Chronique d’une semaine rock’n roll presque ordinaire

Sans rire, les semaines sont denses, heureusement que je ne dors plus que 3 heures par nuit (?). Mais en cette semaine de Cesars, j’ai réussi à compresser tout ce qui m’entoure.

Les journées se ressemblent, calées entre 8h30 et 19h30 avec de moins en moins de minutes pour respirer (et pour fumer du coup aussi, c’est la bonne nouvelle). A part que mon expression fétiche du moment est “à la serpe” et que même le moindre déjeuner devient une réunion de travail productive, je ne vois pas ce que je peux en raconter ici. Sauf peut-être la dimension parfois Rock’n roll qui va se nicher jusque dans le hall d’accueil de mon bureau.

accueil_ogilvy

Lundi soir, j’ai rédigé avec plus de peine que d’habitude un billet sur les Oscars que j’avais passé la nuit précédente à regarder (ceci explique sans doute celà). J’ai terminé la soirée sur ma lancée à lire l’intégralité des billet de Nathalie Kosciusko-Morizet en essayant de comprendre la démarche de la secrétaire d’état dans sa relation très fermée au web : emprisonnée dans Facebook (le nombre très limité de commentaires s’en ressent), jouant l’interaction sur le vieux modèle de petits groupes d'”élus” dans une rencontre blogueurs qui suscite au moins autant de jalousie que d’enthousiasme, elle semble démontrer par la preuve la limite de son discours pourtant souvent percutant. Les contenus comptent bien sûr, mais l’ouverture des échanges qui l’accompagnent soit les “tuyaux” ou “les modes d’interaction avec les gens” comptent au moins autant. On attend toujours l’entrée dans la conversation mais dans tous les cas ça va être passionnant. Je m’inscris donc au groupe.

Mardi soir, avec le recul, je ne sais plus si je m’amuse ou si je prépare ma reconversion. J’avais donné pour le fun un rendez-vous sur Twitter à tous mes “followers” pour commenter ensemble le premier épisode de la Nouvelle Star cru 2009. Chacun aura noté que l’événement de la soirée n’était pas un match de foot, une soirée de geeks ni même un plantage de gmail, c’était bien l’émission de M6. Je me suis pris au jeu au point d’y prendre un plaisir communautaire, et de penser finalement que je ferais bien “animateur de micro blogging” quand je serai grand.

temps

Mercredi soir, j’ai répondu à l’invitation d’Arnaud et je pars donc à la découverte du Snack de Cath’ (plus communément appelé le cinéma du Panthéon, toujours décoré par Catherine Deneuve, je le revisiterai en été pour sa terrasse) et de Zescreen “le premier site qui s’adresse à l’ensemble des intervenants du marché de l’audiovisuel”. Disponible en béta depuis novembre 2008, la plateforme sortie de l’incubateur de projet d’Orange Labs l’Explocentre compte déjà 2000 inscrits. J’y repère pas mal de choses intéressantes pour certains de mes clients et j’y bois des coupes avec mes cops Mathilde et Eric mais aussi Vincent, Mry (qui faisait partie du jury à l’occasion d’une remise de prix) et toute la bande des Résidents que je retrouverai le lendemain.

Jeudi soir, direction le WAG pour un lissage de cheveux concocté par Philips à l’occasion de la présentation de son nouveau produit pour homme. Quelques journalistes et blogueurs se mélangent au staff de la marque, je suis content de retrouver quelques têtes qui me manquent et de faire un peu plus que croiser Cyril, Romain, Damien, les H2 ou encore le revenant Victor. Il me faudrait quelques bloucles supplémentaires aux cheveux pour profiter complètement de la séance de lissage administrée par une charmante maquilleuse qui est “venue pour rendre service”. Bizarrement, pas de trace de Naël alors que ce produit est fait pour lui.

Vendredi soir, c’est en format plus traditionnel et moins “twitter addict” qu’on constate avec un ami à quel point les Césars, c’est sympa mais ça reste très très loin du talent de showrunner servi par les anglo-saxons (australiens compris). De Caunes est parfait, Julie Ferrier fait un numéro incroyable (mené un cran trop loin pendant le discours du vainqueur), Florence Foresti est comme à son habitude absolument excellente, Elie Semoun réussit son coup risqué, Carole Bouquet ose une fausse pub gonflée en marchande de poisson vantant les mérites de Pilodent… Les américains dans la salle semblent vivre le spectacle intensémment alors que les remerciements s’éternisent. Côté lauréat, Seraphine est trop primé, Le premier jour du reste de ta vie pas assez à mon goût et je suis super content de César d’Elsa Zylberstein et amusé de ses hésitations avant d’embrasser le présentateur de la soirée, ex-homme de sa vie pas comme les autres.

Le rituel de chaque après-soirée est le même : infos et lecture de la presse sur lekiosque.fr, le tout avec un oeil sur le Grand Journal de Canal et l’autre sur Twitter, un épisode de série (je continue Lost et DHW, j’attaque la dernière saison de 24 qui est bien..), quasiment chaque soir un billet réparti entre ce blog et lepost et je fini par la lecture de quelques pages du dernier Djian reçu des editions Gallimard. J’ai du mal à caser dans tout ça la lecture des blogs dans mon netvibes qui explose, twitter me sert dorénavant de guide unique. J’ai du mal à caser pas mal d’autre choses que je réserve donc au week-end exclusivement. J’y retourne là.

4 Replies to “Chronique d’une semaine rock’n roll presque ordinaire”

  1. Miss Blablabla > Non et c’est même pas elle la proprio, t’imagine la déception ! Mais elle décore super bien en revanche…

  2. Et moi qui me disait que ca serait cool qu’on se croise, je sens qu’on va avoir du mal :/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *