PRLand Eric Maillard
PRland par Eric Maillard header image 2

Petite histoire de la Grippe A : Jour 2

16 septembre 2009 · Non classé · 2 Commentaires

Dans toute mésaventure, il y a sa bonne nouvelle. Avoir quelqu’un dans son équipe atteint de la Grippe A, c’est donc aussi s’affirmer en tant qu’early adopter et surtout se contenter de copier coller le récit de ses « aventures » sur son blog (j’adore). Il faut que je me fasse une raison, demain, Charles-Antoine ira beaucoup mieux, alors je profite maintenant…

masque-grippe-a

J’ai toujours fantasmé sur une semaine à passer à la maison, seul, sans engagement, sans contrainte, sans honte de ne rien faire de bien constructif.

Je glisse sur la liste des choses que j’ai toujours rêvé réaliser en pareille situation (on a tous à peu près la même).

Mais glander avec la grippe A, c’est comme faire ses courses quand on sort de table, on manque d’imagination, on a peu d’envies. C’est dire, je n’ai même pas la force de regarder TF1 (il en faut peu pourtant).

Je réalise en fait que pour bien glander, il faut être plus en forme que ça. Hier, j’ai semi-glandé.

Et puis la vraie glande ne fait sens que lorsque l’on peut la confronter à l’activisme d’autrui (touiller un café en terrasse pendant des heures en face de l’agence par exemple).

Mais là pas moyen ! Mon sens civique et ma voisine qui votait encore Pétain en 2005 m’empêchent de mettre un pied dehors. Plus moyen d’accéder à la boite aux lettres, j’élabore une stratégie pour atteindre le local à poubelle de nuit, hors de question de faire des courses. Pourtant il ne reste dans les placards et le frigo que des aliments sains et complexes à cuisiner. Je n’aurais jamais du faire pizza-pommes dauphines le premier soir !

Mais parlons symptômes !

Je crains de décevoir. Les mêmes qu’hier, à savoir maux de tête, courbatures, et pics de fièvre.

En fait, c’est un peu comme quand on boit un peu vite pendant un dîner. On ne réalise que l’on est fait que lorsqu’on se lève. Là pareil, on est mieux assis ou couché.

Toujours contre le masque

Le masque est définitivement peu pratique :

  • Galère de feuilleter un magazine quand les pages collent
  • Pas moyen de se grattouiller le nez
  • Difficile de se lier d’amitié avec sa voisine collabo
  • Engageant de partager un repas avec un sujet sain
  • Complexe de maintenir son autorité auprès des filles une fois qu’elles ont compris que je ne mourrai pas de la grippe A.
  • Impossible de lécher le rabat (non autocollant) de l’enveloppe donnée par le médecin pour renvoyer à la sécu l’arrêt maladie

Ils auraient du penser à un masque avec un trou pour la bouche.

A bientôt pour d’autres nouvelles de la grippe A

2 commentaires ↓

  • 1 charlesantoine // sept 16, 2009 at 10:58

    Je ne cache pas mon plaisir de lire ces petites histoires de la grippe A. L’impression tenace tout de même d’incarner l’anti-héros parfait.

    Je suis assez pour l’idée de Jean-Philippe de se servir de nos virus pour régler nos comptes.

  • 2 Cécile de Quoide9 // sept 21, 2009 at 13:41

    C’est plus palpitant (plus drôle et mieux écrit !!!) qu’un Dan Brown !

Laisser un commmentaire