Personnalité multiple egotrip

Je me souviens d’une vieille conversation avec mes parents qui me racontaient la succession de surprises que leurs avaient réservés les échanges avec le corps professoral tout au long de ma scolarité. Elève plutôt bon sans être notablement brillant,  je passais de l’ « enfant dangereusement isolé » -qui avait probablement fait craindre un risque d’autisme à ma maitresse en maternelle- au « leader du groupe » dans le spectacle de fin d’année au collège, de la « discrétion attentive » qui faisait de moi le chouchou en CM2 au « petit rigolo » qui faisait marrer (et dissipait) les filles au lycée. Même si chaque commentaire sur mon caractère se révélait surprenant, mes parents ont sans doute pensé que j’avais tout simplement évolué en grandissant, bien que ce ne soit pas forcément très visible dans mon comportement en famille où j’ai toujours démontré un caractère fort mais plutôt discret.

Je ne pense pourtant pas avoir changé et me reconnais aussi bien dans l’enfant isolé que dans le petit rigolo chef de bande (Et là je me bats très fort pour ne pas citer du Céline Dion hein). Il m’a fallu du temps pour comprendre qu’une personnalité aussi multiple n’était pas la norme. Et pouvait déstabiliser autour de moi.

Je ne peux qu’imaginer la diversité et la contradiction des adjectifs qui me décriraient le mieux en fonction de mon environnement. Ca donnerait sans doute à peu près :

Au travail en France : distant et respecté. Austère et exigent. Plutôt grande gueule. Lunatique et sous contrôle.

Au travail à l’étranger : réservé mais sympa. Fiable et contradicteur. Intrigant.

Avec mes relations pro et contacts ponctuels : sympa et accessible. Drôle et attentif. Superficiel et léger. Trop secret.

Avec mes amis, selon les amis et les groupes :

  • Joueur, leader, indépendant, égocentré, lunatique
  • Suiveur, à l’écoute, discret, peu investi, dans le groupe mais à l’écart
  • Bon public et réservé, de bon conseil
  • Bavard et déconneur, bon confident, sociable, fêtard mais parfois absent
  • Effacé pour mieux mettre en avant les autres, peu partageur mais connecteur, casanier

Cette diversité catégorisée transparait sur les réseaux sociaux où je suis tour à tour pro et déconneur (sur Twitter), dépressif et égocentré (sur mon blog), éparpillé (sur Facebook), exposé (sur Instagram)…

Ceux qui me connaissent dans une catégorie m’imaginent en général avec difficulté dans une autre, J’ai longtemps eu du mal à réunir et mélanger mes amis, sans doute incapable de trouver le meilleur dénominateur commun. Et n’ai réalisé que très récemment la complexité pour les autres, plus que pour moi, de cette diversité de traits de caractère.

3 Replies to “Personnalité multiple egotrip”

  1. Pour moi, qui est le même type de “trouble”, j’aurais la conclusion inverse, c’est plus dur pour soi que pour les autres: dès que l’on prend conscience de cette fêlure, on peut avoir tendance à vouloir la gommer et on finit par se forcer à donner une image cohérente à tout le monde.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *