Petite histoire de la Grippe A

Vous en connaissez, vous, des gens qui l’ont choppé, ce truc qui fait la Une des journaux depuis des mois ? Parce que moi, oui. Charles-Antoine avait mis tous les atouts de son côté : des enfants qui ont repris l’école, pas de masque au bureau, des éternuements pas toujours dans son bras, à croire qu’il cherchait hein… Puisque, pour une raison indeterminée, il n’a toujours pas de blog, c’est ici qu’il nous relate enfin la vraie histoire de la Grippe A vue de l’intérieur (pendant que nous, on tremble en essayant de se souvenir du nombre de fois où on était à moins de 2 mètres de distance au bureau la semaine dernière).

h1n1

J’ai décidé de vous donner des nouvelles de la grippe A histoire de partager les expériences.
Je commence par vous raconter la fin  : je ne devrais pas succomber au virus.
Je dis ça parce que dans certaines institutions (comme l’école publique), c’est ce que l’on raconte. La première fois que mes filles m’ont vu avec un masque, elles y ont vu le signal clair que l’enterrement était pour bientôt.

Apparition des symptomes
A 17H40 vous êtes en bonne forme. A 18H30  vous pensez que vous ne vous relèverez pas (surtout si vous êtes un homme).
D’un coup : fièvre, courbatures (comme pour le sport, il paraît), frissons, souffle court (ça fait flipper ?).
En gros comme une grippe basique, banale, saisonnière mais en plus rapide (en clair, pas évident de mettre l’entourage à l’abri avant !!!)

Le Medecin
Il ne vous fait pas un hug en arrivant, vous accueille dans un cabinet les fenêtres ouvertes, vous ausculte de loin. De toute manière avec la tête que l’on tire, le diagnostic n’est pas long à établir.

Le traitement
De l’aspegic et un sirop pour la toux. “Mais alors, c’est pas une vraie grippe A ?!!!”.
Ben si mais c’est viral donc pas d’antibio et le tamiflu est réservé aux populations à risque.
En même temps, l’aspegic 1000 est ton meilleur pote. Tu aimerais mieux que ce soit du 10.000 de temps en temps.

Les conditions d’hygiène
C’est mieux quand on a une femme de ménage. Sinon, c’est galère. Genre changer tout le linge de maison, faire bouillir le linge (même quand Ariel est efficace dès 30°),  désinfecter les pièces 4 fois par jour avec un spray, aérer 30 minutes les pièces, se laver les mains…

Le port du masque
Il fait chaud sous un masque.
Ca donne envie de se laver les dents 5 fois par jour !
C’est pas pratique pour boire du coca.

Mais le masque, c’est surtout le symbole le plus fort, le plus visible et le plus neuf.
Je souhaite bon courage au premier porteur de masque dans le métro.
Il va comprendre ce qu’est le poids du regard des autres.
Info scoop de dernière minute : ma voisine qui m’a croisé dans l’immeuble avec un foulard sur le visage (pour planquer mon masque un peu flippant) m’a dénoncé à l’école. Sympa, non ?

A bientôt pour d’autres nouvelles de la grippe A

11 Replies to “Petite histoire de la Grippe A”

  1. Ca va être une première : deux messages du même auteur dans ma prochaine sélection bloggesque… Ah ben non, suis-je bête, c’est Charles-Antoine qui parle.
    Au fait, t’est sûr que ça ne s’attrape pas bloggesquement la grippe A ?

  2. C’est énorme cette histoire de dénonciation !!!!
    Sinon, de mon coté, je ne vois pas bien comment on ne va pas la choper cette grippe A et effectivement, c’est juste une grippe, pas de quoi se prendre la tête plus que ça…Ahhhh le pouvoir des médias !

  3. Eric,

    Tu pourras dire à Charles-Antoine ;-), que tu en connais un second depuis aujourd’hui.
    Et moi, si dans 24h les symptômes évoluent, j’ai droit au Tamiflu

    Perso, je pense que ce soir je vais descendre les poubelles avec un masque, j’ai des comptes à régler avec des gars de l’immeuble… 😉

  4. Courage hein, quelque chose me dit qu’on passera tous par la Grippe A.
    Jean-Philippe, on t’envoie nos bonnes vibes pour passer à côté du Tamiflu

  5. Les symptômes sont similaires à ceux d’une grippe saisonnière !

    Mangez des fruits & des légumes 🙄

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *