Du tarot à corunea

Passionné de Paris que je suis, je n’en oublie pas moins ce que j’ai perdu en quittant la province, quelques richesses qui manquent. Parmi elles, je regrette les nuits passées à jouer au tarot entre amis au coin du feu, sur la plage, au Lycée, à la montage, un peu partout en fait.

A part la belote et le rami (que j’ai un peu oublié avec le temps), c’était mes jeux de prédilection bien avant d’autres jeux de cartes qui fonctionnent sur des enjeux différents (le poker ou le Uno par exemple), quelques jeux de dés dont le Yam’s et sans point de comparaison avec les jeux modernes tels que les jeux vidéo.

Dans la famille jeu de cartes, il y a la catégorie jeu de rôle que j’ai peu eu l’occasion d’expérimenter. Le jeu Corunea qui vient de sortir me semble en constituer l’un des dignes représentants, promis à un bel avenir, en France et ailleurs à en juger par la communauté déjà très active en particulier au niveau des illustrations.

La question est donc : est-ce que les parisiens jouent à autre choses qu’aux jeux vidéo et au poker ?

3 Replies to “Du tarot à corunea”

  1. Dans les cartes jeu de rôles, j’ai essuyé les plâtres de la sortie de Magic (il y a quelques années), où l’on évoluait dans un monde proche de Donjons et Dragons (médiéval fantastique). J’ai l’impression que c’était il y a 110 ans…
    Mais cela ne vaut pas un bon Uno Barbie (et le lancé de bras qui va bien quand on gagne), jeu de prédilection de quelques parisiens de mon entourage proche (que je ne citerai pas pour épargner leur réputation).

  2. Les jeux de rôle je n’ai jamais fait en revanche je suis ceinture noire et rose de Uno (le normal aussi Miss BBB). Et le tarot je me débrouille alors les jeunes (oui je sais) c’est quand vous voulez, genre aux picnics 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *