien d’accord, Québec et France : même combat, unissons nos forces !

Une couv sur les réseaux sociaux dans Stratégies en 2010 ?

Puisque j’ai eu l’occasion de le dire clairement à la rédaction à plusieurs reprises, je me permets de signaler ici que lorsque Stratégies réalise en juillet 2008 un papier sur les blogs, l’hebdo des professionnels du marketing et de la com ne fait juste pas son boulot. Parce qu’on est plusieurs à faire de la pédagogie dans les entreprises depuis plusieurs années, on sait ce qu’un papier de ce type provoque : un retour en arrière. Et il serait temps que notre presse professionnelle montre la voie plutôt que d’en suivre une qui n’apporte pas grand chose.

Pour échanger régulièrement avec mes camarades de jeu, je crois qu’il y a quelques consensus dans nos approches didactiques de l’expression sur le net en mode 2.0. Il ne me semble qu’aucun d’entre-nous ne parlons de “veille passive”, on est tous d’accord sur l’erreur qui consiste à cibler des espaces de discussion pour leur audience/trafic et surtout, réfléchir le sujet par le prisme des blogs exclusivement a peu de sens pour aujourd’hui et le futur. Les réseaux sociaux ne constituent-ils pas un point d’entrée un brin plus ambitieux ?

Je serais assez mal placé pour juger dans l’article les citations de ces mêmes camarades, me reconnaissant assez peu dans celles qui me sont attribuées. Je ne pense en particulier pas que la rémunération des blogs structure la blogosphère. Mieux, je m’en moque. Ce qui m’intéresse, ce sont les multiples espaces de discussions, la diversité des profils, l’étendue des sujets traités, les signaux faibles qui, mis bout à bout, s’agrègent en signaux forts que les marques ont encore le choix de ne pas écouter (elles ne s’en privent pas) mais qui leur apporteraient une valeur ajoutée sans comparaison dans leur démarche de communication.

Mais le dossier Stratégies a le mérite de me nous faire profiter de la citation la plus pertinente et utile pour faire évoluer des annonceurs dans leur démarche lue depuis longtemps. Elle est celle de Fred Cavazza qui collabore dorénavant au blog d’une agence concurrente, dont j’ai eu du mal à suivre la relation “je t’aime moi non plus” avec Second Life mais dont la position historique sur les médias sociaux donne toute sa force à sa posture : “J’ai décidé de sortir du classement Wikio car je ne suis pas dans une logique d’éditeur et donc de course à l’audience. Mon blog me sert uniquement pour m’exprimer sur mon quotidien professionnel. Il met en avant mon expertise. Pour moi, plus de trafic signifie plus de pollution. Etre dans ce classement m’apporte plus de désagréments que d’avantages, à commencer par le flot incessant de sollicitations émanant d’agences de RP“.

Pas mieux.

Rien à voir mais quand même : si quelqu’un a compris le mode de fonctionnement qui continue à faire progresser dans ses classements le blog que je ne mets plus à jour depuis des mois, ça m’intéresse…

Leçon de communication

Imaginons la problématique : comment faire entendre sa voix et reprendre la main face une communication “adverse” qui vous met en position de faiblesse ? En l’occurrence, quand on est de Carolis Président de France Télévisions, comment faire face au Président de la France Sarkozy ?

Imaginons la réponse : se positionner en tant que CHEF D’ENTREPRISE, garant de la bonne gouvernance et de l’indépendance, qui n’hésite pas à s’exposer personnellement et en frontal pour défendre l’intérêt de ses troupes et de son entreprise. Et le faire dans l’un des rendez-vous politique de référence dans les médias, sur RTL.

Bien sûr ça passe par des sous-entendus appuyés sur un talent que Sarkozy pense avoir mais n’a pas, sur une défiance assez claire de la tentative d’ingérence de l’actionnaire et au final par une prise de risque personnelle gigantesque.

Je ne sais pas si c’est de la communication, mais c’est au minimum une bonne leçon. Même Apathie n’en revient pas.

Mesure de l’impact des RP : interroger vs écouter

Le lancement le 27 mars dernier par l’agence de RP concurrente et néanmoins amie Hopscotch d’une offre en partenariat avec l’IFOP pour “mesurer l’impact des campagnes d’information sur leurs publics finaux” me donne l’occasion d’écrire sur un sujet que je n’ai pas traité depuis très très longtemps malgré le titre de ce blog : les RP ! Tant qu’à y revenir, autant le faire avec panache en montant sur le ring avec gants de boxe…

PR 1.0 VS PR 2.0

Continue reading “Mesure de l’impact des RP : interroger vs écouter”

En direct du MIPTV

Arrivé à Cannes hier, j’ai été bluffé par la taille qu’a dorénavant acquise le MIPTV que je n’avais pas revu depuis quelques années. En courant partout d’un stand en construction à l’autre, d’un Palais des Festival à la zone maritime dédiée à la presse, j’ai pu noter deux ou trois éléments saillants :

  • La rencontre des marques et des producteurs

Ce n’est pas un hasard si le groupe pour lequel je travaille est partenaire officiel pour la deuxième année consécutive : les agences de com sont annoncées, attendues, espérées même pour orchestrer la rencontre entre la production de contenu initiée par les marques et les grandes sociétés de production. Le tour du salon offert aux “nouveaux arrivants” dimanche après-midi invitait à la rencontre, la journée de mardi sera consacrée au sujet, de nombreux signaux forts (couverture de magazine, concours et affichage) indiquent l’ancrage du Branded Content. Pour consulter les différents points de vue tout au long du salon, la web tv est ici.

Ogilvy @ MIPTV 2008

  • Le village du développement durable

Pour une journée au moins, il s’est déplacé du Jardin des Plantes au Palais des Festivals avec un lundi très vert.

Climate Action MIPTVMIPTV Green Program

  • Les producteurs investissent

Ce n’est pas nouveau, c’est le moment ou jamais, mais j’ai quand même été bluffé par le stand d’Universal et l’omni présence d’Endemol qui anime les rue (avec des installateurs de stand top model suedois notamment), occupe un espace gigantesque dans le salon et annonce d’autres surprises cette semaine.

Endemol faux déménageursEndemol mini

L’événement de la soirée est quand même resté une rencontre avec des blogueurs du sud très en forme, on se retrouve du coup peut-être ce soir (je serai près du Carlton si on me cherche…).

ACT Responsible

Parmi les découvertes du Village du Développement Durable (ouvert jusqu’à demain soir au jardin des plantes), une organisation à but non lucratif initiée par AdForum : ACT Responsible.

Act Responsible

La vocation d’Advertising Community Together est de promouvoir la communication responsable et équitable. Le site offre ainsi l’une des plus belles compilations de créations internationales. J’y ai même découvert des réalisations de mon groupe que je ne connaissais pas. Une très belle initiative, pas assez connue malgré les multiples expositions -bientôt pendant les Lions de Cannes, qui mérite soutien et donne envie de se mobiliser, pour éviter toute tentation de Green Washing.

Sida et signaux forts

Act Up Journée Mondiale de Lutte COntre le Sida

Hier, samedi 1er décembre 2007 : journée mondiale de lutte contre le sida. Pour ne citer qu’un seul chiffre, le sida, c’est 6800 nouvelles contaminations par jour dans le monde. L’action la plus visible aura sans doute été celle d’Act Up qui a encore démontré son savoir faire en s'”attaquant” aux selles de Velib toute de rose vêtues. Bien sûr, bien d’autres actions se sont déroulées partout en France et à Paris. Mais ce qui l’aura emporté cette année, c’est sans doute l’absence de mobilisation médiatique et surtout politique. Alors que nos décideurs ont compris mieux que jamais qu’en matière de communication, tout est toujours question de signaux forts, on ne peut pas vraiment parler de mise en pratique sur le sujet : pas de prise de parole, pas d’engagement, pas de campagne. Un oubli, un désintérêt ou un calcul politique? Il suffit de regarder l’autre côté de la Manche pour comprendre ce qu’engagement veut dire : la campagne d’information et de collecte “HIV : let’s get talking” y est soutenue par l’intervention du Premier Ministre Gordon Brown himself. Tous les outils de sensibilisation y sont déployés plutôt intelligemment comme on l’a déjà vu en France… dans le passé.
Support World AIDS Day

C’est en faisant le tour de mes blogs préférés ce matin que j’ai noté l’absence quasi totale d’intérêt pour le sujet, notamment par les plus jeunes. Sans doute une question de génération. Ou de parcours personnel. Le mien a été jalonné de signaux forts, et je ne parle plus de communication. Peut-être le rejet du sujet me touche-t-il plus que d’autres pour cette raison ?

Continue reading “Sida et signaux forts”

Le métier marcom de demain ?

Community_manager C’est la question d’un journaliste à laquelle j’ai du répondre ce matin : "si vous deviez orienter un étudiant qui souhaite faire du marketing ou de la communication, quel métier lui conseilleriez-vous". J’ai la conviction, sans doute un peu teintée de mon activité RP, que le futur réside dans la capacité à gérer les communautés d’individus. Qu’on l’appelle Community Manager ou administrateur de communautés, celui qui sait maîtriser les relations avec des personnes au sein de groupes d’intérêts, liés par affinités dans des réseaux sociaux, a un bel avenir devant lui. C’est évident à court terme mais de façon plus prospective, je ne le lis finalement nulle part de façon analytique. Pour aller un peu vite, on peut dire qu’on savait gérer des influencers (RP), des individus (marketing relationnel), des masses d’individus (publicité), des consommateurs (activation commerciale ex-trade marketing), des clients acquis (fidélisation et communication éditoriale) mais l’avènement des réseaux sociaux impose un nouveau métier. Vite et de façon un peu désorganisée. Ca me semble légitime dans l’environnement des RP, ce sont les profils que je recherche aujourd’hui.