It’s more than I can bear

Il y a eu Charlie le 7 janvier 2015 puis le Bataclan le 13 novembre 2015. Avec des impacts à quelques dizaines mètres de chez moi. Et quelques proches directement percutés.

Depuis début 2015, il y a eu Tunis, Sanaa au Yemen, Karachi au Pakistan, Ankara, l’Airbus Russe en Egypte, Beyrouth, San Bernadino, le coeur d’Istanbul, Bruxelles, Orlando, l’aéroport d’Istanbul.

On sort de l’Euro et la menace d’attentat qui était dans toutes les têtes, en tout cas la mienne, pendant 1 mois.

Avec à chaque fois la même résignation : “il va falloir s’habituer à vivre avec ça, ce risque permanent. Ne pas s’arrêter de vivre, juste s’habituer”.

Ce soir, il y a Nice. Un 18 tonnes dans la foule. Les témoins utilisent des mots déjà tellement entendus : un cauchemar, un carnage, scène de guerre, état de choc, sentiment apocalyptique… Des numéros d’information pour avoir des nouvelles des proches, des #PortesOuvertes sur Twitter, le “Safety Check” de Facebook. Sachant mes amis en sécurité, je vais me coucher en me demandant “seulement” combien de morts de plus que les 77 déjà annoncés seront affichés à mon réveil. Les chaines et radios d’infos vont tourner en boucle, je ne réussirai pas à en décrocher.

Ce soir il y a Nice. En fait, je vais me coucher en sachant que je ne pourrai pas dormir. Je sais aussi ce qui tournera dans ma tête : “combien de temps je vais réussir à gérer ça ?”

Je mesure l’indécence de parler de son état lorsqu’on est comme moi épargné, qu’on n’a même pas été témoins directs de ces moments d’horreur. Mais je sais aussi ne pas être le seul à me sentir transpercé, dévasté et un peu perdu. Je suis … On est …

En novembre, une psychologue m’avait expliqué la capacité de résilience du cerveau humain. Comment une distanciation émotionnel / rationnel s’opère comme un mécanisme d’auto-défense lorsque le choc émotionnel est trop fort pour être géré.

J’ai aussi réussi à ne jamais m’exprimer publiquement sous le coup de l’émotion, forcément mauvaise conseillère. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’égocentrer un choc qui traverse des millions de personnes.

Ce soir est donc une première brèche dans ma ligne de conduite, peut-être une aide à mon mécanisme de protection par la distanciation défaillant. Mais je ne veux pas oublier cette émotion. Je veux réussir à réagir “comme il faut”. Trouver la bonne action, le bon comportement.

J’espère y arriver.

3 Replies to “It’s more than I can bear”

  1. Il n’y a pas de ligne de conduite appropriée. Chacun réagit comme il le peut… Tu n’as pas à te sentir coupable d’exprimer ce que nous ressentons tous.
    J’espère moi aussi y arriver.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *