8 Replies to “Nouvelle campagne contre le sida”

  1. On vient de me faire une remarque pertinente : Comment vont réagir les séropositifs à cette pub qui leur annonce une mort fulgurante…
    Moi qui en connaît de très (trop ?) proche, du coup, je n’ai pas envie de les blesser…
    Trop dans le sens ou ca me fait de la peine bien sur !

  2. L’accès à des traitements efficaces permet aujourd’hui dans notre premier monde d’espérer vivre avec le sida et non plus mourir du sida. Toutefois Il est quand même préferable de parler prévention. La question est encore au delà de nos frontières où l’enorme majorité de personnes vivant avec le sida n’accéderont pas à ces mêmes traitements, et sont donc condannées à court terme. En parler, éveiller le Nord pour aider à sauver le Sud c’est nécessaire et responsable.

  3. Je suis d’accord avec Phileas, cette pub tres esthetique, tres belle au niveau de l’image et du concept donne bien l’image de l’abatoire, si on ne regarde pas la phrase de fin, c’est tres choquant pour les séropositifs. Et a mon avis cette pub ne parle pas a ceux qui entre dans la vie sexuelle, elle s’adresse plus a ceux qui ont connu l’arrivée du SIDA mais les 15/20 ans ne vont pas se sentir impliqués, il faut une com plus direct et plus claire avec eux, aller droit au but.

  4. En termes de communication, l’équation est compliquée à résoudre. Une campagne pertinente pour tous les publics est impossible. Je pense que les seropositifs qui ont accès aux traitements sont informés par d’autres biais, mais ce n’est pas forcément le cas de leur entourage qui n’est sans doute pas préparé à une telle campagne. Les plus jeunes sous-estiment la gravité de cette maladie et on mesure régulièrement des effets relapse. Pas d’autres moyens que de choquer l’opinion pour rappeler qu’on meurt encore du sida, que la tri thérapie, qui permet de vivre avec le sida, est un traitement lourd.
    Autre quadrature du cercle : comment mettre l’accent sur les populations des pays défavorisés qui n’ont pas accès au traitement sans donner le sentiment désagréable d’appliquer les “quotas de blacks” tels qu’imposés par les américains dans les médias ? Sans doute pas en les excluant complètement telle que cette campagne le fait mais comment faire alors ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *