La série oubliée

Serenity_2 Parmi toutes les séries américaines qui déferlent sur nos écrans, on retient souvent les plus trendy dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici ou , ou celles qui présentent un intérêt très limité mais dont la popularité a participé à la réputation médiocre de la catégorie (je pense à ça ou ça par exemple). On cite rarement des séries qui ont été sous-estimées de façon injuste, ignorées des cérémonies de recompenses. Je pense par exemple aux séries de Josh Whedon dont la prochaine production, Serenity, L’ultime rébellion, débarque sur nos écrans (au cinéma) le 19 octobre. Parmi les productions télévisuelles de ce fan de Shakespeare un peu déjanté, une série qui aura été considérée injustement pendant 7 ans comme un vague sitcom pour ado : Buffy contre les vampires (OK, quelque chose me dit que je vais entendre parler de ça au moins autant que de ma note sur Marie Laforêt : pas grave, j’assume !).

Buffy_1 Si la première saison déclinait effectivement sur un ton léger type BD un concept qui semblait voué à trouver très vite ses limites (une jeune fille dotée de super pouvoir débite du vampire à longueur d’épisode en balançant des vannes acides pour faire marrer sa bande de potes surnommée le ScoobyGang), les choses ont changé dès le début de la fin de la première saison. Le bascule s’est notamment joué avec l’un des plus grands retournements de situation qu’une série nous ait offert : l’amoureux secret et néanmoins ténébreux de la blondinette se révèle faire partie de la grande famille des vampires que la belle avait pris jusque là tant de plaisir à faire voler en poussière (Angel a une âme mais quand même).

A partir de ce moment, Joss Whedon n’aura eu de cesse que de construire une mythologie qui repose sur une alliance entre une thématique forte par saison et des situations politiquement incorrects qui font de Buffy une héroïne pour adulte. Parmi les thèmes explorés, on peut retenir celui de la saison 6 qui déclinait la dépendance sous toutes ses formes : à l’amour, à l’amitié, au mal ou même à la sorcellerie qui permettait un parallèle clair avec l’addiction aux drogues dures (manque, descente, sevrage…). Pour ce qui est du politiquement incorrect, Whedon aura fait de l’une de ses héroïnes une lesbienne tellement amoureuse qu’elle sera prête à tuer quand elle la perdra, de Buffy une esclave du sexe prête à tout pour s’abandonner à des ébats torrides avec un vampire pourtant viscéralement méchant, d’Angel une ignoble bête cruelle en lui retirant son âme, de ses personnages secondaires des anti-héros totallement allumés et pervers (Drusilla ou Spike). Qu’on me dise encore que Buffy s’adresse au 13-18… Au passage, Whedon offrira à Buffy un destin tragique, marqué par une mort bouleversante avant de revenir à jamais meurtrie de son passage par l’au-delà (encore une fois pour des raisons inattendues).

Non content de construire une solide mythologie digne des séries cultes et de scotcher sur leurs fauteuils tous les ados peu habitués à se faire bousculer par leur série préférée, le génie de Whedon a montré tout son potentiel en créant des épisodes qui a eux seuls valent le détour. Il suffit de revoir l’épisode intégralement traité en comédie musicale ou celui, quasiment muet, revisitant l’univers de Tim Burton, pour s’en convaincre.

A ce stade, n’ayant plus peur de rien, je dirais que parmi les séries qui ont réussi à surpasser le génie de "Buffy the Vampire Slayer", au moins ponctuellement, il y a sans doute l’autre série phare de Whedon : Angel, dont certains épisodes sont de vrais morceaux d’anthologie, même si les saisons ont souffert d’une qualité inégale. J’y reviendrai.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *