Radio Okapi, Radio de la vie

Radiookapi

La propagande tue. L’information sauve des vies. Si la première affirmation est communément admise, la deuxième l’est beaucoup moins… C’est par le prisme du rôle joué par un média clé que le film "Radio Okapi, Radio de la vie" nous invite à la découverte d’aventures humaines souvent bouleversantes.

TV5 proposera en première diffusion le 7 juin prochain ce film documentaire qui montre comment, en un même endroit (l’Afrique des Grands Lac), avec le même média (la radio), la propagande a activement participé à un génocide (Radio Mille Colline, Rwanda) et contribué une dizaine d’années plus tard à sauver des vies humaines (Radio Okapi, en République démocratique du Congo).

Produit et réalisé par Pierre Guyot, ce film de 52 minutes se révèle touchant, percutant et tout simplement utile. Il propose en particulier des images d’archive extrêmement rares sur le génocide rwandais.

En 1994, au Rwanda, « La radio des mille collines » a réglé minute par minute le dernier génocide du 20ième siècle qui fera plus d’un million de morts. La République Démocratique du Congo, pays voisin, a elle aussi connu une guerre civile qui a fait des millions de victimes. Avec des journalistes, Radio Okapi est née de cette volonté de faire autrement dans une zone de conflit : apporter aux citoyens une information juste et équilibrée et faire de cette radio un instrument de paix.

"Lorsque j’ai cherché un producteur, on m’a répété et répété que l’Afrique n’intéressait pas les téléspectateurs, et donc pas les chaînes de télé ; j’ai donc décidé de produire ce film par mes propres moyens, parce que je suis convaincu que les ravages de la propagande est un sujet universel et que cette initiative démontre un courage exemplaire, n’en déplaise à l’audimat. Il fallait raconter cette histoire." explique Pierre Guyot, producteur et réalisateur du film. Le projet a, néanmoins, pu bénéficier du soutien affirmé de l’Organisation des Nations Unies, et plus particulièrement celui de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour le Congo. En effet, dans ce pays grand comme l’Europe et qui sort de plusieurs années d’une terrible guerre civile (au moins 3 millions de morts), l’ONU organise depuis trois ans des élections nationales pour tenter de rétablir un Etat politique. Ces élections, les plus importantes jamais organisées par l’ONU, se tiendront à la fin du mois de juin 2006 après des mois et des mois de report.

Le rôle de Radio Okapi à la fois dans la couverture neutre de la campagne électorale et dans la pédagogie vis-à-vis de ces auditeurs qui sont autant de citoyens congolais qui n’ont jamais eu l’occasion de participer à des élections démocratiques, a été et reste fondamental dans le cadre de ces élections. Le débat est récurrent au sein du monde la presse : jusqu’où les journalistes doivent-ils prendre des risques pour assurer la couverture d’une guerre ? Au moment du tournage du film, les enlèvements de Christian Chenot, Georges Malbrunot ou de Florence Aubenas en Irak ont ramené de façon tragique cette question sur le devant de la scène. Au-delà de l’attitude adoptée sur le sujet par tel ou tel média occidental, le film « Radio Okapi, une radio pour sauver des vies » montre que de très nombreux journalistes font leur métier dans leur propre pays en guerre, s’exposant aux pressions et aux mesures de rétorsion du pouvoir en place ou des milices armées.

tags technorati :
tags del.icio.us :
tags icerocket :

One Reply to “Radio Okapi, Radio de la vie”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *