PRLand Eric Maillard
PRland par Eric Maillard header image 2

L’intuition, ça n’existe pas.

23 janvier 2014 · Communication · Humeur · RP · 5 Commentaires

Je réalise bien la taille du pavé que je m’apprête à jeter dans la mare de la philosophie antique et moderne réunie. Je renvoie les plus exigeants aux définitions de Platon, Descartes ou Spinoza que je n’ai nullement l’intention de challenger ici. Mais pourtant, je suis désormais en mesure de l’affirmer : l’intuition est un mythe au fatalisme quasi judéo-chrétien dont les contours laissent penser à un don de la nature, inaccessible pour ceux que le destin aurait oublié. Bref, en simple : l’intuition, ça n’existe pas.

Heureusement donc, la vérité se révèle bien différente, même si l’impression ressentie est trompeuse. J’en suis la preuve vivante. Ma modestie naturelle dût-elle en souffrir (j’adore cette expression, des années que je rêvais de la placer quelque part, je me suis fait violence pour ne l’utiliser en titre de ce billet pour fêter ça… la notion très relative de « modestie » sur les réseaux sociaux m’en a dissuadé).

L’une des activités les plus excitantes de mon métier est la communication de crise. Parce que le début de la gestion d’un contexte sensible s’apparente le plus souvent à une enquête policière : comprendre la situation paroxystique, ses causes et ses origines, ses protagonistes,  les mobiles et les alibis. Ce qui pourrait se résumer en une question centrale : « à qui profite la crise ? ».

Il y a une quinzaine d’années, j’étais très jaloux de mon boss qui m’impressionnait à chaque nouveau sujet de crise en posant immédiatement les 3 bonnes questions qui permettaient en quelques minutes de comprendre la situation. L’usage était de le qualifier d’incroyablement « intuitif ».

J’en étais honteusement jaloux. Parce que les bénéfices dépassaient largement le territoire unique de la gestion de crise. Face à l’attitude d’un client à l’occasion de ce que les américains appellent un « chemistry meeting », sondé sur le potentiel RP d’une idée créative ou encore lors d’une rencontre de quelques minutes avec un candidat pour un poste stratégique, il démontrait une clairvoyance qui lui permettait de prédire à coup sûr les pièges de la relation, les faiblesses d’un concept et le potentiel d’une personne. Nous étions nombreux à vouloir profiter de ce don très enviable qui constituait d’ailleurs le principal de ses talents. Et à rêver de cette capacité à deviner un futur proche, sans grand effort apparent.

Quelques années plus tard, j’ai fini par réaliser que j’avais au moins en partie acquis ce « don » que je m’autorisais à utiliser face à un client ou auprès de mes équipes. En commençant invariablement la phrase par « j’ai l’intuition que… ». Et j’y ai vraiment cru, en cette qualité qui se révélait donc possible à acquérir.

Ma perception a changé à un moment où cette fameuse impression troublante de « déjà vu » se répétait de plus en plus souvent dans l’exercice de mon métier. D’un côté le sentiment régulier d’avoir déjà vécu une situation, de l’autre des intuitions qui accéléraient les prises de décisions sans pour autant créer de confort, avec un cerveau littéralement « on fire » après une journée de pratique intensive. J’ai fini par croiser les informations pour me rendre à l’évidence.

L’intuition, ça n’existe pas. Cette qualité qui se forge avec le temps, avec un peu de travail pour les besogneux comme moi, est en fait accessible à tous. Elle arrive avec les premières rides. Elle s’appelle l’expérience.

 

5 commentaires ↓

  • 1 Gonzague // jan 23, 2014 at 0:46

    J’ai lu l’article en sachant quelle serait la conclusion.

    L’intuition sûrement.

  • 2 Eric // jan 23, 2014 at 0:57

    Tu n’as pas de ride. Ca ne marche pas !

  • 3 Gonzague // jan 23, 2014 at 0:59

    Les rides ça ne se voit qu’avec le Coeur.
    ah non je confonds

  • 4 avec2t // jan 23, 2014 at 8:53

    Je suis d’accord avec toi sur le fait que l’intuition soit en fait plutôt une capacité à agréger des faits, des sensations, des idées et des situations passées, pour arriver à une conclusion (plus ou moins) consciente sur une situation en cours = l’expérience.
    J’émettrais juste une réserve : tu as des gens qui très tôt savent faire ce travail, notamment celui de « lire » une personne au travers de ses paroles, actes et attitudes, et compiler inconsciemment tout ça pour en tirer un avis pertinent qu’on appellera par défaut une bonne intuition quand on fait partie des personnes qui n’ont pas autant de capacités à faire cela :) Comme pour le reste, on n’est/ne naît pas tous égaux devant ce phénomène. Mais oui, ça se travaille, ça c’est sûr :)

  • 5 Eric // jan 23, 2014 at 10:58

    Il y aurait un talent à tirer le meilleur profit de ses expériences ? Je suis bien d’accord. On a rarement été aussi d’accord en fait. Que nous arrive-t-il ?

Laisser un commmentaire