Edward aux mains d’argent : magique !

C’était loin d’être gagné d’avance. Un ballet qui se mesure à l’œuvre de mon cinéaste préféré Tim Burton, malgré les bonnes critiques : je redoutais l’ennui. J’ai été en littéralement emporté par la magie d’un spectacle incroyablement inventif et rythmé, porté par la création d’un Matthew Bourne qui mérite définitivement sa réputation. La musique inoubliable de Danny Elfman joue d’autant mieux son rôle qu’elle est jouée par un vrai orchestre, ce qui change des mauvaises bande-son des comédies musicales telles qu’elles sont proposées en France.

Edward aux mains d’argent est inratable, au Châtelet jusqu’au 2 novembre (au milieu d’une tournée mondiale).

Recréer l’univers onirique de Tim Burton -et de ce film là en particulier- dans un théâtre, le pari me semblait absolument impossible. Il est relevé haut la main grâce à la mise en scène époustouflante, au talent des danseurs et en particulier à l’interprète d’Edward, aux costumes et aux décors et la mythique musique. Bourne ajoute une dimension adulte avec quelques clins d’oeil absents du film de Burton, on retiendra le  doigt d’argent d’honneur pour l’humour et la machine à laver pour le sexe.

Je n’avais rien vu de Matthew Bourne mais beaucoup entendu parler d’adaptation modernisée du lac des cygnes, quelque chose me dit que je ne raterai plus aucune de ses prochaines créations à Paris.

Merci à Naël pour l’invitation et à Anne-Laure pour l’idée originale qui m’a valu une excellente soirée.

10 Replies to “Edward aux mains d’argent : magique !”

  1. Comme dans le film, sur scène, l’opposition entre la noirceur gothique de l’univers d’Edward et la banlieue “cosy” fonctionne à merveille, et on a vite compris que l’horreur n’est pas là où on l’attend.

  2. Bah ouai. Mais en tant que fan du film, j’en attendais en effet énormément. Et j’avais tellement été touché par Swan Lake, alors que là, malgré un potentiel dingue, je trouve qu’on effleure seulement l’émotion qui se dégage du film.

    La métaphore de la neige aussi qui a été complètement zappé est troublante. Et la plus belle scène normalement, celle de la sculpture en glace n’a pas fonctionné je pense. On voit sur les vidéos que la neige doit alors sortir de la statue à mesure qu’il la sculpte, et que la fille danse alors dans cette neige. Je pense qu’il y a eu un petit problème technique…

    :mrgreen:

  3. gusgonca > tu l’as vu à Paris ou ailleurs ?
    Matoo> je n’ai pas la comparaison avec Swan Lake que je regrette de ne pas avoir vu mais je pense que ça impacte ton point de vue.

  4. Eric > comme c’est original, nous avons le même titre 🙂
    @Matoo > effectivement il y avait qq ratés mais ca ne m’a jamais gêné moi

  5. Pingback: MatooBlog »
  6. Pour avoir vu Swan Lake et Edward, et pour avoir adoré les deux, ce n’est pas comparable. Les 2 sont magnifiques pour des raisons différentes. L’adaptation est magnifique, on y retrouve toujours l’esprit sans le plagiat. Poétique et rigolo à souhait. Les danseurs techniquement très bon et donnant vraiment l’impression de s’éclater, à fond dans l’histoire.
    Swan Lake m’a rendu addicted à Matthew Bourne, Edward confirme.

  7. Si c’est international, ça veut dire qu’en France ça passe qu’à Paris? =/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *