Sidaction : pour les dons, c’est maintenant

En ce week-end de Sidaction (pour vos dons, c’est ici ou en appelant le 110), j’ai entendu plusieurs fois une information qui n’est pas nouvelle (Le Monde en parlait déjà il y a 2 ans) : un patient américain atteint d’une leucémie aurait guéri du Sida après avoir reçu une greffe de cellules souches. Voyant pour la première fois les mots VIH et guérison associés et soupçonneux de raccourcis auxquels est parfois contrainte la presse,  j’ai eu envie d’en savoir plus en interrogeant un de mes meilleurs amis, Gustavo Gonzalez Canali, spécialiste en immunologie clinique. La réponse est technique mais permet de mieux comprendre pourquoi la route est encore longue.

As-tu des infos sur le cas de ce patient dont parle la presse ?

Effectivement, on connait ce cas d’un patient assez exceptionnel qui avait une leucémie à la fois assez rare et agressive. Si mon souvenir est bon, c’était à San Diego en 2007.

De quoi souffrait-il ?

Il portait une délétion que nous avions étudiée et publié au CIRBS avec Luc Montaigner à l’Hôpital Saint Joseph. Cette délétion lui conférait une évolution particulière à l’infection par le VIH. Dans tous les cas, il faut savoir que les patients qui sont porteurs n’évoluent pas à la même vitesse que les autres vers le SIDA. Cette mutation, la délétion delta 32 sur le récepteur CCR5 du VIH, leur permet d’évoluer beaucoup plus de temps sans maladie. Cette particularité génétique est plus “concentrée” quoique très rare dans les populations nordiques, d’ou son appellation “protection des vikings”. Elle est inexistante dans les pays proches de l’équateur, ce qui pourrait également expliquer la plus grande importance et facilitation de la contamination dans les pays tropicaux.

Quel traitement a-t-il reçu ?

Son infection concomitante par le VIH n’était pas évolutive et était au second plan en termes de risque de mortalité. L’équipe médicale a décidé alors de pratiquer une greffe de moelle osseuse comme dernier recours pour traiter sa leucémie, tout en sachant le risque subjacent de réveiller le VIH.
Le traitement a été conduit de façon traditionnelle et dans les règles de l’art : chimiothérapie pour réduire sa masse tumorale (nombre des leucocytes anormales) puis, une fois obtenue une première rémission complète (disparition de toutes les formes anormales des leucocytes dans le sang), on procède à un aspiration de sa propre moelle osseuse laquelle est mise en culture sous traitement in vitro pour s’assurer de la disparition des cellules tumorales résiduelles.

En quoi ce traitement agit-il sur le VIH ?

Le patient reçoit une irradiation in toto, c’est à dire du corps entier qui anile complètement et définitivement toute trace des cellules souches hématologiques : globules rouges, blancs, plaquettes, et surtout, ce qui est le plus important : cela stérilise définitivement les cellules contenant du VIH dans le cerveau et -plus importante encore- les cellules appelées dendritiques. Celles-ci sont la dernière barrière pour l’éradication du virus car tous les traitements classiques antirétroviraux agissent lorsque les cellules sont en étape de phase S ou de multiplication. Or les cellules dendritiques qui sont le véritable réservoir du VIH (hormis le cerveau) ne se multiplient que tous les sept à dix ans, ce qui nécessiterait un traitement continu des antirétroviraux pendant au moins 70 ans pour être sur d’éradiquer tout trace d’infection ( en ayant agi sur toutes les cellules qui, par ailleurs, ne se multiplient pas toutes au même temps – cela serait trop simple…)
Le patient de San Diego, en chambre stérile, sans moelle, sans cellules souches, sans cellules dendritiques, toutes tuées par la radiation corporelle totale, a reçu sa moelle “guérie” in vitro et dépourvue de toute trace de virus. Miraculeusement, il supporte les 8 mis de chambre stérile, les infections concomitantes qui se sont déclarées pendant la période de “prise ” de la greffe. Et comme il s’agissait de sa propre moelle osseuse, il n’y a pas eu de phénomène de rejet, donc pas d’immunodépresseurs, seulement des immunomodulateurs à forte dose pour accélérer le développement de ses cellules hématologiques.

Peut-on considérer aujourd’hui qu’il est guéri ?

A ce jour, à 5 ans de la greffe, ce patient est toujours en rémission complète de sa leucémie, et aucune trace de virus n’a pu être détectée. Je serais prudent et ne parlerait pas de guérison mais on n’a à ce jour pas retrouvé trace du virus chez ce patient.

On comprend que ce résultat est exceptionnel dans le sens où il est trop lourd pour être étendu aux autres patients. Que peut-on en retenir quant au traitement du VIH pour tous ?

Effectivement il s’agit d’un méthode pas très orthodoxe, inapplicable théoriquement sur les 35 millions d’individus infectés par le virus, à un coût astronomique, dépassant le budget de la défense américaine…
Mais cette approche a en réalité permis d’explorer certaines “manipulations ” des globules blancs, et des lymphocytes en particulier, qui laissent espérer que dans une ou deux décennies on puisse espérer d’éradiquer le virus.

Où en sont les traitements, en attendant ?

Pour l’heure, on ne peut que se contenter de traiter le plus tôt possible : les personnes infectées qui bénéficient d’un traitement bien conduit ne sont plus capables à 99% de transmettre l’infection. Donc, le pic épidémique pourrait entrer en phase de plateau à condition d’accéder au plus grand nombre avec des traitements adaptés et bien tolérés. A cet égard, les traitements de quatrième génération permettent d’espérer qualité de vie et efficacité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *