Au coeur de “The Normal Heart”

C’est le projet qui me tient le plus à cœur. Celui dont mes amis les plus proches n’ont pas arrêté d’entendre parler depuis plusieurs mois. Après avoir acheté les droits avec Frédéric Borriello, nous avons très vite été rejoints par l’auteur Virginie de Clausade dont l’engagement nous permet aujourd’hui de présenter aux théâtres parisiens une adaptation qui fera l’objet d’une lecture dans une salle prestigieuse, avec un casting de qualité et hyper mobilisé.

On est en 1984 lorsque Larry Kramer écrit “The Normal Heart”. Il a 50 ans et une carrière de dialoguiste, scénariste, adaptateur, producteur et écrivain déjà solide derrière lui. Il n’a pas encore lancé “Act Up” mais est déjà devenu un activiste presque malgré lui : il a créé “The Gay Men’s Crisis” en 1982 après avoir vu le nombre de ses amis décimé par une étrange maladie, dans une indifférence qui lui a été immédiatement insupportable. Son tempérament aussi entier que combatif le rend peu diplomate et compliquera sa capacité à convaincre jusque dans sa propre communauté. Il saura pourtant tirer parti de ses talents.

Ecrire une pièce très largement autobiographique s’est inscrit dans une démarche activiste, pour se se faire entendre de tous, jusqu’au pouvoir public qu’il a largement défiés. “The Normal Heart” couvre les années 1981 à 1984, son combat constituant plus qu’une toile fond à une série de personnages “fictifs”. S’il est difficile de ne pas reconnaître l’auteur derrière Ned Weeks, chacun des autres acteurs principaux de la pièce est inspiré de personnages qui ont réellement entouré Larry Kramer. Aussi admirable qu’insupportable, le “héros” ne semble dissimuler aucun des travers de celui qui voulait se faire entendre sans compromis.

Le 21 avril 1985, “The Normal Heart” voit le jour au “Public Theater” de Broadway pour 294 représentations. Ned Weeks y est interprété par Brad Davis, acteur de premier plan grâce à “Midnight Express” et “Querelles”. Il découvrira cette même année sa séropositivité qui ne sera révélée qu’à sa mort 6 ans plus tard. La pièce voyagera ensuite à Londres et Sydney avant de revenir à Broadway en 2004 puis en 2011. Chacun des personnages bénéficie d’au moins d’une scène emblématique particulièrement forte, ce qui rend la pièce irrésistible pour de nombreux acteurs. Ainsi, Martin Sheen, Richard Dreyfuss, Kevin Bacon, John Turturro, Joe Mantello, Ellen Barkin ou encore Jim Parsons ont interprété l’un des rôles de “The Normal Heart”.

L’histoire de la pièce a également été marquée par la lutte menée par Barbra Streisand pour adapter la pièce à l’écran pendant plus de 25 ans, n’ayant jamais trouvé d’accord avec l’auteur sur l’équilibre entre le respect du texte original et les adaptations nécessaires pour passer les barrières de l’époque. C’est seulement le 25 mai 2014 que “The Normal Heart” sera porté au petit écran par Ryan Murphy sur la chaîne câblée américaine HBO.

Au-delà de ses qualités narratives et de la force de l’émotion qu’elle dégage, la pièce “The Normal Heart” fait bénéficier à ses spectateurs de l’incroyable richesse d’une écriture dans l’Histoire. Activisme, amour, colère, amitiés, obstination, sexualité,  politiques, fatalisme mais aussi espoir s’y côtoient, exacerbés par l’urgence du moment. Devenue une oeuvre théâtrale largement saluée et récompensée de multiples Tony Awards, elle s’inscrit aussi dans un devoir de mémoire qu’une création plus contemporaine pourrait difficilement retransmettre 35 ans plus tard.

Le texte nous immerge dans un monde percuté par une maladie sans nom, impossible à détecter avant qu’elle ne se déclare, au mode de transmission inconnu. Un monde dans lequel un petit groupe d’individus se bat pour se faire entendre par un maire de New-York -Ed Koch- et un Président -Ronald Reagan- qui les ignorent. Pour tous ceux qui auraient la tentation de penser que le sens de l’exagération Hollywoodien est passé par là, Larry Kramer a tenu à rappeler en 2011 que “Tout ce qui est décrit dans “The Normal Heart” est réellement arrivé”.

L’envie de faire exister “The Normal Heart” en France se fonde sur la nécessité d’éclairer une période qui semble à la fois très loin et très proche pour tous ceux de ma génération. La pièce relate un combat qui a été très peu traité et ne peut pas être oublié, très différent de celui des années 90 qui a été plus souvent abordé. Avec une conviction : le sujet a la capacité de toucher tous les publics. En traitant une situation de déni qui résonne tristement aujourd’hui sur d’autres sujets.

Mais au-delà, “The Normal Heart” est tout simplement une excellente pièce, je suis fier du travail qui a été réalisé et mon voeux le plus cher aujourd’hui est qu’elle existe dans un théâtre parisien.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *