Boucheron ou quand bloguer peut mener à tout

Je me dois de rassurer mes proches en préambule : ici, c’est le vrai Eric Maillard. Juste un tout petit peu changé. Tendance bling bling vous voyez ? Bref, je me suis tout récemment découvert une passion pour la Haute Joaillerie et des bijoux dont j’ignorais jusqu’à il y a peu de temps l’existence. Tout ce que j’en avais vu, c’était sur le doigt de Nicolas Cage dans Sailor et Lula. Ce que j’en ai appris, c’est donc des tonnes de choses, grâce à un programme “délits d’initiés” qui me semble au passage être l’une des plus belles opérations blogueurs de ces derniers mois. Il parait que les journalistes ont droit au même parcours mais c’est tellement coloré de participatif, co-création et discussions que ça aurait pu être créé pour nous. Boucheron a 150 ans et ça va se savoir (c’est mon côté Sylvain Monceau pour les plus pointus).

Boucheron 150 ans

Quand vous entrez chez Boucheron au 26 Place Vendôme, vous ne savez pas forcément que vous avez pénétré dans l’antre du dernier Joaillier du coin à disposer de son atelier de fabrication sur place. L’équipe web, mobilisée au grand complet, est là pour vous le rappeler en égrenant quelques points saillants de l’état d’esprit Boucheron, la mythologie de la marque crée en 1858 et des grands noms qui sont entrés dans son univers au fil des années. Par exemple, vous saviez vous que la montre achetée par Edith Piaf pour Marcel Cerdan était une Boucheron ?

En accédant au programme “délits d’initiés”, on comprend assez vite qu’on va devenir un ami, en tout ccas on en a très envie, pas uniquement parce qu’on parle d’une marque de luxe (ce serait plutôt contre productif habituellement pour moi). Parce qu’on est non seulement invités dans les coulisses mais parce qu’il n’y a pas de questions tabous, on a le droit d’émettre une critique, on peut s’amuser même avec ce qu’on imagine être totalement sacré : les créations. Et surtout, on sera amenés à se revoir, on n’est qu’au début de quelque chose. La promesse n’est pas rare mais là on y croit vraiment. Enfin une marque affiche la volonté affichée de construire une relation dans la durée, pas un coup ou un “buzz”.

L’info, c’est donc : pour ses 150 ans, Boucheron propose une nouvelle collection Boucheron Enchanteur et en profite pour rappeler son dynamisme sur le web avec son site de e-commerce sur lequel 15 exemplaires de la Reflex XL édition limitée seront en prévente online exclusive du 9 au 12 mai, foncez !

Mais tout ça ne nous a pas été balancé froidement, non… Invités à participer à des atelier, on a pu tour à tour s’attaquer à la création d’un bijou inspiré des œuvres existantes (la mienne s’appelle Grenouk’n Roll, j’en suis pas peu fier), soigneusement guidé par le designer, apprendre à distinguer les catégories d’un diamant à l’aide d’une simple loupe (ça donne juste l’air d’un tueur, je sais…) sous les yeux de l’acheteur et surtout, toucher les bijoux et les porter jusqu’à atteindre la valeur totale vertigineuse de 1 million d’Euros en parure de toute sorte. Une telle accessibilité et ouverture à nos jeux de (jeunes pour certains) chiens fous en étaient presque surprenante, en tout cas exactement dans l’esprit d’une bonne soirée, agréable mais surtout pleine d’enseignement.

Aussi incroyable que ça puisse paraître, je n’étais pas tout seul (ahah). En même temps, il y avait quand même une sélection serrée à l’entrée. Ils en ont déjà parlé : la méchante, Serge, Diamant & Carat, Cécilia, Raphaël, Diane… On se revoit vite alors ?

7 Replies to “Boucheron ou quand bloguer peut mener à tout”

  1. T’avais qd même mobilisé tes gars de la secu sylvain rassure moi… Sinon, c’est qd on la voit ta création?

  2. Fubiz > Je crois qu’on peut le dire 😉
    Mathilde > Sylvain ne se déplace jamais sans la sécu mais je suis pas sûr de savoir faire des phrases aussi belles que lui…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *