Séries de l’été : Grey’s Anatomy

Gray's AnatomyLe jeu de mot pourrait être qualifié de très mauvais s’il était de moi, mais il ne l’est pas : le titre de la série événement Grey’s Anatomy s’inspire bien de celui d’un célèbre livre de référence de l’anatomiste Henry Gray, en le détournant au profit du nom de l’héroïne. A l’origine, le titre envisagé était “Complications”, choix qui aurait pour le coup largement simplifié la vie des diffuseurs français bien embarassés par un titre auquel personne ne comprend rien. Alors que TF1 diffuse (déjà) ce soir le 1er épisode de la deuxième saison, c’est le jour idéal pour s’arrêter sur le succès surprise de ces 2 dernières années, deuxième série marquante de l’été après Cold Case. Pour les retardataires, en fin de message, une petite vidéo pour suivre la deuxième saison sur de bonnes bases…

Grey's AnatomyLancée sur CBS en cours de saison le 27 mars 2005 et avec une courte première saison de 9 épidodes sur ABC, et à peine plus d’un an plus tard, le 3 juillet 2006, sur TF1, Grey’s anatomy a d’abord obtenu un succès public (près de 20 millions de téléspectateurs, voir ici et , et un pic à 25 millions en milieu de saison 2) avant de séduire les professionnels. Jugée peu réaliste, au moins au regard de la série de référence en la matière Urgences, et moins décalée que Scrubs, Grey’s anatomy reste pourtant un ovni. C’est aussi la première série médicale à remporter un succès planétaire depuis Urgences créé en 1994 ainsi qAwardsu’une pluie de récompense à faire pâlir de jalousie les Desperate Housewives : Emmy Awards, Satellite Awards et Teen Choice Awards en 2005, Director Guild of America, Screen Actor Guild Awards, Writers Guild Awards et Golden Globes en 2006, avec en plus 7 nominations aux Emmy Awards qui seront décernés le 27 août prochain.

Mérédith GreyGrey’s Anatomy s’intéresse au parcours de Meredith Grey, dont la mère est un chirurgien réputé atteinte de la maladie d’alzheimer, et qui débute son internat dans un hopital de Seattle avec des collègues, à la fois amis et concurrents. La veille de son arrivée, elle a la bonne idée de passer la nuit avec celui qui se révèlera être docteur dans le service qu’elle rejoint.  Les 5 internes qu’elle rejoint sont aussi attachants qu’insupportables, stéréotypés mais imprévisibles. Cristina allie l’ambition et le manque de tact, Izzie l’arrogance et le peu de confiance en soi, George est timide et chaleureux, Alex est doué mais trop sûr de lui. Les chirurgiens ne sont pas en reste : Miranda est surnommé “le nazi”, Derek et Preston n’hesitent pas à entretenir des relations avec leurs internes…

Le générique du programme, plus proche de celui de Nip/Tuck que Urgences, donne le ton :  l’environnement hospitalier n’est qu’un pretexte pour s’intéresser aux vies, aux amours, aux difficultés de 2 générations croisées. La compétition se joue à travers la course aux opérations, la joie de d’une ablation ou d’une trépanation… L’une des marques de fabrique de la série est son casting très multi-ethnique. Or, si la mise en avant dans des rôles principaux de blacks, asiatiques et hispaniques n’a rien d’exceptionnel (voir toutes les séries américaines de l’été !), c’est surtout les histoires d’amour entre un black et une asiatique qui “innove” dans Grey’s Anatomy.

Parmi les secrets de la série :

  • En VO, les titres de quasiment tous les épisodes sont des titres de standards : épisode 1, “A hard day’s night” des Beattles, Ep 2 “The first cut is the deespest” de Cat Stevens…
  • Le personnage interprété par Justin Chambers (Alex Karav) n’était au départ pas prévu dans la série mais il manquait le pilier séducteur parmi les internes pour faire de l’ombre aux craquants docteurs. Certaines scènes des 5 premiers épisodes ont donc été tournées de nouveau avec l’acteur.
  • Katherine Heigl, qui interprète Izzie, a directement inspiré l’épisode 3  : l’actrice milite pour le don d’organe après le décès de son frère dans un accident de voitures. C’est également elle qui a obligé le staff technique à se mettre en sous-vêtement pour tourner une scène dénudée.
  • Ellen Pompeo, actrice du rôle titre et en visite promo à Paris récemment, est devenue une véritable star. Elle interprète une interne en médecine malgré ses 37 ans !
  • Patrick Dempsey, dont le rôle était initialement destiné à Rob Lowe, a lui aussi gagné ses galons de star et s’est classé parmi les acteurs les plus sexys de la télé derrière josh Holloway (lost) mais devant Wentworth Miller (Prison Break), Tom Welling (Smallville), John Stamos (Jake in Progress) et David Boreanaz (ex-Angel, Bones).
  • C’est le 18 juillet qu’a commencé le tournage de la troisième saison dont la diffusion est prévue à partir du 21 septembre aux Etats-Unis.

Pour en savoir plus, outre les sites de ABC et de TF1, je vous conseille 2 excellents sites français : greys-anatomy.info et greys-anatomy.fr.

Pour ceux qui parlent anglais, le blog des auteurs de la série est immanquable, notamment pour la participation active de Shonda Rhimes qui se trouve être à la fois la créatrice, la productrice et l’âme de cette série.

Pour ceux que cette note aurait motivé pour partir à la découverte de Grey’s Anatomy, tout n’est pas perdu : voici donc en image le résumé des épisodes diffusés depuis le début de l’été par TF1 avant de raccrocher les wagons ce soir.


Grey’s anatomy saison 1 resume
Vidéo envoyée par didoush

10 Replies to “Séries de l’été : Grey’s Anatomy”

  1. Folie Privée > Oui c’est d’ailleurs elle qui se ramasse tous les awards d’interpretation pour la série.

  2. Attends, je viens de lire ton article.
    A Hard day’s night des Rolling Stones ?? Des Rlling Stones ? C’est de l’humour de PR, je présume.

    🙂

  3. eheh c’était juste pour vérifier que personne ne lisait. Bon toi tu commentes d’abord mais quand même tu lis après. Et puis les Beatles ça me gonfle, je préfère citer les Rolling Stones

  4. Très bonne série en effet. On peut pour se faire une idée reagrder la premiere saison qui ne comporte que 9 épisodes.

    Dans les séries de l’été (mais pas encore diffusée en france celle-ci), je cite EUReKA, série complètement loufoque, çà manque un tout petit peu de rythme, je n’ai vu que les 2 premiers épisode mais personnellement je m’amuse beaucoup. Je vous le recommande.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *