La semaine du key learning

Ca faisait longtemps que je n’avais pas participé à un long séminaire international, travaillé à un tel rythme ininterrompu pendant 4 jours, autant échangé, construit, débattu… Le tout avec plus de 300 managers et professionnels de la communication en provenance de tous les continents. Evidemment, c’est compliqué d’en dire plus ici mais ça bouge vite, ça fourmille d’idées, ça sort des sentiers battus, tout comme j’aime. Pendant que de son côté, Istanbul avait à peine noté notre présence.

istanbul

Je peux juste partager l’un de mes key learnings puisque plus lié au format qu’au contenu en lui-même. Une idée simple sur le papier, qui aurait pu tomber dans l’exercice de style démagogique inutile et s’est imposé comme le moment d’émotion le plus fort qu’il m’ait été donné de vivre au sein d’une entreprise.

L’idée était de faire participer quelques représentants de la jeune génération à un événement réservé aux plus “séniors” de l’agence. Une dizaine de planneurs, créatifs, consultants ont été sélectionnés sur la base d’un concours invitant à rédiger un point de vue. L’ensemble des textes proposés par les “élus” a été remis à chaque participant dès le premier jour. Affublés ensuite d’une mission d'”assistants observateurs” pendant les workshops, on aurait pu craindre la gadgetisation de leur mission.

Leur confier la dernière intervention de la dernière séance plénière s’est révélée être une idée plus progressiste qu’il n’y paraît. En s’appropriant le futur de cette agence qu’ils ont rejointe depuis moins de 2 ans, ils ont réussi avec une diversité épatante à mettre en relief et justifier 4 jours de dures labeurs. En donnant finalement beaucoup plus de sens qu’aucun plus de 35 ans n’aurait pu le faire. Avec humour, gravité, décalage et émotion, ils ont livré leur bilan personnel, toujours projeté vers le futur, avec quelques claques au passage à ceux qui pensaient qu’ils détenaient toutes les clés. Et en rappelant en creux que c’était de leur côté qu’il fallait chercher ces “digital natives” qui avaient été au coeur de pas mal de discussions.

A la fin de la 13ème et dernière intervention, j’ai osé jeter un oeil du côté de mon voisin australien qui avait la gorge aussi serrée que moi. Son signe de la main signifiant speachless a balayé en 1 seconde l’impression un peu désagréable de me faire cueillir pour un rien.  Un sentiment définitivement écarté alors que les 300 managers debout réservaient la plus belle ovation de toute la session à une jeune génération dont le bon sens a fait l’effet d’une claque et d’une caresse mélangées.

Si les enseignements ont été nombreux, celui-ci aura l’avantage d’impacter très directement la construction des séminaires et conférences pour mon équipe et mes clients.

6 Replies to “La semaine du key learning”

  1. Attention, ce qui va suivre est un commentaire à haute valeur ajoutée…

    Les jeunes, c’est bien.

    #javaisprévenu

  2. C’est quoi exactement la date de péremption du jeune ? Non, juste pour savoir pendant combien de temps on peut se considérer comme tel (oui j’ai failli avoir mon premier cheveu blanc avant hier quand même) #reflet

  3. En te lisant, j’étais dubitative et envieuse… je pense que ce n’est pas demain la veille que mon job me procurera une émotion (sur le fond tout au moins, parce que sur la forme j’ai été émue par la beauté de Chicago, le contraste entre la majesté de la mosquée Hassan II et la pauvreté et la saleté ailleurs à Casablanca, les décollages à Miami, l’ambiance délétère post attentat à Conakry, etc.).
    L’émotion est ailleurs quoi… et dans les livres…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *