En images

Delphine m’a posé des questions dans le cadre de son “Y a pas de secret” et a traduit mes réponses en images. A l’arrivée, un patchwork dans lequel je reconnais assez mes goûts et humeurs du moment, un peu comme un mood board géant. Je sais pas pour vous, mais super agréable à regarder pour moi du coup.

Pour les réponses en version écrite, sur le blog de Delphine, Ladyblogue.

Delphine, je t’emprunte tes images et te remercie pour cet exercice qui flatte parfaitement mon égo 🙂

Pocket Zeitgeist, mon coup de coeur de l’année

Pour la première fois depuis longtemps, mon coup de coeur annuel pour un blog ne me vient pas de Twitter, je ne sais d’ailleurs même pas si l’auteur Louis Morales-Chanard y est présent. Pour la première fois, c’est un blog qui utilise assez peu le “je” et n’impressionne pas exactement par la fréquence de ses billets qui a retenu mon attention.

Créé en 2009, je ne l’ai découvert qu’il y a quelques mois, au moment de son changement de nom. Ce qui m’a plus immédiatement dans Pocket Zeitgeist, c’est la volonté assumée d’éviter l’usage de moyens racoleurs pour attirer du trafic à tout prix. Louis affirme bloguer “avant tout pour son plaisir et pour aiguiser son esprit critique”. Un sorte de retour au source de l’intérêt de bloguer. A l’arrivée, à quelques mots près, les thématiques traitées ne dépareilleraient pas dans la plupart des blogs marketing et tendance. La structure de la réflexion en plus.

Si les sujets tendances dont tout le monde parle (ou devrait parler) sont traités, c’est avec un angle, un regard, du recul et un ton qui évitent la noyade dans la masse. Le style est percutant dans un format le plus souvent court, une pointe d’humour sans tomber dans le LOL systématique. Tout ce que j’aime.

Que ce soit pour l’oeil neuf porté sur un thème déjà trop traité ou le désenfouissement d’un sujet presque anecdotique mais toujours basé sur un fait d’actu ou la publication d’un article, aucun billet, lu dès publication, ne m’a déçu jusque là. Si vous voulez tenter l’expérience, sans trop déranger le monsieur qui ne veut pas faire trop de bruit, je vous invite à caler Pocket Zeitgeist dans votre lecteur de flux RSS parce que les billets arrivent sans crier gare, parfois à 3 semaines d’intervalle, parfois à 2 jours.

Pour suivre Pocket Zeitgeist sur Facebook

Ceci est un billet sur moi (blog spirit)

Après toute ces années, c’est un processus que je connais bien. Précieux, parce qu’il est rare et magique lorsqu’il se déclenche. Déstabilisant aussi, puisqu’il créé une proximité unilatérale avec une personne qui ne vous connait pas mais dont vous savez (presque) tout. Elle ignore que vous puisez dans sa personnalité une énergie positive en exploitant la serrure dont elle a laissé trainer la clé. Freaky indeed.

Remonter dans l’histoire d’un blog et inévitablement du blogueur qui l’anime est un moment irremplaçable. Chronophage et exigeant aussi. Tellement fort que j’ai ressenti à chaque fois le besoin d’écrire ici dans la rubrique qui va avec. Pour laisser des traces du moment où j’ai découvert ces gens que j’aime, filles et garçons, c’est tout moi ça. Peu de points communs entre eux si ce n’est que je ne les connais pas en vrai, qu’ils ont tous un univers, une bonne dose d’irrévérence et cette capacité unique à me faire rire autant qu’ils me touchent. De façon souvent inexplicable, mais pas toujours, en tout cas pas aujourd’hui.

Étonnamment, le processus est toujours le même.  Ca n’a pas manqué avec cette nouvelle découverte dans la catégorie garçon et surtout cette fois-ci avec le supplément de surprise qui me rappelle pourquoi, quelle que soit la tendance, je ne vois pas venir le jour où je me lasserai de partir à la découverte de nouveaux blogs.

the-best-place

Continue reading “Ceci est un billet sur moi (blog spirit)”

Il faut m’excuser, Perséphone

J’ai passé une bonne journée.  Je comprends bien que la portée de l’info semble limitée mais quand même. Je parle d’une bonne journée pas comme les autres, occupée notamment par la lecture (silencieuse) de blogs. Longtemps que ça m’était pas arrivé un truc pareil…

Un gros coup de coeur pour un blog sans connaître IRL le blogueur qui se cache derrière, c’est pas banal. La dernière fois que ça m’est tombé dessus, c’était en avril 2008. En fait, les 4 fois où ça m’est arrivé en 4 ans, j’en ai parlé dans la rubrique créée exprès à cet effet, rapport à j’ai un blog où je raconte ma vie. Mais là, c’est le pomponneau de la pomponnette, c’est une blogueuse découverte via Twitter dont le ton me renvoie à plein de souvenirs bloguesques qui me manquent, 3 ans en arrière.

Hein ? Non, non, j’ai pas perdu un pari qui m’obligerait à placer des expressions débiles que plus personne n’utilise depuis le début des années 20, pourquoi ? (j’ai l’âge que j’ai)(laissez moi tranquille).

Continue reading “Il faut m’excuser, Perséphone”

Toujours lecteur de blog

Dans la catégorie des blogueurs que je lis sans oser les commenter, il y a Loïc qui, avec son blog Abstrait ≠ Concret, nous embarque dans son univers en maniant la rupture de ton, le sérieux et le décalé, sans jamais frôler le ridicule. Avec une dextérité dont je suis devenu très fan. Mon admiration est teintée de jalousie : sans certitude de disposer du talent minimum requis pour commenter, je m’abstiens d’y mettre un grain de sel trop policé, je lis et je me tais.

Je n’ai découvert Abstrait ≠ Concret qu’il y a quelques semaines, ce qui m’a offert ce moment de plaisir si particulier qui consiste à partir à la découverte de quelqu’un qu’on ne connait pas, remonter dans les morceaux d’histoire qu’il choisit de livrer depuis quelques mois. Dans une mécanique proche d’une week-end passé à dévorer une saison entière d’une nouvelle série télé, devenant instantanément accro et à l’affût des prochaines saisons, on se surprend à surveiller la prochaine note, regrettant des délais parfois trop longs.

C’est le soin qu’a apporté Loïc à la description de son blog qui m’a d’abord donné envie de lire, la promesse de vision d’un monde dans le Monde, nourri de sujets originaux, sans course au scoop : “Bien entendu, cela demande beaucoup de travail à son auteur afin de pouvoir éclater le lecteur. Parfois pourtant, malgré tous les efforts consentis, il échoue dans sa quête d’originalité…“. Mais surtout, la volonté de diversité qui me plait le plus dans les blogs : “Pour cette raison, vous ne trouverez pas que des news divertissantes et plaisantes à lire dans cet espace, mais également des textes d’ordre plus personnels, bien entendu agrémentés d’états d’âme variés, ainsi que des chroniques culturelles sur des sujets, bien souvent volontairement sans actualité.

Dès le départ en février dernier, Loïc a tenu la promesse : Nicolas et Carla ont précédé les Musclés et Dorothée, la tektonik, des films délirants, une pub pour la marque très sexe Ann Summers, l’ignorance des jeunes face à la Shoah et Nicolas avec ou sans Carla encore. Finalement, le sujet Sarkozy ne reviendra pas si souvent, celui de la Chine oui. Peu importe, c’est son regard porté qui me plait, même lorsqu’un triptyque improvisé sur le combat animalier émerge d’on ne sait où en juillet 08, c’est dire.

Le Blog Day ne semblant pas remontrer le bout de son nez en 2008, j’avais envie de ne pas perdre de vue le plaisir que recouvre la lecture de nouveaux blogs. Tout simplement, sans rien en attendre.

C’est qui Monsieur Dream ?

L’histoire commence cet été. Une agitation inhabituelle bouscule la blogosphère parisienne. “Monsieur Dream serait monté à la capitale”. Wow, ça a l’air d’être énorme mais je me rends pas compte. J’ose sur Twitter poser la fatidique question : “euh, c’est qui Monsieur Dream ??”. Je me prends en retour l’équivalent du stade français option rouleau compresseur : “quoiaaaaaaaa ? tu connais pas Monsieur Dream ????????”.  D’emblée, ça m’énerve. Forcément, jaloux de nature que je suis, je supporte assez mal qu’une popularité se construise sans moi. Pire, l’unanimité concernant l’indéniable talent du jeune homme renforce mon agacement. Il aurait gagné un concours de Loïc Le Meur : ça va pas aider à me le rendre sympathique cette histoire là… Heureusement, mon oeil critique aiguisé va immanquablement repérer les faiblesses d’un talent que je qualifierai de “naissant”, histoire de mettre perfidement tout ça sur le compte de la jeunesse. A l’attaque !

Monsieur Dream a 18 ans et ce qu’on remarque en premier, ce sont ses Podcasts, avec du coup sa chaîne dédiée sur Dailymotion. Enfin, dans son monde de djeun’s à lui, on dit qu’il est poudcasteur, coule, en ticheurte en plus. OK, il se débrouille plutôt bien, le format est assez inventif, avec le bon rythme, un angle à chaque fois, c’est même souvent drôle. Il ose s’attaquer à l’inattaquable iPod, c’est gonflé, je pense qu’il ne s’est pas rendu compte sur le moment mais quand même. Pour l’effet boomerang, c’était sûr mais on dirait qu’il a les épaules. Faut dire qu’il triche parfois pour m’influencer en s’attaquant à mes sujets de prédilection : jouer la carte Prison Break, c’était gagné d’avance, un peu facile… 

J’avoue, la deuxième couche avec le plan tatoué dans le dos, ça m’a fait marrer. Ca commence même à provoquer des parodies tellement ça ne fait pas rire que moi ? D’accord, mais ça ne suffira pas à me convaincre mon jeune ami. Quoi d’autre ?

Il parait qu’en fait, son truc, c’est surtout le dessin BD style. Enfin, des “gribouillis de marge” qu’il les appelle. Déclinés en stickers quand même. Mais moi, la BD, c’est moyen mon truc alors ça compte pas. Je suis plus branché mots, et là ça dit quoi ? En fait, à y regarder de près, je dirais qu’il manie plutôt bien les mots aussi, avec presque pas de fautes dedans. D’accord, je m’incline Cyprien alias Monsieur Dream est multi-talent. Cerise sur le gâteau, il n’hésite pas à se moquer de son maître de blog LLM, je finirais presque par trouver ce type attachant.

Par chance ça devait s’arranger assez vite en le rencontrant : il est forcément imbus de lui-même, totalement satellisé, gravement égocentré, en dehors de toute réalité. J’avoue que l’espace d’une soirée de pic nique d’été, je l’ai cru. J’ai résisté un peu avant de me rendre à l’évidence insupportable : Cyprien est plutôt tourné vers les autres qu’il n’hésite d’ailleurs jamais à réunir en initiant notamment des rencontres de blogueur dans le sud. Il ressemble à s’y méprendre au monsieur des vidéos.

Forcément, les médias, toujours sur le coup, commencent à s’intéresser au phénomène avec encore plus de retard que moi. Bonne nouvelle, le monsieur réussit à s’en moquer. En même temps c’est juste FHM… Mais son courage iPodesque commence à lui ouvrir les portes de la télé de Paris Première à I>Télé.

Qu’il succombe parfois au pêché d’auto-contemplation me parait assez inattaquable, on attend toujours le premier blogueur qui ne passe pas par cette case là. Qu’il risque d’imploser temporairement, grisé par les flatteries de sa cour de plus en plus fournie, c’est indéniable. Ce jour-là, avec mon pote Ron, on l’appelera pour lui parler de l’effet Nathalie R., ça devrait le repropulser au sol.

Parce qu’il faut regarder la vérité en face, je crois bien que je suis fan de Monsieur Dream.

Blogueur Privé de Folie

Quand on est blogueur, je dirais il y a en gros 3 catégories de blogs :

  • Ceux qu’on lit et commente (ponctuellement ou souvent peu importe)
  • Ceux qu’on ne lit pas
  • Ceux qu’on lit mais ne commente pas

Dans cette dernière catégorie, celle qui me parait la plus surprenante, je vois 3 grands types d’explications. L’une d’elles concerne la Folie.

Continue reading “Blogueur Privé de Folie”

Mon Blog Day à moi

Véritable aventurier des temps moderne, j’ose me révolter contre la blogosphère en lançant mon BlogDay à moi tout seul, après celui qui a connu son petit succès le 31 août dernier (rapport à “31/08” qu’on dirait que c’est écrit “Blog” enfin quand on a quand même un sérieux problème rétinien). C’est une démarche un poil personnelle que je lance en ce 5 septembre, même si 0509 ça ressemble à rien d’autre que… 0509. Bon, Nir Ofir, l’inventeur de la chose originelle, il aurait certainement trouvé une analogie percutante, décalée, inattendue, désopilante voire émouvante mais là j’ai pas trop son numéro sous la main alors je fais avec les moyens du bord.

Ce laborieux préambule juste pour signaler que depuis quelque temps, je dévore lit dès publication grâce à mon lecteur RSS quitte à laisser tomber tout le reste assez régulièrement et toujours en dehors des heures de bureau les divagations textes de Vinvin, jeune homme complètement marbré bien sous tout rapport qui cumule les avantages de bénéficier d’un lectorat déjà conséquent, d’avoir créé son blog depuis très longtemps, de n’avoir absolument pas besoin de moi pour afficher des audiences records et de faire des phrases courtes qu’on a envie de lire jusqu’au bout quand c’est lui qui les écrit -euh, je sais même pas pourquoi je dis ça… A mon avis, il fume des trucs, avec un talent pareil, ce garçon est en train de passer à côté d’une grande carrière de comique et il mériterait une médaille pour “service rendu à mon entourage proche” qui a vu l’état de mon humeur nettement s’améliorer depuis que j’ai découvert son blog, je sais même plus comment.

C’est bon de se révolter parfois, c’est ça aussi les blogs…

Note de bas de page : si j’ai réussi à convaincre une seule personne d’aller découvrir ce blog (par exemple un pauvre malheureux arrivé ici par hasard et prêt à cliquer sur le premier lien venu pour sortir de cet enfer), je lui conseille la mention légale Obligatoire qui a conduit à la dépression la quasi totalité des postiers finlandais assez peu habitués à une telle densité de lettres d’insultes en dehors du mois de décembre.