L’image de mes vacances

volcans

Je mesure bien ce que l’illustration de mes vacances aux Bahamas, plus exactement à Colombus Island, a d’inattendu. Vendre du rêve avec l’une des multiples photos d’un site paradisiaque associant le blanc du sable et le turquoise de l’eau aurait pu faire le job. Oui mais voilà, le fil conducteur de cette semaine déconnectée et hors de temps aura été le volcan islandais, les cendres et la perspective de “rester coincé” au Bahamas plus longtemps que prévu. Sujet dont nous avons eu le sentiment de n’être qu’une toute petite poignée à nous préoccuper.

Et pourtant, j’aurais pu choisir toute une série d’images aussi inattendues, aux couleurs de mon séjour bahaméen.

Le drapeau du Quebec en hommage aux 35 québécois venus pour un mariage (coutume locale assez répandue semble-t-il que de se marrier au Club) et qui ont su entertainer nos soirées en les sortant d’une torpeur qui nous alait bien au teint la journée seulement.

Une photo de David Guetta dont la quasi intégralité du dernier album constituait la playlist de l’année.

Une capture d’écran Facebook, le réseau auquel tous les ados et jeunes adultes se connectaient en salle informatique pour garder le contact avec le monde.

12 tonnes d’ananas, LE fruit de ces vacances

Pour le reste, ce qui est au Bahamas doit rester au Bahamas. Les surnoms des GM et GO qui ne se reconnaitront donc pas (Chantal aka Jean-Tal, Loup Blanc, Zumba, Roméo & Juliette, hyperactif, notre trinôme…). Les larmes sur la plage. La médaille du transat qu’on aurait du avoir. Mon blackberry que je n’ai pas quitté suffisamment à mon goût. Le rêve de plonger tout habillé un soir dans la piscine réalisé. L’océan, aquarium géant qu’un simple masque-tuba suffit à explorer…

Reste maintenant à sélectionner les photos pour le profil Facebook pour laisser quelques traces.

Club Med Kemer post effects

Une semaine de Club Med à Kemer laisse des traces. Je le savais, ça m’a déjà fait le coup l’année dernière : furieuse envie de mousse ou water party sur les coups de 12h30, gestes inconsidérés sur Pump it, ajoûts de paroles intempestifs du type “fais chaud à Kemer” sur Pump the volume, commande au bar à toute heure de la journée, les symptômes sont nombreux, à commencer par un retour au travail qui ressemble à une rentrée des classes.

J’ai passé très exactement les vacances dont j’avais envie, grâce à mes amis et à quelques suprises inattendues, dans un lieu dont la magie est restée intacte.

100_1133

Continue reading “Club Med Kemer post effects”