Trop de Google Talk…

Google Talk, tout le monde en parle et en a parlé même avant son annonce officielle, notamment les francophones : qu’on soit plutôt pour ou contre, voire plutôt pour puis contre ou même contre mais en fait pour, même quand on veut pas en parler, on le fait au moins pour dire que les autres en parle. Google est trop incontournable : il faut de toute façon l’essayer, et puis c’est cool, on peut rappeler ses coordonnées, même en cas d’hésitations techniqueMauvaise presse à Google ? N’empêche, Skype est sur le carreau… et la bourse applaudit.

OK ça n’amuse que moi, trop de liens tue le lien, mais il fallait que je le fasse… Désolé… Sinon, est-ce que j’ai un avis ? (who cares ???) Tout est dans le titre. Allez une petite photo pour détendre (tout le monde sauf Yahoo et msn…)

Google_yahoo_msn

tags technorati :

Flashback

Engadget, qui figure aujourd’hui parmi les tous premiers blogs mondiaux, a publié cette semaine une série de papiers, initialement proposés … en 1985 sur BBS (qui préfigurait assez bien le web alors à ses prémices). On y retrouve Nokia, Apple, Windows, Nintendo, Sony, Texas Instruments mais aussi Commodore, Amiga… Le billet a provoqué un véritable raz de marée de commentaires. A lire donc autant pour le post que pour les commentaires, c’est rafraichissant, drôle et parfois étonnant.

Du virtuel au réel

La conséquence la plus inattendue de ce blog, c’est le prolongement qu’il trouve dans le monde réel : j’enchaîne cette semaine les rencontres avec des blogueurs, par différents biais. J’avais bien pris en compte tous les conseils qu’on m’avait donné et j’avais bien retenu les leçons de mes blogs précédents : je n’attendais absolument aucun commentaire, aucune réaction, surtout pas de trackback, m’interdisais de m’interesser au niveau forcément nul de fréquentation pendant quelques mois : bref, j’étais psychologiquement prêt. J’avais même naïvement pensé que je pouvais séparer ma vie de mon blog en ne confiant surtout à personne autour de moi son titre (qui n’intègre pas mon nom et complique donc un peu la tâche de ceux qui le cherchent). Du coup, j’avais pas vraiment envisagé le début d’une possibilité d’échanges dans la vraie vie. L’histoire m’aura démontré le contraire. Il ne m’aura fallu finalement que quelques semaines pour comprendre que dissocier les 2 était juste stupide. C’est décidé, j’invite dès ce jour collègues et amis qui s’intéressent au sujet.

Faux blog et alors ?

Dans l’édition N° 435 daté du 20 août de Marianne, Laura Chatelain s’attaque au blog inconnue.fr lancé par Thierry Mugler pour créer le buzz autour de son parfum à sortir en septembre. La journaliste réagit principalement à la publication dans l’édition du 5 août dans Libé d’une petite annonce renvoyant sur le blog. En le qualifiant de "feuilleton orchestré par une agence de pub et deux blogueurs aguerris", elle rapproche l’opération du blog des laboratoires Vichy, devenus les pauvres le porte drapeau systématique de tout ce qui rapproche de près ou de loin à un rattage marketing dans la blogosphère en France. Point d’orgue de son papier : "décidément, les marques n’en finissent pas de nous faire prendre des vessies pour des lanternes". Sauf que la journaliste oublie de signifier que le blog inconnue.fr est ouvertement déclaré comme une fiction au service d’un produit, a plutôt été bien accueilli dans la blogosphère (l’agence en question ayant, certes, caressé dans le sens du poil, mais de façon maligne, quelques blogueurs influents et rendu l’ensemble incoutournable pour des Loic ou MediaTic). De plus, il s’avère tenir sur la longueur une qualité de bonne facture (le feuilleton est agréable à suivre). Je trouve l’opé particulièrement bien menée sur un plan marketing avec teasing, buzz et tout ce qu’une marque peut chercher à l’occasion du lancement d’un nouveau produit. Et la démarche me paraît globalement beaucoup plus honnète que certains publi-rédactionnels de la presse magazine. Mais j’ai sans doute raté l’article de Laura sur le sujet (comment ça je fais du mauvais esprit ?).

L’article portant sur les blogs et les marques de Laurence Girard dans le Monde, même s’il date du 21 mai, est de loin beaucoup plus percutant.

tags technorati :

Le pouvoir des mots

Il est de ces moments où son moral est en berne, son dynamisme légendaire s’estompe l’espace d’un instant, bref un coup de booster s’impose. A la maison, facile : un épisode d’Ab Fab ou la dernière émission de Graham Norton et ça repart. En soirée, on trouve toujours une fête sympa à Paris pour s’éclater. Au bureau, il y a bien les messengers pour délirer avec des potes pendant quelques minutes mais, en beaucoup plus rapide, j’ai trouvé encore mieux : le dictionnaire impertinent des branchés de Luc Fayard, un petit bijou d’humour à froid par un amoureux des mots. Une définition me suffit en général pour récupérer une humeur joyeuse. Une seule critique pour Luc, à quand la mise à jour avec blog, carnetosphère (tout droit venu de nos cousins québécois), RSS, Podcasting, WiKi… ?

Quand on est en voiture, on a les Grosses Têtes ou Rire et Chansons. Bref, en voiture, on est dans la merde, moi je roule en vélo…

Nouveau loisir

Je m’apprête à me lancer ce week-end dans la découverte de Salebete alias Edouard, un francophile à NY dont 2 ou 3 posts engagés ont attirés mon attention (parmi lesquels celui du jour). Il me reste à comprendre qui il est, son histoire, en parcourant 2 ans d’archive, les codes de son blog et si je m’y retrouve, à réagir à ses prochains billets.
C’est aussi ces nouveaux modes de connexions entre 2 personnes qui n’auraient sans doute jamais été mises en contact qui me font aimer les blogs.

Desperate Housewives à ne pas rater

La série arrive sur Canal en septembre et encore une fois, les américains réussissent à innover en renouvelant le genre Soap Opéra avec un ton décalé de comédie pimentée qui s’intéresse à la décénnie jusque là largement ignorée des quarantenaires. Les fans de soap s’y retrouvent (Marcia Cross de Melrose Place et Nicolette Sheridan de Côte Ouest se frottent les mains d’avoir entammé leur lifting à la première ride venue), les hommes et les femmes sont tous gatés (actrices sexys, acteurs qui oublient régulièrement de mettre leur t shirt), les puristes sont comblés (2 golden globes : meilleur comédie et meilleure actrice de comédie pour Teri Hatcher – ex Lois & Clarcke et des tonnes de nominations aux Emmy Awards 2005). Le pilote est très bon parce qu’inattendu, la suite tient le niveau malgré une baisse de régime en milieu de saison. Tous à vos décodeurs le 6 septembre, en prime time (oui même canal se met à diffuser les séries en prime).

Pour ceux qui ne peuvent vraiment pas attendre, les vidéos en preview sont .

Desperate_housewives_5    

 

Les journalistes et les blogs

Je ne peux pas ici m’étendre sur mon sujet d’énervement du moment. Je suis amené de plus en plus souvent à échanger avec les journalistes à propos de blogs. L’attitude de certains face au phénomène est incompréhensible, ou même insupportable selon l’humeur du moment.

A côté de ceux qui ignorent (à éduquer) et de ceux qui sont convaincus (souvent actifs dans la blogosphère depuis déjà longtemps), on trouve une large frange de journalistes qui combattent en niant, dénigrant ou méprisant les blogueurs et en les faisant passer pour de vagues internautes sans aucune légitimité ni déontologie. Je ne peux pas préciser que ces mêmes journalistes sont souvent ceux qui s’assoient alégrement sur la charte régissant leur métier en  oubliant systématiquement de vérifier leurs sources (les services de presse), en acceptant la pression de leur publication liée aux investissements publicitaires des annonceurs ou encore en jouant la complaisance directe avec des annonceurs (combien de journalistes refusent-ils les cadeaux offerts par une marque ou un voyage de presse d’agrément ?).

