Séries US suite

Pour mettre à jour ma note sur le succès des séries aux US, 15 des 20 meilleures audiences de la télé américaines entre le 31 octobre et le 6 novembre sont des séries, 11 sont déjà diffusées sur les chaînes françaises : CSI – Crime Scene Investigation (Les experts), Desperate Housewives, Without a trace (FBI : Portés disparus), Grey’s Anatomy, NCIS (NCIS : enquêtes spéciales qui connait auttant de succès en France avec la même discrétion qu’aux US), Cold Case, CSI New-York (Les Experts : Manhattan à partir de demain sur TF1), Law&Order : SVU (New York Unité Spéciale), ER (Urgences), Law&Order : Criminel Intent (New York Section Criminelle) et CSI : Miami (Les experts Miami).

Parmi les nouveautés qui fonctionnent bien et qu’on attend donc en France, Criminal Minds qui met en scène une équipe de profilers arrive en 10ème position des audiences. Grey’s Anatomy, lancé en mars 2005 sur ABC avec un succès immédiat, est annoncé prochainement sur TF1. Commander in Chief, avec Geena Davis, semble d’un patriotisme tellement grossier que l’accès au marché européen n’est pas un gagné. House série médical diffusée depuis novembre 04 sur Fox dont la deuxième saison marche bien et devrait arriver très vite.

Lost n’apparaît pas cette semaine dans le classement mais continue à cartonner : la série n’était tout simplement pas diffusée cette semaine là. A noter le succès de Extreme makeover : home edition sur ABC qu’on n’attend pas vraiment avec imptience en France…

MAJ 14/11/05 : et hop, M6 me contredit immédiatement, Commander in Chief arrive bientôt sur nos écrans.

Sauter le requin ?

Quel est le point commun entre les événements télévisuels suivants ? :

  • Pamela découvrant Bobby sous la douche alors qu’elle vient de le rêver mort dans Dallas
  • La mort de plusieurs personnages principaux de Dynastie après une fusillade lors d’un mariage en Moldavie
  • La première nuit de Sydney et Vaughn dans Alias
  • La mort de Tara dans Buffy
  • La mort de Doyle dans Angel
  • La mort de Prue (Shannen Doherty) dans Charmed
  • Le départ de Doug Ross (George Clooney) dans Urgences
  • Le jour où Homer devient vraiment stupide dans Les Simpsons
  • L’histoire entre Grace et leo dans Will and Grace
  • Le film X Files…

Ils correspondent tous à des moments clés dans l’histoire d’une série, ce que les américains appellent un Climax et ce qu’un étudiant a appelé jumptheshark. Vous pouvez voter pour l’événement inoubliable de votre série favorite (répertoriée de A à Z – les titres sont évidemment en VO, par exemple ER pour Urgences). Attention cependant, si vous vous baladez sur les séries qui ont de retard de diffusion en France, vous risquez de tomber sur un spoiler (révélation d’un événement qui n’a pas encore été diffusé en France). Au fait pourquoi "sauter le requin" ?? En référence à un moment inoubliable de la série Happy Days, lorsque Fonzie en ski nautique saute par dessus l’aileron d’un requin. Le site contient pour les initiés quelques running jokes, par exemple autour de Ted McGinley, considéré comme un provocateur de jumptheshark puisque son arrivée dans de multiples séries a entraîné leur baisse de succès (Happy Days, Dynastie, The Practice, The West Wing…)

Merci au passage à Philippe pour l’info sur le site que je ne connaissais pas (c’est malin maintenant je passe mes journées à voter)…

Rescue me jeudi soir

Rescue_me_1Une série événement à ne pas rater débarque jeudi soir sur Jimmy à raison de 2 épisodes par semaine en version multilingue (les joies du câble…). En prime pour les 2 premiers épisodes de la première saison qui en compte seulement 13, un documentaire de 10 minutes sur la série qui s’intéresse à une équipe de pompiers new-yorkais confrontés à l’après 11septembre. Comme d’habitude avec les bonnes séries américaines, le propos y est plus ambitieux et dérangeant que la plupart des productions cinématographiques et le format réussit encore à innover. Pour un avant-goût, ruez-vous sur les vidéos du site officiel de la Fox (diffuseur US depuis juin 2004) et calez vos magnétoscopes (ou jonglez des multi diffusions pour profiter à la fois de Desperate Housewives et Rescue Me).

La série oubliée

Serenity_2 Parmi toutes les séries américaines qui déferlent sur nos écrans, on retient souvent les plus trendy dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici ou , ou celles qui présentent un intérêt très limité mais dont la popularité a participé à la réputation médiocre de la catégorie (je pense à ça ou ça par exemple). On cite rarement des séries qui ont été sous-estimées de façon injuste, ignorées des cérémonies de recompenses. Je pense par exemple aux séries de Josh Whedon dont la prochaine production, Serenity, L’ultime rébellion, débarque sur nos écrans (au cinéma) le 19 octobre. Parmi les productions télévisuelles de ce fan de Shakespeare un peu déjanté, une série qui aura été considérée injustement pendant 7 ans comme un vague sitcom pour ado : Buffy contre les vampires (OK, quelque chose me dit que je vais entendre parler de ça au moins autant que de ma note sur Marie Laforêt : pas grave, j’assume !).

Buffy_1 Si la première saison déclinait effectivement sur un ton léger type BD un concept qui semblait voué à trouver très vite ses limites (une jeune fille dotée de super pouvoir débite du vampire à longueur d’épisode en balançant des vannes acides pour faire marrer sa bande de potes surnommée le ScoobyGang), les choses ont changé dès le début de la fin de la première saison. Le bascule s’est notamment joué avec l’un des plus grands retournements de situation qu’une série nous ait offert : l’amoureux secret et néanmoins ténébreux de la blondinette se révèle faire partie de la grande famille des vampires que la belle avait pris jusque là tant de plaisir à faire voler en poussière (Angel a une âme mais quand même).

A partir de ce moment, Joss Whedon n’aura eu de cesse que de construire une mythologie qui repose sur une alliance entre une thématique forte par saison et des situations politiquement incorrects qui font de Buffy une héroïne pour adulte. Parmi les thèmes explorés, on peut retenir celui de la saison 6 qui déclinait la dépendance sous toutes ses formes : à l’amour, à l’amitié, au mal ou même à la sorcellerie qui permettait un parallèle clair avec l’addiction aux drogues dures (manque, descente, sevrage…). Pour ce qui est du politiquement incorrect, Whedon aura fait de l’une de ses héroïnes une lesbienne tellement amoureuse qu’elle sera prête à tuer quand elle la perdra, de Buffy une esclave du sexe prête à tout pour s’abandonner à des ébats torrides avec un vampire pourtant viscéralement méchant, d’Angel une ignoble bête cruelle en lui retirant son âme, de ses personnages secondaires des anti-héros totallement allumés et pervers (Drusilla ou Spike). Qu’on me dise encore que Buffy s’adresse au 13-18… Au passage, Whedon offrira à Buffy un destin tragique, marqué par une mort bouleversante avant de revenir à jamais meurtrie de son passage par l’au-delà (encore une fois pour des raisons inattendues).

Non content de construire une solide mythologie digne des séries cultes et de scotcher sur leurs fauteuils tous les ados peu habitués à se faire bousculer par leur série préférée, le génie de Whedon a montré tout son potentiel en créant des épisodes qui a eux seuls valent le détour. Il suffit de revoir l’épisode intégralement traité en comédie musicale ou celui, quasiment muet, revisitant l’univers de Tim Burton, pour s’en convaincre.

A ce stade, n’ayant plus peur de rien, je dirais que parmi les séries qui ont réussi à surpasser le génie de "Buffy the Vampire Slayer", au moins ponctuellement, il y a sans doute l’autre série phare de Whedon : Angel, dont certains épisodes sont de vrais morceaux d’anthologie, même si les saisons ont souffert d’une qualité inégale. J’y reviendrai.

Le succès des séries aux US

Nielsen_2

Le classement des 10 programmes de primetime les plus regardés aux Etats-Unis la semaine dernière, publié par Nielsenmedia, révèle une certaine stabilité. Bonnes nouvelles : les séries de qualité trustent les sept premières places et presque toutes sont d’ores et déjà visibles en France. (attention, les liens ci-dessous contiennent des spoilers, c’est à dire des révélations sur ce qui n’a pas encore été diffusé en France, ne cliquez sur les vidéos que si vous aimez lire la dernière page d’un livre avant de le débuter…).

CSI : Crime Scene investigation (Les Experts sur TF1) gardent la pôle position avec plus de 29 millions de téléspectateurs mais est talonné de près par Desperate Housewives (Canal Plus). Lost (TF1) confirme son succès en deuxième saison en révélant enfin ce qui se cache sous la trappe. La 4ème place revient à Criminal Minds, une série vraiment bien faite (dans la veine des Experts en plus flippant) qui s’intéresse à l’unité d’analyse des comportements du FBI (résumé de l’épisode en image ici). CSI : Miami, la version Miami des Experts (TF1) prouve que le spin off d’une série phare peut fonctionner et Grey’s Anatomy entame également sa deuxième saison avec succès (l’univers de l’hopital sous un angle assez différent d’Urgences, toujours pas en vue en France ?). Enfin, c’est New York Unité Spéciale (TF1) qui prend la 7ème place. A noter quand même que Les Experts New York, Joey (suite de Friends), Alias, Urgence et quelques autres qu’on aime bien n’apparaissent pas dans le classement.

Le carton Desperate Housewives

1,2 millions de téléspectateurs, sur Canal + un jeudi soir en crypté, c’est autant que les matchs de foot les plus attendus et d’autant plus exceptionnel que la série est multidiffusée. L’audience est restée stable toute la soirée, alors qu’on relève habituellement une érosion de l’audience à chaque nouvel épisode (3 diffusés à la suite ce soir là). Bref, un bon carton, je le savais !

Desperate Housewives à ne pas rater

La série arrive sur Canal en septembre et encore une fois, les américains réussissent à innover en renouvelant le genre Soap Opéra avec un ton décalé de comédie pimentée qui s’intéresse à la décénnie jusque là largement ignorée des quarantenaires. Les fans de soap s’y retrouvent (Marcia Cross de Melrose Place et Nicolette Sheridan de Côte Ouest se frottent les mains d’avoir entammé leur lifting à la première ride venue), les hommes et les femmes sont tous gatés (actrices sexys, acteurs qui oublient régulièrement de mettre leur t shirt), les puristes sont comblés (2 golden globes : meilleur comédie et meilleure actrice de comédie pour Teri Hatcher – ex Lois & Clarcke et des tonnes de nominations aux Emmy Awards 2005). Le pilote est très bon parce qu’inattendu, la suite tient le niveau malgré une baisse de régime en milieu de saison. Tous à vos décodeurs le 6 septembre, en prime time (oui même canal se met à diffuser les séries en prime).

Pour ceux qui ne peuvent vraiment pas attendre, les vidéos en preview sont .

Desperate_housewives_5    

 

Bilan de mon année télé 2005-2006

Pas tous les jours facile d’assumer une sévère addiction aux séries TV américaines quand on vit à Paris. Alors que le télespectateur normalement constitué en est à découvrir Lost en s’envoyant tranquillement 3 épisodes le samedi soir sur TF1 pendant tout l’été, mon angoisse du moment est de réussir à tenir nerveusement à l’attente de la saison 2 devant les trailers (bandes annonces) et teasers disponibles sur le site de ABC et sur le site secret (mode d’emploi). Si on me demande mon avis sur les meilleures séries du moment, je parle de Deseperate Housewives (en septembre sur Canal), Veronica Mars, Boston Legal ou Battlestar Galactica devant un public hagard : pas forcément facile de briller avec ça en société, heureusement qu’on me demande finalement rarement mon avis sur le sujet…

Outre les séries précitées, à noter dans ma saison télé à moi une saison 4 d’Alias enfin redevenue digne du nom, Scrubs toujours au sommet, la deuxième et dernière saison (!) de Dead Like Me absolument jubilatoire, une cinquième saison de Six feet under (en cours de diffusion) toujours aussi intelligente. Evidemment, la conjonction du câble, du satellite et surtout d’internet permettent de profiter, en temps réel et, bonheur suprême, en VO, du meilleur de la télé US.

J’aurai l’occasion de revenir en détail sur ces séries et sur toutes celles qui n’ont pas tenu leurs promesses (24 saison 2,3,4?, Joey…) ou qui m’ont laissé indécis (Arrested Development pour ne citer qu’elle).