C’est comme le vélo

C”était la grande question avant le départ : est-ce que je vais tout réapprendre depuis le début ? La bonne nouvelle, c’est donc que “c’est comme le vélo”, ça ne s’oublie pas. En revanche, en 9 ans, bien d’autres choses ont changé sur les pistes…

ski

Désormais, les forfaits sont magnétiques, anonymes et recyclables. “Tu les mets dans ta poche gauche et tu les oublies” comme nous a dit la dame. Pratique et écologique. Les skis de 2 mètres ont laissé la place aux skis paraboliques, plus petits et maniables mais moins stables. Les jeunes générations sont clairement passées aux snowboards qu’on voit partout. Les télésièges font parfois 8 places. Les skieurs sont équipés d’iPod, de caméras embarquées qui leur permettent de visionner leurs exploits sur de minis écrans dans les télécabines. Les bonnets sont ludiques en forme d’ours, d’oreilles de Mickey ou de virus psyché. A Méribel, on est en pleine banlieue de Londres, c’est blindé d’anglais au point que certains commerçants ne parlent pas français. L’Eurostar arrive à ses portes, jusqu’en gare de Moutiers. Les pays de l’Est, Russie en tête, y sont également très représentés.

Autre nouveauté de taille, il fait soleil et parfois presque chaud pour la dernière semaine de l’année.

Ca fait beaucoup de chocs d’un coup, je vais essayer de ne pas attendre 9 ans avant d’y retourner…