Goom Radio, le futur de la radio qui fait trembler NRJ

J’étais invité hier soir par Laurent Guyot au VIP Room à l’occasion du lancement d’Obispo RadiO, la nouvelle radio du bouquet numérique européen. L’occasion parfaite de s’intéresser de plus près au phénomène Goom Radio qui vient de lever 9 millions d’Euros après avoir suscité un intérêt tout à fait nerveux d’NRJ, ancien employeur des deux fondateurs Roberto Ciurleo et Emmanuel Jayr.

Ca nécessite une petite concentration pour rentrer dans le format (il m’a fallu deux bonnes heures pour faire le tour de l’offre et des possibilités) mais ça vaut le coup de faire l’effort.

Lancée en octobre, Goom Radio c’était au départ la promesse d’un bouquet de radios thématiques en HD associé à la dimension sociale qui permet à chacun de créer sa propre radio. Le tout habillé dans un univers sonore Goom Radio avec des animateurs maison tels que Christophe Beaugrand, impliqué dès le lancement, et rythmé de news musicales.

Le nombre de radios thématiques est passé de 15 à 17 avec chacune un positionnement spécifique reposant sur un style de musique, une cible, un thème ou un artiste : Just Hit (Best of music), Rock your life (pop rock), Explicit content (Hip hop programmateur Booba), In the club (clubbing), Candy Station (la radio officielle de Madonna), Têtu Radio (Gay friendly), Allo ciné (pour les fans de radio et de ciné), Musique fraîche (révélateur d’artistes), VIP Radio (100% hit), Crazy R&B, Pop corn (la radio des teens), Urban mix (street music), Urban legend (hip hop), The Qype radio (the essence of music) et FFBDE (la radio étudiante) en plus de la nouvelle radio d’Obispo. On y voit donc facilement se dessiner de nouveaux business models permettant aux marques d’associer le son à leur offre (Allocine et Têtu) ou à des artistes de pousser leurs labels et des artistes qu’ils on intérêt à soutenir, y compris eux-même.

Il suffit d’une inscription -rapide- pour créer sa propre radio, constituer sa playlist et écouter celle des autres. Très proche dans le principe de ce que permet de faire Deezer, mais de façon moins intuitive (je suis toujours pas sûr d’avoir bien compris la manière la plus simple d’intégrer les titres dans sa playlist).

La différenciation porte donc sur les programmes propriétaires créés par Goom Radio et par une avancée collaborative avec les professionnels de l’industrie musicale et les annonceurs qui laisse une chance à la gratuité que ne pourront bientôt plus se permettre les webradios.

Roberto Ciurleo explique chaque fois qu’il en a l’occasion qu’on va bientôt assister à la fin de la FM et que le succès de la radio numérique sera du même ordre que le triomphe de la TNT qui a surpris les plus grands acteurs de la télé et réussi à faire vaciller TF1. Il y a encore du boulot au niveau de l’ergonomie (besoin d’un architecte de l’information je pense) et la dimension réseau social est loin d’être aboutie  mais on n’en est qu’à la V2 et c’est à coup sûr une révolution qui se met en place. Le concept peut se décliner à l’infini, les marketeurs que nous sommes ont plein d’idées à proposer à leurs clients, en particulier en France où un retard considérable a été pris dans la dimension musicale des créations pour les marques. A suivre de près donc.

6 Replies to “Goom Radio, le futur de la radio qui fait trembler NRJ”

  1. suis inscrit depuis longtemps mais pas encore eu le temps de rentrer dedans..
    va falloir que j’y retourne

  2. content de t’y avoir vu Eric 🙂

    Ca faisait un moment qu’on ne s’était pas croisé !

    Au plaisir 🙂

  3. En parlant de Deezer, tu m’as motivé pour aller y faire un tour. J’avais même un blog à une certaines époque ou je voulais faire “une B.O. des moments de la vie”, mais pas assez de temps our maintenir le projet.
    Bref, tout ça pour dire que le site plante et que j’ai pas réussi a m’inscrire :s

  4. Zpat > Si c’est sur Goom que ça aplanté, j’ai eu aussi un souci pour valider mes infos mais au final ça a marché pour moi, j’ai reçu un email d’inscription.

  5. Et puis, nous avons aussi, Radionomy (http://www.radionomy.com/fr) et Aktif Groupe (http://aktif.me/) pour la création de webradio. C’est pas mal non plus, mais à voir les conditions, suivant chacun des sites. Perso, j’ai pris Aktif pour une chose simple, j’ai réussi à les joindre pour mon projet. Impossible d’avoir un contact téléphonique pour radionomy, et dur dur d’avoir quelqu’un. Voilà le pourquoi de mon choix.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *