La révolution de la SVOD décryptée (5 / 5)

[Previously On] : La SVOD s’apprête à enrichir drastiquement son offre pour des consommateurs qui risquent de s’y perdre. Netflix montre des signes de faiblesse (que la presse commence d’ailleurs à sortir depuis 3 jours), Disney + vend du rêve avec une force de frappe de contenus quasi inégalable mais sur un principe qui semble copier ce qu’a inventé le leader, les autres (internationaux ou français) tardent à montrer de la clarté concernant leur plateforme.
Quel est le risque ? Il est double et il commence à émerger explicitement du côté des observateurs.
Quelles idées pour le contourner ? Dans cette suite et dernier chapitre du dossier SVOD, je tente des pistes de réponse qu’on n’entend à mon avis pas assez .

Vers une économie de la frustration à maîtriser pour éviter le pire

Véritable casse-tête, la situation la plus probable pour le consommateur sera de se retrouver avec un ou des abonnements qui créent de la frustration en ne donnant pas accès aux contenus qu’il souhaite voir. Il faudra alors composer avec des clients mécontents dont les plaintes risquent d’occuper les services consommateurs et les réseaux sociaux de tous les acteurs sans exception. On a droit à un avant-goût “grâce“ à Canal + qui a eu l’idée étrange de lancer enfin le bon package avec Canal + Séries en n’y intégrant pas tout son catalogue (pas de “Bureau de légende“ ni de “This Is Us“ par exemple). Le but est sans doute de préserver la valeur ajoutée de l’abonnement à Canal + historique mais l’opération tue dans l’œuf une offre qui avait pourtant tout pour prendre une place de choix. Au-delà de l’exemple, aucune plateforme n’est complètement à l’abri du risque de disqualification.

Retour au téléchargement illégal ou volatilité des consommateurs ?

Face à la frustration, les réponses consommateurs sont souvent extrêmes. Au moment où le premier épisode de la dernière saison de “Game of Thrones“ a été téléchargé illégalement plus de 55 millions de fois en 24h dans le monde (1,3 millions en France), la question du retour à une consommation hors plateforme légale se pose. D’autant que des services comme Popcorn Time offrent une qualité qui n’a pas grand-chose à envier aux plateformes payantes sans les complexités et le risque qu’engendrent le téléchargement peer-to-peer et l’accès par VPN. L’illégalité s’affranchit en plus des cadres réglementaires qui imposent une chronologie des médias fluctuantes par pays et des quotas de productions locales forcément contraignantes dans des équations de production / diffusion déjà complexes.

Papillonner entre les différentes plateformes d’un mois à l’autre, en profitant d’offres de premier mois gratuit pensées pour faire du recrutement, en y intégrant une consommation par piratage est un dommage collatéral moins extrême qui ne peut pas échapper aux spécialistes mais est finalement assez peu évoqué par les analystes. La véritable réponse viendra peut-être de la capacité du marché à structurer des offres points d’entrée vers l’ensemble des contenus à des tarifs optimisés.

Mon point de vue sur les innovations attendues

On doit tous espérer qu’un modèle rémunérateur viable avec une réelle valeur ajoutée du service (qualité du flux, interface, connexion communautaire…) voient le jour pour continuer à financer une production d’une telle richesse.

En termes de point d’accès centralisés vers les différentes plateformes, l’Apple TV pourrait reprendre complètement un sens qu’elle avait un peu perdu, si Apple TV+ n’induisait pas une méfiance sur la mise en avant des contenus. Les opérateurs auront sans doute leur rôle à jouer (mais sont-ils vraiment sur le coup ?), des acteurs tels que Molotov, aguerris à l’enjeu des droits, pourraient trouver une évolution intéressante.

En termes de marketing, chaque plateforme devra travailler sur une identité et une éditorialisation montrant un ADN reconnaissable et des spécificités, au-delà du marketing de chaque série qui est déjà très en place. Il me semble que le chemin à parcourir reste gigantesque dans le domaine. Un capital sympathie se grignote vite, certains pourraient en faire la cruelle expérience.

En termes de contenus, au-delà des productions anglo-saxonnes, les récents festivals SERIES MANIA et CANNESERIES ont montré le dynamisme du secteur partout dans le monde en récompensant des séries espagnoles, israeliennes, belges, norvégiennes, québécoises ou françaises. Le début de travail mené par Netflix pour faire de productions locales des succès internationaux pourrait s’accélérer pour reconstituer des catalogues de qualité et attractifs, s’affranchissant au passage de fins de droits et licences complexes sur les séries américaines. Là encore, la pensée marketing d’intégration dans l’identité des plateformes jouera un rôle clé pour assurer le bon niveau de considération par les utilisateurs.

Série espagnole primée au Festival CANNESERIES

Mais surtout, en termes d’usage, on pourrait rêver d’innovations qui paraissent évidentes mais sont aujourd’hui inexistantes ou déléguées. Par exemple structurer dans la plateforme une interface qui montre et organise les prochaines diffusions des épisodes et séries qu’on suit ou veut suivre, sur le modèle des applications TV (Show) Time ou Beta Series, serait tellement malin. Et intégrer une logique réellement communautaire sur le modèle de “Sens critique“ (ou “Rotten Tomatoes“ au niveau mondial) complémentaire à l’approche algorithmique simplifierait la vie de tout le monde. A commencer par la mienne.

Je serais ravi de constituer des playlists des séries que je conseille / regarde plutôt que de répondre quotidiennement à la question : “tu conseilles quoi comme série ? “. Et je serais encore plus content de suivre les recommandations de ceux auxquels je fais confiance pour me guider vers les « immanquables » malgré mes goûts éclectiques et bizarres (oui, je kiffe aussi bien “Dynasty“ que “Dark“).

Et puisque la question sur les recommandations séries reste plus que jamais d’actualité, la liste des prochaines séries à ne pas manquer selon moi à partir de cette semaine jusqu’à l’été est ici en bonus.

Retour au début du dossier.

La révolution de la SVOD décryptée (4 / 5)

[Previously On] : Dans le duel au sommet des bouleversements de la SVOD, Netflix pourrait montrer des signes de faiblesse avec des contenus qui disparaissent et une concurrence qui créent de nouvelles envies pour une base de clients fragile, en capacité de se désengager chaque mois.

Face à de nouveaux entrants peu innovants, Netflix peut pourtant marquer des points

C’est sans doute le plus gros étonnement : aucun des géants se lançant dans la bataille ne semble à ce stade proposer une approche réellement disruptive face aux principes structurés historiquement par Netflix.

Plutôt que de chercher à créer une expérience enrichie, chacun préfère montrer ses muscles.

Parfois avec un catalogue impressionnant : Marvel et la franchise X Men de la Fox chez Disney face à l’Univers DC chez WarnerMedia, le préquel de “Game of thrones“ sur WarnerMedia via HBO face au préquel du “Seigneur des anneaux“ sur Amazon Prime Vidéos, un volume impressionnant de succès planétaires pour NBC Universal ou Fox Play (sur Canal+ Séries en France jusqu’à nouvel ordre)… Parfois avec des grands noms signés en exclusivité : Ryan Murphy et Shonda Rhimes pour Netflix, Spielberg, J.J. Abrams et Ron Howard pour Apple TV+…

Parfois avec des investissements dans de nouvelles productions surpassant “Star Trek : Discovery », “The Crown“ ou même “Game of thrones“ : 1 milliard de dollars pour les 5 saisons du préquel du “Seigneur des anneaux“ d’Amazon PrimeVideo face aux 100 millions de dollars pour les 10 épisodes de la saison 1 de “Mandalorian“ de Disney+. Dix millions de dollars par épisode deviendrait un mètre étalon pour les séries ambitieuses.

Comme tous aiment à le répéter, la qualité prime plus que jamais sur la quantité. Y compris pour Netflix qui a pourtant pu mesurer à quel point ce ne sont pas les produits d’image qui font de l’audience sur la plateforme, plutôt consommée pour ses contenus mainstream, parfois cheap (ce qu’on sait même si la firme de Los Gatos fait de ses audiences un secret d’état absolu).

A l’arrivée, quelques atouts restent du côté de Netflix.

D’abord, une capacité à innover et prendre des risques sur le contenu comme récemment avec l’épisode interactif “Bandersnatch“ de “Black Mirror“ prolongé avec la série “You vs Wild“ avec Bear Grylls. Mais également une innovation qui s’étend aux formats à l’instar de “Bonding“ constituée de 7 épisodes de 15 minutes conçus pour mobiles par Blackpills Studio et lancée cette semaine.

Ensuite l’excellence du savoir-faire pour intégrer des productions hors langue anglaise, qu’elles soient maison (l’allemand “Dark“ par exemple) ou rapatriées (l’espagnol “Casa de papel“, le français “Dix pour cent“…). Avec un petit bémol sur les productions françaises qui n’ont à ce jour pas convaincu (“Marseille“, “Osmosis“, “Huge en France“…) . En la matière, Amazon Prime Video n’a pas fait mieux avec “Deutsch-Les-Landes“, on attend donc toujours la première bonne production française pour une grande plateforme américaine (peut-être avec “Family Business“ prochainement sur Netflix ?). Le roi incontesté dans le domaine reste Canal + qui a su convaincre critiques et public avec “Le bureau des légendes“, “Engrenages“, “Baron Noir“, “Versailles“, “Hippocrate“ et une bonne dizaine d’autres. Mais la filiale de Vivendi a gâché ce précieux temps d’avance en commettant une erreur stratégique sur laquelle on reviendra.

Présentation Disney +

Côté technologie, il y a encore tellement à faire pour optimiser l’expérience. Il semblerait que les acteurs se contentent de la moyenne plutôt que de miser sur l’excellence. Les points d’attention sont listés, rien n’est annoncé. Sauf révélation majeure, les utilisateurs devrait donc composer avec une qualité de streaming toujours pas au niveau et loin de s’adapter aux téléviseurs 4K ou OLED, des interfaces utilisateurs qui n’inventent rien malgré la difficulté démontrée par Netflix à faire découvrir sa profondeur de catalogue, des systèmes de recommandations défaillants qui peinent à établir une note fiable, des algorithmes qui poussent assez mal et de façon enfermante des pièces de catalogues liées au visionnages précédents, une personnalisation à faible valeur ajoutée et une dimension communautaire qu’un Spotify a parfaitement intégré (notamment avec ses playlists) mais totalement oubliée de l’expérience streaming vidéo…

Nous n’en sommes qu’aux prémices des annonces, Disney et Apple se sont contenté d’un tableau impressionniste des plateformes, préférant miser sur les gros labels et les grands noms. De acteurs majeurs -tels que Warner qui pourrait créer la surprise- n’ont pas encore vraiment dégainé, tous les espoirs sont permis.

Mais s’il n’y a pas d’évolution majeur,  c’est sur le terrain du prix que la guerre pourrait se jouer en 2020. Une fausse bonne nouvelle pour les clients et un très mauvais signal pour la dynamique de ce segment de marché stratégique. Pour les tarifs d’entrée, Netflix risque d’hésiter à augmenter ses 7,99 Euros mensuels alors que Canal+ Séries vient de se positionner à 6,99 Euros, tarif sur lequel Disney+ semble s’aligner pour son lancement au premier semestre de l’année prochaine.  D’autant que quelques modèles introduisant la publicité (à l’instar d’Hulu ou CBS All Access au USA) pour des abonnements inférieurs à 5 Euros sont annoncés, parmi lesquelles la française Salto.

A tarif égal, la longueur d’avance acquise par Netflix pourra lui profiter encore quelques mois mais au jeu des comparaison des contenus, le leader pourrait ne pas tenir la charge très longtemps.

Lire la suite ici

Retour au début du dossier ici

La révolution de la SVOD décryptée (3 / 5)

[Previously on] : Le paysage de la SVOD va complètement changer de visage et rendre la vie des accros aux séries pas forcément plus simple. De nouveaux géants, un millier de séries et des moyens d’y accéder complexifiés. Les observateurs prévoient un duel au sommet de Netflix face à Disney+ mais ce n’est pas forcément aussi simple.

Et si Netflix était un géant aux pieds d’argile ?

Si devant les marchés financiers, le patron Reed Hastings et sa garde rapprochée tentent de faire bonne figure en accueillant toute cette concurrence comme une réjouissante preuve de dynamisme d’un marché encore à conquérir, la réalité est nettement plus compliquée. Ironiquement, les contours et piliers d’un marché largement bâti sur le succès de Netflix en constituent les principaux freins pour le futur proche. De nombreuses études continuent à prédire que la longueur d’avance acquise par le pure player lui garantirait un leadership pour les années qui viennent. Et pourtant…

Reed Hastings, co-fondateur et directeur de Netflix

La bourse semble ne plus complètement croire en une croissance significative de ses 150 millions d’abonnés dans le monde pour faire face à l’explosion inévitable des coûts. Et le principe de l’abonnement pas cher sans engagement, en grande partie à l’origine de l’attractivité de la plateforme dès son lancement, rend particulièrement sensible toute augmentation du prix. La hausse récente aux USA n’a d’ailleurs pas été sans conséquence en termes de désabonnements immédiats.

Au niveau des contenus, deux grands axes sont à considérer, tous deux profondément percutés par le nouveau terrain de jeu.

Du côté des créations originales, il va falloir plus que jamais marquer les esprits avec des productions populaires et de qualité qui font l’événement, face à des plateformes concurrentes qui font monter les prix et les ambitions. C’est par exemple ainsi que les droits d’adaptation de la série événement préquel du « Seigneur des anneaux » ont échappé à Netflix au profit d’Amazon qui a déboursé quelques 250 millions de dollars. Et face aux 25 créations originales annoncées par Disney+, au savoir faire de HBO qui profitera à WarnerMedia et aux énormes moyens déployés par Apple TV+ avec la signature de grands noms, la pression monte. Les deals annoncés par Netflix avec les showrunners à succès Ryan Murphy et Shonda Rhimes assurent une production future efficace mais pas forcément le nouveau “Game of Thrones“.

Du côté du catalogue qui assure un volume conséquent et une diversité de contenus conformes à la promesse originelle, Netflix ne pourra pas bientôt compter que sur ses propres créations. Si elle a pu constituer une offre de qualité avec notamment “House of cards“, “Orange is the new black“, “Stranger Things”, “Narcos“  ou “Sense8”, nombre de ses séries à succès labelisées « Netflix Originals » en France ne sont pour autant pas des produits maison et pourraient lui échapper : “Better Call Saul“, “Riverdale“, “Dynasty“, “The Good Place“ ou encore “Designated Survivor“ sont proposés en exclusivité sur Netflix en Europe mais produits et diffusés par des grands networks américains historiques (en l’occurrence, AMC, CW, NBC et ABC).

Pire, l’hémorragie a déjà commencé avec l’arrêt de tous les héros Marvel (“Luke Cage“, “Iron Fist“, “Jessica Jones“, “Daredevil“…) appartenant à Disney. Et pour donner un sursis à “Friends“ en 2019, Netflix a dû débourser 100 millions de dollars alors que la série est destinée à rejoindre la plateforme WarnerMedia avec toutes les productions HBO, DC Universe et WC.

Lire la suite ici.

Retour au début du dossier ici.

La révolution de la SVOD décryptée (2 / 5)

[Previously on] : La révolution de la SVOD commence à se jouer. En dépit d’informations partielles qui arrivent en ordre dispersé, on commence à percevoir le risque : empirer ce sentiment pour le consommateur d’être perdu face à trop de contenus disséminés sur trop de plateforme…

Qu’est-ce qui attend un fan de séries en France en 2020 ?

Pour ce qu’on sait à ce jour, dans le courant de l’année 2020, le nombre de séries disponibles en France sera de l’ordre du millier. Une offre vertigineuse répartie sur au moins une dizaine de grandes plateformes différentes. Aux déjà existantes offres Netflix, OCS, Canal + Séries (incluant FOX Play et son immense catalogue), Amazon Prime Video et YouTube Premium, un fan de séries devra ajouter Disney +, APPLE TV+, WarnerMedia, NBCUniversal et Salto, l’arlésienne issue de l’union de TF1, France Télévision et M6 qui semble reprendre corps. Une projection qui exclut les plateformes SVOD par chaîne française (sur le modèle de CBS All Access au Etats-Unis) mais aussi Hulu, première concurrente de Netflix aux Etats-Unis, dont les ambitions internationales restent très floues et enfin, les quelques offres gratuites qui se profilent.

Si comme moi, vous voulez profiter en temps réel des nouvelles saisons de “Big Little Lies“ et “The Deuce“ (HBO aux USA / OCS en France), “Dark“ et “The Crown“ (Netflix), “Killing Eve“ ou « Le bureau des légendes » (Canal + Séries), “American Gods“ et “The Marvelous Mrs Maisel“ (Amazon Prime Video), “Weird City“ et “Wayne“ (YouTube Premium)….

Et si vous ne voulez pas rater les nouveautés dont tout le monde parlera parmi lesquelles “The Mandalorian“ dans l’univers Star Wars et « Loki » dans l’Univers Marvel (Disney+), “The Morning Show“ avec Jenifer Anister, “Little Voice“ du créateur showrunner culte J.J Abrams qui retrouvera Jenifer Garner et “See“ avec l’Aquaman Jason Momoa (Apple TV+), le préquel de “Game of Thrones“ et “The Nevers“ qui marque le retour du créateur de “Buffy“ Joss Whedon (sur HBO probablement pour la plateforme Warner), les prochaines saisons de “The Good Place“ et “Will&Grace“ (probablement rapatriées sur la futures plateforme NBCUniversal) ou les séries françaises exclusives promises par Salto qu’il ne faut pas sous-estimer…

… pas d’autres choix que de s’abonner à 10 plateformes, pour un budget probable de plus de 80 euros mensuels ! (Les séries citées le sont en pures spéculations : pour certaines rien ne dit qu’elles seront diffusées dès 2020 ni même que les saisons supplémentaires existeront)

Le challenge s’étend aussi à la multiplicité des moyens d’accès. Déjà aujourd’hui, consommer les séries de 5 plateformes nécessite une petite organisation si on veut comme moi en profiter sur un grand écran TV de qualité et pas seulement sur mobile. On pourrait imaginer des points d’entrée centralisés en un seul et même endroit mais on en est loin. Chaque foyer doit trouver son propre fonctionnement selon son équipement, ses opérateurs et ses propres habitudes. Ainsi, je passe par l’écran d’accueil de la box (SFR) pour Netflix, le replay de la même box pour OCS, l’application intégrée au smarthub de la TV (Samsung) pour Amazon Prime Video, la Chromecast (Google) depuis un mobile ou une tablette pour Canal + Séries et YouTube Premium. Si on pense que le grand écran de qualité a encore de beaux jours devant lui, l’enjeu de l’accès va constituer une autre bataille.

Autant dire qu’il faudra faire des choix et des paris, à moins que les consommateurs commencent à papillonner d’une plateforme à une autre en changeant chaque mois pour accéder au catalogue de nouveautés aux bons moments ?

La suite est ici

Retour au début du dossier ici

Décryptage de la révolution SVOD

De façon relativement imperceptible, les trois dernières semaines ont vu se jouer une énorme révolution du côté de la SVOD. Les plateformes de vidéo à la demande par abonnement ont fait l’objet de nombreuses annonces qui promettent à ce segment une place de choix au cœur du marché du divertissement.

Le mouvement des plaques tectoniques est tellement puissant qu’il est difficile d’y voir clair dans un paysage totalement redessiné dans quelques mois. J’avais prévu de passer deux ou trois heures sur le sujet pour mieux décrypter ce qui se prépare et faire les bons choix aujourd’hui pour le futur en tant qu’utilisateur gros consommateur. Il m’aura finalement fallu quelques semaines aux termes desquelles j’ai une vision plus claire (de la complexité) mais aussi quelques étonnements qu’il m’a semblé utile de partager.

L’autre “Game of thrones“

Pendant que le phénomène de société sans précédent qu’est devenu “Game of Thrones“ débute son ultime saison dans une torpeur mondiale, une autre conquête a débuté avec un suspens tout autant vibrant : quelles plateformes de streaming sortiront gagnantes de l’énorme bouleversement qui s’annonce ? “Winter is coming“, mais reste à savoir qui gagnera le trône.

Selon la grande majorité des observateurs, la bataille de la SVOD va se jouer entre 2 mastodontes : l’historique Netflix a profité depuis 2007 d’un quasi-monopole pour s’imposer face au géant Disney qui a mis du temps à se mettre en ordre de marche mais a finalement réussi à convaincre les observateurs dès sa première présentation formelle au début du mois. Et pourtant, il faudra aussi compter avec quelques autres leaders de leurs marchés parmi lesquels Amazon, Apple, AT&T Warner ou encore YouTube, qui n’entendent pas jouer les figurants.

Pour les utilisateurs, même les plus attentifs au sujet, difficile de s’y retrouver. Si j’ai pu en trois semaines entrer dans les coulisses des analyses et prévisions des plus grands spécialistes, c’est principalement grâce à la communication avec les investisseurs qui oblige les gros acteurs à révéler des postures stratégiques soigneusement dissimulées à leurs (futurs) clients consommateurs dont je fais partie. La communication grand public se concentre de plus en plus sur de grosses productions au moment de leur diffusion, via des campagnes d’affichage et sur le web.

Il aura donc fallu des heures de lectures, échanges et visionnages pour arriver à une conclusion très personnelle sur les enjeux de la SVOD. Plutôt que d’anticiper les mouvements de consolidations qui ne vont pas manquer de s’accélérer ou de jauger la pertinence stratégique déjà sanctionnée par les analystes financiers, je me suis intéressé au sujet en gardant autant que possible mon regard d’utilisateur. Même si comprendre les enjeux stratégiques des acteurs s’est avéré incontournable, et tout en n’ignorant pas le rôle fondamental des films de cinéma et documentaires sur l’échiquier, j’ai choisi le prisme particulier des séries sur le territoire français pour décortiquer le sujet.

La synthèse de tout ça reste un peu longue. Ce sera donc en 4 parties publiées chaque jour restant de la semaine :

Episode 1 : Qu’est-ce qui attend les fans de séries en 2020 ?