Je ne peux pas citer les journalistes reconnus travaillant pour des magazines hautement respectables bafouant allégrement les règles fondamentales de leur métier mais critiquant ouvertement tel ou tel blogueur influent "qui se contente de piller des informations glanées sur le web sans même procéder à la moindre vérification". Et je ne peux malheureusement pas non plus citer ceux qui enquêtent avant de se tourner vers un service de presse, investiguent pour vérifier les informations, croisent les avis de plusieurs spécialistes, n’acceptent un voyage de presse que s’il donne accès à une information qu’ils ne peuvent pas obtenir depuis leur bureau et considèrent néanmoins les blogs comme une source d’information désormais incontournable : par élimination, celà sous entendrait que tous les autres se trouvent dans la première catégorie.

Dommage, j’aurais bien aimé en parler parce que franchement, ça m’énèrve.

Le challenge de la liberté d’expression

Il est d’usage de considérer les blogs d’opinion ou d’experts comme des espaces de libre parole dont la seule limite est fixée par la confidentialité "légale" ou "contractuelle" des informations relayées. Certes, mais j’y ajouterais une limite dont les contours sont bien moins simples à définir et reposent sur le bon sens, le tact, la diplomatie avec les contraintes d’un réseau professionnel à préserver. Autant de critères subjectifs, politiquement corrects, souvent ennemis du débat d’opinion. Libre à chacun de placer le curseur là où il le souhaite. De plus, et c’est sans doute un point clé de la différence que je fais entre un blogueur et un journaliste : quelle est la la légitimité de chacun à critiquer (dans le sens premier du terme) publiquement son environnement ? Mon sens du suicide professionnel restant à ce stade très limité, j’évite d’exposer sur ce blog tout ce que je ne dirais pas à une assemble de 500 personnes, c’est la règle que je me suis fixé.

J’ajouterais un deuxième niveau qui s’appuie sur une approche que je mets en pratique systématiquement : la démonstration par l’exemple. La théorie non illustrée perd selon moi toute sa force. Or un exemple digne de ce nom est précis, étayé de noms, lieux, date… Toute opinon basée sur des faits mettant en cause son entourage professionnel devient donc difficile à manier.

Suis-je condamné à aligner sur mon blog des faits positifs, donc des opinions fades et finalement sans grand intérêt ? Aiguiser un sens critique acceptable sur un blog, c’est là que se situe mon challenge du moment. J’y travaille mais cette rubrique sera dans un premier temps l’occasion d’effleurer tous les thèmes que j’aurais aimé approfondir sans pouvoir le faire faute d’exemples publiable selon mes critères.

La presse traditionnelle menacée ?

La question préférée des professionnels de la communication quand on évoque les blogs est : "l’émergence des blogs signe-t-elle l’arrêt de mort de la presse traditionnelle ?".

Si on regarde de près l’évolution de ces dernières semaines, la question ne semble pas d’actualité. Pour ce qui est de la presse audiovisuelle, la télévision bat des records d’audiences (supérieures à juin 2005), la radio ne s’en porte pas plus mal pour autant et la presse écrite s’offre quelques beaux succès tel le lancement réussi par Emap du magazine Closer sur un créneau pourtant déjà surexploité, y compris on line. Dans le même temps, la croissance exponentielle des blogs est une évidence, notamment illustrée par Technorati qui annonce 80.000 nouveaux blogs par jour dans le monde.

Je maintiens donc depuis plusieurs mois la même réponse prudente à tous ceux qui me posent la question (médias traditionnels dépassés par les blogs à moyen terme) : "Le passé a démontré que toute prédiction en la matière se révélait hasardeuse. Tout le monde semble avoir oublié que l’avènement des supports en ligne était annoncé comme l’arrêt de mort des supports média papier il y a 5 ans. L’impact est aujourd’hui perceptible mais un niveau de complémentarité s’est installé. On peut anticiper que certains de ces nouveaux médias trouveront une place non négligeable voire majeure aux côtés des médias traditionnels dont ils modifieront encore le rôle, la perception, le business model."

MAJ (30/08/05) : le coup de chaud sur la presse People cet été se confirme