Les mystères de larmes

Cette semaine, quelques amis des réseaux sociaux ont attiré mon attention sur une expérience qui date de plus de 3 ans, relayée récemment par le Daily Geek Show. Du 14 mars au 31 mai 2010, l’artiste serbe Marina Abramovic a proposé une rétrospective de son oeuvre Musée d’Art Moderne de New York. Fidèle à la recherche de dépassement de soi qui caractérise son oeuvre, elle a proposé aux visiteurs une expérience hors norme : “The artist is present“, un face à face silencieux, au plus profond des émotions. Pendant plus de 700 heures en 3 mois, Marina a ainsi plongé près de 1.500 interlocuteurs dans un voyage intérieur mené par le seul regard, sans un mot, sans un mouvement.

Plus encore que les vidéos, les visuels de cette initiatives, regroupés dans le TumblR “Marina Abramovic made me cry” sont bouleversants, révélant la beauté de regards brouillés par les larmes.

A l’époque, des célébrités telles que Lady Gaga ou James Franco sont venues tenter l’expérience qui a depuis été retracée dans un documentaire produit par HBO et largement primé en 2012.

L’un des billets dont on m’a le plus parlé en 8 ans de blog est celui où je parlais de mes larmes de plus en plus faciles. Sans doute parce que le sujet reste un peu tabou. Un garçon ne pleure pas, ou ne l’avoue pas en tout cas. Plus de 4 ans après avoir écrit ce billet, je peux dire que rarement une journée ne passe sans que les larmes ne me montent aux yeux. Je fais de moins en moins d’efforts pour les retenir, même si une arme secrète me permet de le dissimuler assez bien*. Elles me font sentir vivant, encore plus qu’un éclat de rire (que j’essaie de pratiquer quotidiennement également).

Si j’avais repéré l’initiative de Marina il y a 3 ans, je pense que j’aurais tout fait pour faire le voyage. Les photos me donnent terriblement envie de me laisser guider par l’émotion de Marina. Je ne manquerai pas son prochain projet.

* Ce voyage, je l’aurais fait avec des lunettes, les lentilles absorbant particulièrement bien les larmes qui montent aux yeux…

Encore un billet autopromo

Cette semaine est un peu ma semaine sur le net, c’est un hasard de calendrier mais je me retrouve un peu partout alors que j’avais assez bien pris l’habitude d’être un peu nulle part sauf ici… OK, je vais m’organiser dans ma tête (et respirer aussi).

Fondu de séries sur lepost.fr

A force de raconter n’importe quoi sur les séries ici, j’ai fini par avoir l’opportunité -grâce à la bienveillance de William et à la confiance de Benoit Raphaël- d’aller le raconter ailleurs, en l’occurence sur lepost.fr / www.lepost.fr/perso/eric-maillard/en tant qu’invité. Benoit, le Redac Chef, me promet une carte blanche, c’est ce qui me plaît mais en même temps, formaté comme je suis, je me sens une responsabilité alors je m’auto censure encore un peu. Mais ça va se détendre et ça va bien finir par saigner. Dans l’excitation, sans même attendre d’être référencé officiellement, j’écris un max avant qu’ils ne s’aperçoivent que tout le monde se fout de mon avis et surtout, que les Upfronts en pleine période de Sweeps sur fond de cliffhangers, ça n’intéresse personne. En attendant, je suis super fier alors je suis à 2 doigts d’appeler ma mère pour lui annoncer la nouvelle : je suis le roi du monde (des séries… sur lepost… dans l’indifférence générale… OK je vais attendre un peu histoire de relativiser).

lepost.fr Eric Maillard Séries

Parisien chez Deedee

Sans prévenir, Delphine a publié une interview à laquelle j’avais répondu il y a quelques semaines provoquant du même coup un effet rouleau compresseur du dimanche niveau visites sur ce blog qui n’en a pas trop l’habitude. Le débat fait rage (bobo ou pas bobo?), en vrai on s’en fout mais je suis ravi d’accueillir toutes ces nouvelles lectrices qui doivent se demander ce qu’elles font là… Coup de bol, on m’avait forcé à parler de féminité la veille.

Connecté dans le Nouvel Obs

C’est jeudi que paraîtra dans les pages Entreprendre du Nouvel Obs un article sur l’Identité Numérique et je fais partie avec Cédric des internautes qui illustrent l’article, en grande partie pour mon aventure du début de l’année (merci à tous pour le soutien au passage, c’est pas gagné mais l’association de mon blog à mon nom est faite sur Yahoo et a nettement progressé sur Google). C’est l’incontournable Benjamin qui s’occupe de l’image, comme chez Deedee d’ailleurs, sa photo et moi, on se quitte plus. Sinon, mon coiffeur m’a promis qu’il achèterait le Nouvel Obs cette semaine, ma popularité dans tout le salon va s’accroître notablement.

MAJ 15/05/2008 : l’article est .

Immergé un week-end au milieu de plein de blogueurs

Une avec un lapin et 35 blogueurs, une avec des voitures et une dizaine de blogueurs, un peu en même temps mais je vais gérer ça très bien. Si les autres pays du monde pouvaient me laisser tranquille le week-end prochain, ça m’aiderait à gérer encore mieux néanmoins…

Mesure de l’impact des RP : interroger vs écouter

Le lancement le 27 mars dernier par l’agence de RP concurrente et néanmoins amie Hopscotch d’une offre en partenariat avec l’IFOP pour “mesurer l’impact des campagnes d’information sur leurs publics finaux” me donne l’occasion d’écrire sur un sujet que je n’ai pas traité depuis très très longtemps malgré le titre de ce blog : les RP ! Tant qu’à y revenir, autant le faire avec panache en montant sur le ring avec gants de boxe…

PR 1.0 VS PR 2.0

Continue reading “Mesure de l’impact des RP : interroger vs écouter”

Un truc de dingue

Vous vous êtes déjà sentis aussi aimé que Michel Drucker par votre grand mère et toutes ses copines de tricot, Johnny Hallyday par Laetitia et tout un stade, Arielle Dombasle par BHL et tous ses costumiers au chômage,  Marion Cotillard par toute la France et l’académie des Oscars ? Nicolas par tous les agriculteurs ? (ben quoi ?). Tout ça réuni…

Ben là, c’est en train de m’arriver et j’ai beau jouer l’indifférence, l’amusement, l’oeil qui frise, le 36ème degré, en fait, dedans, c’est un truc de dingue : ça fait chaud au coeur et pis c’est tout. Bien sûr, c’est moi qui ai commencé mais quand même, tout le reste est spontané, j’vous l’jure monsieur l’juge.

Je vous aime aussi

Alors voilà, moi aussi je vous aime, tous les membres de mon groupe Facebook que j’ai grâce à Greg, et aussi Renaud, Gonzague, Tarik, Damien et tous ceux qui en rajoutent régulièrement sur “le seul le vrai l’unique Eric Maillard” rapport à Google. Sinon, pour la page Wikipedia, faut que je m’en occupe tout seul ou quoi ? (ça va, on peut rigoler 2 secondes quand même).

Mon nom est Maillard, Eric Maillard.

Non ce n’est pas un blogging out. Mon nom n’est pas PRland, ça on le savait. Ce qu’on sait moins, c’est qu’un drame se joue dans l’indifférence générale : mon identité numérique est en train de m’échapper. Vous pouvez m’aider, je lance donc un Ericmaillardthon (je le dramatise un peu, c’est pour vous donner envie de lire la suite hein). Dans mon histoire en 3 actes, vous, mes lecteurs blogueurs, vous détenez les clés du dernier chapitre.

Continue reading “Mon nom est Maillard, Eric Maillard.”