Episode 2 : Et si Netflix était un géant aux pieds d’argile ?

Episode 3 : Face à de nouveaux entrants peu innovants, Netflix peut pourtant marquer des points.

Episode 4 : Vers une économie de la frustration à maîtriser pour éviter le pire… 

Bonus : en attendant, les 14 séries à ne pas rater dans les prochains mois

Des incendies plus graves que d’autres

J’ai l’habitude d’aller sur Twitter pour exprimer des points de vue, y compris polémiques, qui permettent parfois au travers d’échanges de faire évoluer ma pensée. Je le fais en général par le prisme de la communication qui, au-delà d’un métier, est souvent une façon intéressante de comprendre des situations et surtout leur impact. Mais il est des cas où 280 caractères ne suffisent pas, où un thread (suite de messages liés pour des textes plus longs) risque de faire sortir des phrases de leur contexte. Et où j’ai besoin de poser ma pensée pour être bien sûr d’être d’accord avec moi-même, ce qui est toujours un bon début. Mon avis a évolué en 3 jours. J’anticipe que mon regard sur la situation va continuer à bouger.

Je vais donc ici tenter d’expliquer mon point de vue à date sur ce qui se passe autour de Notre Dame et en quoi ça me parait très représentatif d’une réalité aussi persistante que dramatique. Et je préfère prévenir tout de suite, il va y avoir du Jacques Chirac à un moment.

Lundi soir 15/05 : émotion et sidération

En découvrant les images dès 19h, je suis dans la même situation que tout le monde : une émotion mélange de sidération, d’impuissance et très grande tristesse. Voir partir en fumée un monument presque millénaire me fait réaliser à quel point il était important pour moi. Alors que des questions terrifiantes émergent (Notre Dame menace de s’écrouler, disparaître), que des pompiers mettent clairement leur vie en danger, on  tremble et on échange sur cette émotion qui nous étonne nous-même, faute de pouvoir faire quoi que ce soit d’autre. Des psychologues se relaieront dans les médias pour expliquer que les chocs collectifs génèrent ce type de sidération mais aussi que la disparition d’un monument peut nous renvoyer à notre propre mort autant qu’un attentat mettant en jeu des vies humaines (expliquant des comparaisons idiotes avec le 11 septembre ou le Bataclan qui nous ont tous un peu traversé l’esprit).

Pour une fois, il me semble qu’Emmanuel Macron a pris les bonnes décisions en termes de communication et je soutiens immédiatement le principe d’une souscription nationale, bon moyen de passer de l’état de spectateur impuissant à acteur de la reconstruction.

J’en profite au passage pour tacler tous ceux qui ont comme première idée de publier une photo d’eux devant le monument, avant ou pendant le drame. Je le regrette un peu, chacun exprimant son émotion à sa façon.

Mardi 16/04 : Après l’émotion, l’action et les premières questions

Les tentatives de polémiques stériles par des politiciens peu scrupuleux arrivent forcément au bout de quelques heures seulement mais se font assez vite disqualifier. L’union nationale reste de mise. Les médias de leur côté ont bien relevé l’ampleur de l’émotion à Paris, en France et dans le Monde entier et sont en éditions spéciales avant d’entrer forcément dans une boucle feuilletonnante. Aux premières annonces de dons par des puissances financières françaises, je pense que le signal est bon et je participe à mon niveau.

Pendant que le Monsieur Patrimoine français, Stéphane Bern, continue sa tournée des plateaux télés et radios après avoir pleuré au 20h de France 2, je me dis qu’il est un client parfait pour incarner cette émotion qu’on a tous vécu. La sauvegarde du Patrimoine est en quelques heures devenu l’enjeu numéro 1 de tous et chacun.

La prise de parole à 20h d’Emmanuel Macron dans un ton christique me parait tirer beaucoup sur la corde et je suis, comme tout le monde, un peu perdu face aux 5 années de reconstruction annoncées, alors que les experts en prédisaient 15. Aussitôt, le bruit d’une date butoir liée au JO de 2024 apparaît. Le malaise que je commençais à ressentir s’intensifie.

Les grandes chaînes bouleversent leur programmes, France 2 monte en urgence un grand rendez-vous caritatif en prime samedi, TF1 planche sur une spéciale “Qui veut gagner des millions”. Chacun surfe.

Mercredi 16 : le malaise et l’instrumentalisation qui se voit

Face au presque milliard d’euros de dons promis par de généreux donateurs, chacun y va de ses arguments : l’opposition, les gilets jaunes… Nouveau paradis fiscal pour les uns, nouvel affront pour les français qui ne bouclent pas leur fin de mois pour les autres, coups de com et mise en lumière supplémentaire des inégalités économiques pour tous, les arguments sont parfois populistes mais difficiles à évacuer complètement.

Pendant ce temps, l’exécutif enchaîne ce qui commence à s’apparenter à des coups de com pour surfer sur une union nationale : conseil des ministres dédié à la reconstruction, Première Dame qui monte au créneau pour “entendre le message d’union que nous envoie Notre Dame”, hésitations sur la façon de positionner les chrétiens au sein de cette cohésion nationale à la clé… On est nombreux à percevoir le moment où ça va trop loin pour ne pas s’apparenter à de l’instrumentalisation.

Dans tous les cas, la démonstration de la capacité de moyens face à un “drame” a été faite, à tous les français. Qui n’oublieront pas.

Reconstruire sur un brasier

Mais aujourd’hui, l’image qui a occupé mon esprit est liée au discours de Chirac au IVè sommet de la terre de 2002 à Johannesbourg. Avec l’idée bête de comparer 2 types d’incendies. Si tout le monde se souvient de “Notre maison brûle“, ce qui suivait était tout aussi fort dans le texte de Jean-Paul Deléage.

Notre maison brûle. Et, nous regardons ailleurs. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. Prenons garde que le XXIè siècle ne devienne pas, pour les générations futures, celui d’un crime de l’humanité contre la vie“… / … “La terre et l’humanité sont en péril, nous en sommes tous responsables“.

Il y a 17 ans…

Cette image qui a occupé mon esprit est celle d’une terre en feu sur laquelle on reconstruit Notre Dame.

Cette interpellation a émergé sur les réseaux depuis hier, ce n’est qu’un début.

L’événementialisation dramatique créée par le brasier de Notre Dame devant les yeux du monde entier n’a toujours pas trouvé son équivalent au service de la terre pour mobiliser. Pourtant les signes sont nombreux, connus, mais pas suffisamment percutants. Quel type de catastrophe faudra-t-il pour que la mobilisation mondiale aille enfin au service de notre maison qui est en train de brûler ?

Au coeur de “The Normal Heart”

C’est le projet qui me tient le plus à cœur. Celui dont mes amis les plus proches n’ont pas arrêté d’entendre parler depuis plusieurs mois. Après avoir acheté les droits avec Frédéric Borriello, nous avons très vite été rejoints par l’auteur Virginie de Clausade dont l’engagement nous a permis de présenter aux théâtres parisiens une adaptation avec un casting de qualité et hyper mobilisé.

On est en 1984 lorsque Larry Kramer écrit “The Normal Heart”. Il a 50 ans et une carrière de dialoguiste, scénariste, adaptateur, producteur et écrivain déjà solide derrière lui. Il n’a pas encore lancé “Act Up” mais est déjà devenu un activiste presque malgré lui : il a créé “The Gay Men’s Health Crisis” en 1982 après avoir vu le nombre de ses amis décimé par une étrange maladie, dans une indifférence qui lui a été immédiatement insupportable. Son tempérament aussi entier que combatif le rend peu diplomate et compliquera sa capacité à convaincre jusque dans sa propre communauté. Il saura pourtant tirer parti de ses talents.

Ecrire une pièce très largement autobiographique s’est inscrit dans une démarche activiste, pour se se faire entendre de tous, jusqu’au pouvoir public qu’il a largement défiés. “The Normal Heart” couvre les années 1981 à 1984, son combat constituant plus qu’une toile fond à une série de personnages “fictifs”. S’il est difficile de ne pas reconnaître l’auteur derrière Ned Weeks, chacun des autres acteurs principaux de la pièce est inspiré de personnages qui ont réellement entouré Larry Kramer. Aussi admirable qu’insupportable, le “héros” ne semble dissimuler aucun des travers de celui qui voulait se faire entendre sans compromis.

Le 21 avril 1985, “The Normal Heart” voit le jour au “Public Theater” de Broadway pour 294 représentations. Ned Weeks y est interprété par Brad Davis, acteur de premier plan grâce à “Midnight Express” et “Querelle”. Il découvrira cette même année sa séropositivité qui ne sera révélée qu’à sa mort 6 ans plus tard. La pièce voyagera ensuite à Londres et Sydney avant de revenir à Broadway en 2004 puis en 2011. Chacun des personnages bénéficie d’au moins d’une scène emblématique particulièrement forte, ce qui rend la pièce irrésistible pour de nombreux acteurs. Ainsi, Martin Sheen, Richard Dreyfuss, Kevin Bacon, John Turturro, Joe Mantello, Ellen Barkin ou encore Jim Parsons ont interprété l’un des rôles de “The Normal Heart”.

L’histoire de la pièce a également été marquée par la lutte menée par Barbra Streisand pour adapter la pièce à l’écran pendant plus de 25 ans, n’ayant jamais trouvé d’accord avec l’auteur sur l’équilibre entre le respect du texte original et les adaptations nécessaires pour passer les barrières de l’époque. C’est seulement le 25 mai 2014 que “The Normal Heart” sera porté au petit écran par Ryan Murphy sur la chaîne câblée américaine HBO.

Au-delà de ses qualités narratives et de la force de l’émotion qu’elle dégage, la pièce “The Normal Heart” fait bénéficier à ses spectateurs de l’incroyable richesse d’une écriture dans l’Histoire. Activisme, amour, colère, amitiés, obstination, sexualité,  politiques, fatalisme mais aussi espoir s’y côtoient, exacerbés par l’urgence du moment. Devenue une oeuvre théâtrale largement saluée et récompensée de multiples Tony Awards, elle s’inscrit aussi dans un devoir de mémoire qu’une création plus contemporaine pourrait difficilement retransmettre 35 ans plus tard.

Le texte nous immerge dans un monde percuté par une maladie sans nom, impossible à détecter avant qu’elle ne se déclare, au mode de transmission inconnu. Un monde dans lequel un petit groupe d’individus se bat pour se faire entendre par un maire de New-York -Ed Koch- et un Président -Ronald Reagan- qui les ignorent. Pour tous ceux qui auraient la tentation de penser que le sens de l’exagération Hollywoodien est passé par là, Larry Kramer a tenu à rappeler en 2011 que “Tout ce qui est décrit dans “The Normal Heart” est réellement arrivé”.

L’envie de faire exister “The Normal Heart” en France se fonde sur la nécessité d’éclairer une période qui semble à la fois très loin et très proche pour tous ceux de ma génération. La pièce relate un combat qui a été très peu traité et ne peut pas être oublié, très différent de celui des années 90 qui a été plus souvent abordé. Avec une conviction : le sujet a la capacité de toucher tous les publics. En traitant une situation de déni qui résonne tristement aujourd’hui sur d’autres sujets.

Mais au-delà, “The Normal Heart” est tout simplement une excellente pièce, je suis fier du travail qui a été réalisé et mon voeux le plus cher aujourd’hui est qu’elle existe dans un théâtre parisien.

Update

Le 14 février, une lecture de la pièce s’est tenue au Théâtre de la Pépinière devant un public de professionnel. Les retours ont été positifs, plusieurs mains se sont levées pour faire vivre cette pièce en France.

Lecture de THE NORMAL HEART de Larry Kramer. Photo © Benjamin Boccas
Lecture de THE NORMAL HEART de Larry Kramer. Photo © Benjamin Boccas
Lecture de THE NORMAL HEART de Larry Kramer. Photo © Benjamin Boccas
Lecture de THE NORMAL HEART de Larry Kramer. Photo © Benjamin Boccas
Lecture de THE NORMAL HEART de Larry Kramer. Photo © Benjamin Boccas
Lecture de THE NORMAL HEART de Larry Kramer. Photo © Benjamin Boccas
Lecture de THE NORMAL HEART de Larry Kramer. Photo © Benjamin Boccas

Terrassé par “Les Idoles”

Je n’avais pas compris, pas voulu trop en savoir avant de découvrir. Je m’attendais bêtement à une succession de textes, sans doute vibrants, pour relater ses années où la maladie ravageait le milieu artistique. Mauvais “privilège” de l’âge, j’ai trop connu cette période pour me sentir étranger, trop occupé une partie de ces derniers mois à ce que je considère comme un devoir de mémoire pour passer à côté. J’allais pleurer, (re)découvrir, faire remonter à ma mémoire des souvenirs douloureux que je ne veux pas oublier. Aller voir “Les Idoles” au Théâtre de l’Odéon était un mal nécessaire et utile.

Dès la première seconde, la première cigarette allumée (il y en aura beaucoup d’autres), la découverte du décor, l’apparition en clair obscur des acteurs et la voix de Christophe Honoré lui-même qui s’échappe d’un haut-parleur, je suis emporté. Je réalise mon erreur. Je sais que ce qui va se passer pendant plus de 2 heures va résonner en moi, avec mon histoire, mes souvenirs. Même pas le temps de me demander comment mes voisins de moins de 30 ans, le couple bourgeois de quinqua croisé à l’entrée, la dame qui ressemble à ma grand-mère en corbeille… vont se retrouver dans cette histoire tellement calibrée pour moi que mes yeux en sont déjà rougis. Chacun se dira sans doute la même chose à la fin. Et sera aussi content que moi de mesurer la diversité des spectateurs dans une salle comble.

La méthode qu’Honoré qualifie de “Nécromantique” avait déjà été employée mais je ne l’avais jamais vue. L’idée de convoquer en 2018 six morts marquants du Sida, idoles du créateur, offre le creuset idéal à un spectacle fondé sur la rupture de ton, de fond, des émotions, des lieux, dans un entremêlement des temps qui ne nous perd pourtant pas une seconde. Ce sont aussi des points de vue et des univers bien différents -malgré ce destin commun- qui vont se croiser, portés par des personnalités qui n’auront finalement pas marqué l’inconscient collectif de façon homogène : Hervé Guibert, Cyril Collard, Bernard-Marie Koltès, Jacques Demy, Serge Daney et Jean-Luc Lagarce.

On pleure, bien sûr. Beaucoup en ce qui me concerne. Mais on rit aussi, beaucoup plus que prévu. On est interpellé : je ne savais par exemple pas que Demy était mort du Sida et on comprend pourquoi. On est surpris par des trouvailles de mises en scène d’une intelligence folle, en particulier dans l’utilisation de la vidéo et l’intégration de la musique. On est étonné par des règlements de compte par les ressuscités eux-même, parfois entre eux, parfois malmenés par une figure “extérieure” lorsque Liz Taylor leur reproche leur manque d’activisme dans la société civile. Le tout parsemé d’émotions qui s’égrènent de la colère à une certaine idée de la légèreté, en passant par la sensualité. En fil conducteur : une justesse de chaque instant malgré des situations sur le fil.

Comment ne pas parler des acteurs qui font plus qu’incarner puisqu’ils ont, fidèles à la méthode de Christophe Honoré, participé à la création de la pièce ? Tous sont exceptionnels. S’il ne fallait retenir qu’un moment marquant pour chacun d’eux :

Marina Foïs, sous les traits d’Hervé Guibert, livre un long extrait de “A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie” sur l’agonie de son ami “Muzil” alias Michel Foucault, témoignage qui avait fait couler tant d’encre à l’époque. Marina Foïs, après un début relativement en retrait, y est absolument bouleversante.

Marlène Saldana, principalement dans le rôle de Demy mais toute aussi puissante dans le rôle de Liz Taylor, ose une danse impudique, drôle, bouleversante qu’on n’est pas prêts d’oublier.

Julien Honoré, frère de Christophe, est blessé et donc dans un fauteuil roulant lors de la représentation à laquelle j’ai assisté, ce qui ajoute certainement et étrangement à la force de l’incarnation de Lagarce.

Jean-Charles Clichet, interprète divinement un Serge Daney dont on se demande si il était ce personnage aussi drôle que touchant en vrai. Son interprétation (excellente au passage) de “I should be so lucky” de Kylie Minogue est l’image que j’ai envie d’en garder.

Harrison Arévalo, par son charme, sa puissance, son aisance sur scène (y compris avec son corps) réussit à faire instantanément oublier cet accent sud américain assez étrange pour interpréter Cyril Collard. Sa scène clé est sans doute le moment offert à Collard de recevoir le César obtenu 3 jours après sa mort. Même si on aimerait tous repartir avec son mini short en jean dans les mains et qu’on réfléchira si on nous propose un tour en cheval.

Youssouf Abi-Ayad, dans le rôle de Koltès, apporte cette touche ténébreuse, complexe, presque vénéneuse. C’est celui qui joue le plus avec la caméra et donc les vidéos projetées avec un regard qui transperce l’écran.

Lors des rappels, en larme, incapable de me lever, je n’avais qu’une envie : les prendre un par un dans mes bras pour leur dire merci de leur engagement, leur justesse, leur force. La dernière fois que ça m’était arrivé, c’était à la fin de “120 battements par minute“, à croire que le sujet me percute plus fort que les autres.

J’ai eu besoin hier soir de revoir Hervé Guibert chez Bernard Pivot, dans une interview qui m’avait tellement marqué à l’époque. Je ne me souvenais pas de l’humour, juste de la noirceur.

J’ai l’envie furieuse de revoir “Les nuits fauves” pour ne plus faire partie de ceux qui ont un peu trop oublié ce que Cyril Collard a représenté. Ce sera fait très vite?

Cette oeuvre me galvanise pour mener à bien un projet de 3 ans dont je finirai forcément par parler ici.

Merci à celui qui m’a offert la place et qui m’a permis d’échanger sur l’émotion en sortant, ce dont j’avais besoin cette fois.

Immersion dans mon expérience “Game of Thrones” (spoilers)

Après avoir expérimenté en 2011 les premiers épisodes de “Game of Thrones”, puis poussé la tentative jusqu’à la première saison dans son intégralité “pour être sûr”, mon verdict était sans appel et irrévocable : je n’avais pas assez de temps pour m’ennuyer devant une série. Trop de personnages, de longs discours inutiles et souvent obscures, des scènes de sexe et de violence souvent gratuites. Je pouvais donc m’enorgueillir d’être un des rares ultra fans de séries au monde à ne pas aimer #GoT, sous les huées de mes petits camarades.
 

Il aura fallu la conjonction de 2 éléments majeurs pour que je me lance dans l’aventure : souffrir du décalage ressenti avec une pop culture désormais omni présente et du temps disponible, beaucoup de temps !
Il y a 3 semaines, en décembre 2018, j’ai donc décidé de prendre le risque de “gâcher” 70 heures de ma vie en me forçant à regarder l’intégralité d’une série potentiellement inintéressante pour moi. Juste avant l’arrivée de la huitième et ultime saison de la saga, attendue en avril 2019.
 

J’ai ainsi vécu une expérience très enviée par les fans et incomprise par les autres : la découverte en binge watching de Game of Thrones après 7 ans de bouche à oreille effréné, d’événements traumatisants dont je savais peu de choses mais quand même (comment échapper à la mort et la résurrection de Jon Snow ?), d’une imagerie que je ne comprenais pas toujours mais qui était bien présente (il y a des dragons et une jeune demoiselle aux cheveux blancs qui les chevauche). Avec en toile de fond une légende autour de la série qu’on ne peut pas ignorer : elle fait mourir ses personnages principaux de façon souvent inattendue à tour de bras. Sachant tout ça, mon aventure a donc forcément été très différente de tous ceux qui ont découvert le phénomène en temps réel.
 

Ai-je succombé à mon tour à la folie “Game of Thrones” ? Mauvaise nouvelle les gars, il va falloir tout lire pour le découvrir. Voici donc une immersion dans mon aventure. Sans éviter les spoilers pour une fois, partant du principe que les fans ont de toute façon tout vu et que les autres s’en moquent. Mais vous êtes prévenus, passez votre chemin si vous n’avez pas vu mais prévoyez de regarder un jour
 
Trois semaines en trois phases
Pour mettre toutes les chances de mon côté, je me suis imposé 2 règles : assurer une attention à 100% à la série en m’interdisant le multitasking (le téléphone en mode avion, aucune source de diversion…) et pas recherche sur internet concernant la série (qui est tel acteur, en quelle année a été diffusée telle saison…) pour m’éviter un sur-spoiling garanti par le moindre article. C’est en vérifiant que l’acteur qui interprète Robb est bien celui de “Bodyguard” que je suis tombé directement sur un article au titre très explicite sur le destin de son personnage, j’en ai tiré les leçons. C’est donc armé des DVD Blu Ray des 3 premières saisons (offert il y a 5 ans) et d’OCS pour les autres saisons que j’ai lancé le premier épisode pour la troisième fois de ma vie. Sans oublier quelques remontants pour tenir le choc.
 

Les deux premières saisons ont confirmé que je trouvais l’ensemble assez ennuyeux. 
On m’avait dit que la fin de la saison 1 allait m’emporter, j’ai surtout trouvé le temps long avant qu’un personnage principal finisse par mourir alors qu’on pense qu’il va être sauvé, technique d’ailleurs largement exploitée dans la série par la suite. L’arrivée d’une ribambelle de nouveaux personnages en saison 2 (souvent venus de nulle part sans explication) a provoqué une lassitude supplémentaire. Il est évident que tout ce que je sais de la série gâche le plaisir : comment par exemple être surpris de la naissance de 3 dragons ?
Concernant ceux dont j’ai compris qu’ils étaient les vrais héros, Jon Snow et Daenerys Targaryen m’apparaissent assez fades, peu charismatiques, décevants. Il y a de bons méchants (Cersei et surtout Joffrey) mais il me manque de bons gentils. Je ne sais pas encore quoi faire de Tyron Lannister, que je pensais méchant mais qui est propriétaire des seuls (rares) moments drôles de la série. Je suis encore dans une pensée manichéenne.
 

L’épisode La Nera qui fait entrer en scène pour la première fois le feu Grégois m’impressionne et me captive. Je découvrirai plus tard que c’est souvent l’avant-dernier épisode de chaque saison qui est le meilleur.
Mais ce sont surtout les bonus inclus dans le Blu Ray qui me sauvent d’un ennui irréversible : ils m’aident à comprendre des liens entre des personnages que je n’avais pas intégré (j’étais pourtant concentré hein) et décortiquent les coulisses d’une production dont on ne peut qu’admettre les exploits techniques. N’empêche, on en m’enlèvera pas de l’idée qu’on n’est pas loin du soap de bas étages (coucheries et pouvoirs) relevé par des scènes de sexe explicites et du gore tous les quarts d’heure. Et malgré le rôle de téléphone portable joué à merveille par les corbeaux, on trouve quand même que les nouvelles se répandent bien vite et sans grande émotions entre les différents royaumes.
 

C’est à la troisième saison que la dimension addictive de “Game of Thrones” a enfin commencé à s’exercer sur moi. 
 
Ce sont bizarrement des personnages assez secondaires et féminins auxquels je me suis attaché, en espérant ne pas les voir se faire buter trop vite : Brienne de Torth et sa relation surprenante avec Jaimie Lannister, Ygrytte qui a enfin dépucelé ce grand nigaud de Jon Snow, Margaery Tyrrel et surtout sa grand-mère, Olenna Tyrell, personnage aussi jubilatoire que Maggie Smith dans “Downton Abbey”. Shae (amante de Tyron qui confirme son capital sympathie) et Ros (prostituée favorite de Theon puis Tyron) font plus étonnamment partie des personnages qui comptent à mes yeux, malheureusement plus pour très longtemps…
 

Le long calvaire de Theon est assez désagréable même s’il fait émerger un méchant qu’on va adorer détester : Ramsay. Les histoires de Jon et Dany continuent à m’indifférer mais des pièces de puzzle commencent à se dessiner, avec quelques récompenses d’avoir bien été attentif tout le temps.
Même si la presse me l’avait spoilée allègrement, j’avoue que la scène du mariage pourpre en fin de saison 3 a constitué un bon petit choc émotionnel. Avant ça, la main coupée de Jaimie Lannister passe pour un micro-phénomène.
Pour la suite, ce sont d’ailleurs souvent les mises à mort qui feront monter en pression l’intérêt pour la série : le roi Joffrey (jubilatoire), Oberyn Martell (gore), Tywin Lannister (dégradante), Lysa Arryn (délivrante) en saison 4.
 

La saison 5 sera pour le coup assez en dessous, en faisant disparaître des personnages dont on se fout un peu (Stannis Barratheon, sa femme et leur fille qu’on aimait bien quand même), Myrcella, la fille de Cersei et Jaimie qu’on n’a pas vraiment eu le temps de connaître. On note d’ailleurs que l’effort mis dans la création de mises à mort à chaque fois différentes pour les personnages clés souffre de plusieurs décès sur le bûcher, brulés vifs.
La mort et la résurrection de Jon Snow n’est ni une surprise, ni particulièrement frappante. Cette même saison 5 nous emmène dans des storylines parfois trop longues (la prise de pouvoir de la religion avec le Grand Moineau, l’apprentissage d’Arya pour devenir “Personne”…). Mais on a maintenant compris que toute mise en place un peu longue trouvera sa justification. Et la marche de la honte de Cersei nous récompense de supporter la dame depuis 5 saisons, même si on se doute que sa vengeance sera terrible.
 

Les saisons 6 (loin devant) et 7 justifient à elles-seules toute l’excitation autour de la série. 
Il aura fallu être patient mais chaque épisode fait avancer l’intrigue, s’appuyant souvent sur des éléments distillés au cours des saisons précédentes. Mon attention est définitivement récompensée lorsque je comprends en saison 7 la raison pour laquelle “Chaos is a ladder” est une mention de Bran qui provoque un émoi assez fort chez Lord Baelysh.
Les personnages principaux prennent enfin un peu d’épaisseur (Jon a gagné des abdos et Sansa du charisme), on a maintenant compris que les méchants sont parfois très méchants, parfois plus ambigus, les gentils aussi. Le manichéisme n’est plus de mise.
 

Des scènes épiques et spectaculaires, en tête desquelles l’impressionnante “Bataille des bâtards”, grandiose, tellement immersive qu’elle en devient suffocante, rythment de nombreux moments où le doute n’est pas permis : même sans l’appui des livres (depuis la saison 5), les showrunners savent très exactement où ils vont, depuis le début. Avec le final de la saison 6, la mort n’est plus distillée par petite touche régulière puisque l’explosion du grand septuaire voit disparaître une dizaine de personnages clés dont ma chouchoute Margaerys.
Comment assurer une montée en puissance en saison 7 ? En assurant un temps fort par épisode, en accélérant l’intrigue, en réunissant (enfin) des personnages centraux dans de grandes scènes marquantes, en faisant prendre conscience de ce que “Winter is coming” signifie réellement. Les fans de la première heure ont d’ailleurs plutôt reproché cette accélération, je l’ai littéralement adorée.
Le problème qui apparaît néanmoins est la surpuissance de Danaerys et ses dragons qui déséquilibre le bras de fer qui s’annonce contre les White Walkers. Mais le souci est diaboliquement bien résolu dans le dernier épisode de la saison. Avec un retournement majeur qui a réussi à me cueillir alors qu’il était évident : non, je ne parle pas de Jon qui couche avec sa tante mais de la perspective d’une saison finale qui se jouera aussi dragon contre dragon(s).
 

Si l’épisode de la “Bataille des bâtards” (saison 6 épisode 9) est considéré par beaucoup comme le meilleur épisode de la série et peut-être de toutes les séries confondues, c’est un autre moment qui m’a bouleversé en saison 6. L’épisode 5, intitulé “La Porte”, le surpasse à mes yeux. On y assiste à la mort de Hodor (et la Corneille à trois yeux qui passe le flambeau à Bran) mais surtout la révélation de l’origine de son nom, qui donne le vertige pour plein de raisons. Peut-être moins spectaculaire mais brillamment écrit par les 2 showrunners et mis en scène par Jack Bender.
Enfin l’absence de risque de spoilers…
J’ai pu depuis quelques jours commencer à parcourir le web pour trouver la réponse à toutes mes questions… et plus encore :
– Comprendre enfin que Lord Baelish/Littlefinger avait un air familier depuis le début puisqu’il était le personnage principal de Queer as folk version UK il y a 20 ans
– Confirmer que Diana Rigg, ex Emma Peel de Chapeau Melon et Bottes de Cuir et “James Bond Girl” il y a 40 ans est bien l’interprète de la divine Olenna Tyrell
– Découvrir que la marche de la honte de Cersei s’est appuyée sur un trucage numérique, la comédienne ayant été doublée pour le corps nu et maltraité, officiellement parce qu’elle était enceinte (mais on comprendrait que ce soit plus prosaïquement par pudeur). Mais ça a quand même coûté 200.000 dollars.
– Le remplacement mystérieux et sans aucune explication entre 2 saisons de l’acteur qui interprète Daario Naharis ne semble pas avoir été vraiment résolu (on préfère le nouveau donc on s’en fout un peu)
– La façon dont les doubleurs du monde entier ont résolu le casse-tête de traduire la révélation de l’origine du nom “Hodor” a fait l’objet de nombreux articles
– Il y avait eu un pilote où Daenarys et Catelyn étaient interprétées par des actrices différentes mais jugé tellement mauvais qu’il a été mis à la poubelle, le réalisateur viré.
Autant de coulisses que tous les fans connaissent depuis bien longtemps, que je continue à découvrir en attendant, comme le reste du monde, la diffusion de la dernière saison avec une impatience notable. Je me sens de nouveau connecté au monde qui m’entoure.

Mon coup de coeur pour “Nouvelle Page”

Je n’ai pas toujours aimé Jenifer. Surtout pas pendant et juste après la Star Ac (oui, je suis de la génération qui se souvient bien). Puis j’ai apprécié l’artiste, sa voix et ses fragilités, mais je passais à côté de sa musique. J’ai commencé à l’écouter au moment où ses albums ont plafonné à 100.000 ventes. “Appelle-moi Jen” et son rap devenu culte sur “Je danse”, “L’amour & moi” (en particulier ses titres “Sur le fil” et surtout “Orage en vue” passé inaperçu),  ses reprises de France Gall  de qualité malgré l’ambiance polémique, “Paradis secret”, un vrai coup de coeur dans l’indifférence générale. Ce qui m’a alors donné envie de découvrir ses albums précédents et de tomber sur en particulier sur “Lunatique”, son dernier vrai gros succès, dont j’aime tous les titres.

J’ai donc plongé sur son dernier album dès sa sortie et la bonne nouvelle est qu’on est nombreux à l’avoir fait cette fois ci. Les chiffres de vente de la première semaine ne sont pas encore disponibles mais le bouche à oreille est positif, les indicateurs Spotify, iTunes et YouTube sont bons, on peut croire au succès de cet album.

Ce que les gens aime

Titre par titre, je n’ai encore une fois pas les mêmes goûts que tout le monde, si je me réfère aux chiffres Spotify au 31 octobre :

1. “Notre Idylle” : 869 474 – c’est le premier single soutenu par un clip et une rotation radio depuis fin août
2. “Les choses simples” (avec Slimane) : 47 272 – l’effet duo Slimane joue forcément
3. “Encore et encore” : 56 054 – il m’a fallu du temps pour comprendre l’engouement, le titre est en fait référencé dans 2 grosses Playlist Spotify… et 
il est poussé comme deuxième single depuis cette semaine
4. “Comme c’est bon” : 48 841
5. “Hey Jen” : 35 800
6. “Des je t’aime qui se perdent” :  33 164
7. “Respire” : 32 896
8. “Reste” : 29 959
9. “L’amour.0” : 29 599
10. “Post mélancolie” : 26 523
11. “Un petit tour” : 23 775
12. “Pour nous retrouver” : 22 86
13. “Derrière les soleils” : 22 041
14. “Nostalgique d’hier” : 21 392
15. “Les choses simples” (proche et intime) : 20 688
16. “Mystère” : 19 581
17. “Ton absence” : 18 662
18. “Baby blues” : 18 211
19. “L’été qui s’en va” : 17 865

Ce que j’aime

La promesse d’un retour aux sources dans cet album m’inquiétait, il est tenu mais avec dans la grande majorité du temps le twist qui fonctionne bien sur moi. Voici donc le classement subjectif de l’ensemble des titres de l’album, à un moment où j’ai de toute évidence plus envie de danse que de mélancolie. Mais, soyons clairs, je les aime tous, même le dernier du classement #EcoleDesFans.  Commençons par là.

19. L’été qui s’en va : en parlant de mélancolie, on y est. Digne du Jenifer d’il y a 16 ans sortie StarAc, celle que je n’aimais pas mais que le public adorait donc bon… Ceci dit, Spotify et moi, on est d’accord sur ce coup là.

18. Derrière les soleils : voir plus haut, même motif, même “punition” ^^

17. Pour nous retrouver : ça bouge bien, c’est sympa, un petit côté funk frais mais il n’en reste pas grand chose.

16. Encore et encore : quelle drôle d’idée de sortir ce titre en second lead. Même commentaire que pour les titres 18 et 19. On comprend l’envie du retour au source au moment où ça cartonnait, le principe de l’écouter alangui sur une peau de bête au coin du feu mais c’est tellement pas le meilleur titre de l’album.

15. Baby Blues : on a dit que j’étais pas en kiff mélancolie donc bon. En revanche, je reconnais que c’est efficace. Il se passe exactement ce qu’on attend dans la dernière partie, ça vaut une quinzième place.

14. Comme c’est bon : autant acheter un album de Christophe Mae, on reconnait en 2 secondes le style et je suis moyennement fan.

J’aurais pu placer les 12 suivantes ex-aequo tellement je les aimes toute. L’exercice a été compliqué, comme personne ne l’attendais, je me suis dit que ça valait le coup de me forcer. Ahah.

13. Un petit tour : le refrain reste en tête, simple et efficace.

12. Post Mélancolie : j’ai pas arrêté de danser depuis la 14, c’est le type de retour au source qui me plait

11.  Mystère : la patte Christophe Mae ne gâche cette fois pas le plaisir et produit en version Jen, ça marche bien.

10. Nostalgique d’hier : la première fois que je l’ai entendue, j’ai pensé aux bals perdus de Bourvil (la référence est directe) et la mélancolie nostalgique a cette fois marché sur moi. J’adore la chanter.

9. Reste : ce titre qui aurait pu être très StarAc doit beaucoup de sa 9ème place à l’interprétation de Jenifer qui casse sa voix comme j’aime

8. L’amour.0 : je pensais que ce titre là cartonnerait dans les écoutes Spotify. Pas tant que ça en fait. Je le voyais pourtant un single potentiel.

7. Des je t’aime qui se perdent : on revient à un titre qui bouge, en tête en 2 secondes, ça marche parfaitement, musique et texte.

6. Notre Idylle : j’ai aimé le titre dès le 29 août. Parfait choix de lead pour l’album. Le titre est à mon avis loin d’avoir fini sa carrière. Les 3 millions de vues sur YouTube seront bientôt dépassées.

5. Respire : voilà ce qu’aurait été mon choix en deuxième single de l’album. Texte sympa d’Yseult. Ce sera sans doute pour le printemps.

3. (ex æquo) Les choses simples (duo avec Slimane) et Les choses simples (proche et intime) : j’aime les 2 versions pareil, le titre du gagnant de The Voice  a notamment la qualité de ne pas ressembler trop a du Slimane (que j’adore par ailleurs), il semble avoir vraiment fait l’exercice d’écrire pour Jen.

2. Hey Jen : j’aime bien que le titre “à message” de l’album, qui aurait pu être lourd et plombant, soit aussi bon. Un tube en puissance.

Mon titre préféré de l’album est loin devant, en boucle depuis une semaine, je représente sans doute une part non négligeable de son nombre d’écoutes (incroyablement trop limité) sur Spotify.

1. Ton absence : je n’ai aucun argument. A sa première écoute, ce titre là m’a embarqué. Ce ne sera pas un tube mais c’est dès maintenant mon coup de coeur absolu de l’année.

Je sais que, quoiqu’il arrive, cet album restera celui qui a accompagné une nouvelle vie loin de Paris, il sera associé pour toujours à mes endroits préférés de Lisbonne, aux séances quotidiennes de sport, aux ballades à se perdre dans les ruelles.

Bizarrement, je ne l’ai jamais vue en concert, je n’en ai même jamais eu l’idée. J’espère que ses dates et les miennes nous feront nous croiser à Paris ou ailleurs <3