Guilty pleasure

Depuis que je suis accro aux séries télé, parmi l’abondance de l’offre, j’ai l’habitude de faire des choix basés sur l’exigence. En premier lieu, une histoire forte composée d’épisodes unitaires, d’arcs narratifs évoluant sur plusieurs semaines et de fils conducteurs par saison. Ensuite, dans le désordre, la qualité de la réalisation, la puissance des dialogues, la complexité des personnages que seule une série peut creuser sur plusieurs heures, la perfection du casting…

Et puis, il y a toujours eu une catégorie à part. Une catégorie composée de séries pleines de défauts évidents, une incohérence généralisée, des dialogues inégaux… Tout est en place pour que je les laisse rapidement de côté. Et pourtant, je suis capable de leur rester fidèle pendant près d’une décennie. Parce que je me suis attaché aux personnages dont le destin m’importe ou par la simple force de l’habitude réconfortante. Elles constituent mes “guilty pleasures”, que j’assume toujours très publiquement, quitte à perdre le peu de hype qu’il me reste.

La dernière entrée dans la catégorie en cette rentrée télé 2012 risque cependant de créer la surprise. Arrow en a sous le pied plus que prévu.

Buffy contre les vampires est sans doute le premier digne représentant de la catégorie.

A la même époque, le Caméléon m’a tenu en haleine malgré la baisse permanente de qualité au fil des saisons.

Je dois être un des rares garçons à ne pas avoir raté un seul épisode de Desperate Housewives.

Mais chaque saison, je trouve une nouvelle série dont je sais qu’elle deviendra un nouveau Guilty pleasure.  L’année dernière, c’était Revenge.

Cette année, j’ai compris très vite qu’Arrow allait devenir la nouvelle série compliquée à défendre dans les dîners en ville : un super héros, des effets spéciaux vite fait, un casting super joli à regarder mais pas forcément Actors Studio, sans doute des incohérences dans tous les sens à venir, une chaîne qui s’y connait en Guilty Pleasure (CW). Et pourtant, après 5 épisodes, il faut se rendre à l’évidence : Arrow pourrait bien créer la surprise en créant une mythologie qui n’a pas tant que ça à rougir de Lost (oui, j’ai bien dit Lost).

Le verdict pourra réellement tomber à la fin de la saison mais en attendant, c’est un réel plaisir de découvrir les méandres d’une histoire pas si monolithique qu’on aurait pu le craindre. La série bénéficie d’ailleurs d’excellentes critiques avec la belle note de 72/100 chez Metacritique, il manquerait plus qu’elle soit nommée aux prochains Emmys et je me verrais contraint de la sortir de ma catégorie fétiche.

2 Replies to “Guilty pleasure”

  1. Bon ok l’acteur est vraiment très joli garçon, mais en dehors de cela je trouve qu’Arrow a pas mal de qualités. C’est déjà beaucoup mieux que des séries lancées à grands renforts de promo qui n’ont pas duré comme “Terra Nova” ou “The Event”. Mais c’est vrai qu’il y a quelques éléments un peu bancals dans Arrow donc il faut voir de quel côté la balance va pencher ces prochains épisodes (j’ai un peu peur avec les flash-backs sur l’initiation du super héros…).

    Mais le plus beau mec de tous les temps actuellement dans une série pour moi c’est Nick Burkhardt (David Giuntoli) dans Grimm !!! Awwwww !! Je ne regarde la série que pour m’en pâmer. :mrgreen:

  2. On est donc d’accord Matoo sur Arrow. je ne connais pas ce Nick mais je te fais confiance 😆

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *