Concerts entre amis avec Cocoon et Zazie

C’est visiblement une tendance : la proximité décontractée et souriante d’artistes sur scène. Un peu comme une soirée entre amis où on sortirait la guitare pour passer une bonne soirée. Je viens de vivre l’expérience deux fois coup sur coup.

Vous sinon, vous me voyez, là, derrière mes potes ?

Cocoon à l’Olympia

Mardi soir, j’avais rendez-vous avec Cocoon à l’Olympia. Des places réservées à 2 presque sur un coup de tête, je n’en attendais pas grand chose d’autre qu’un moment dans le cocon enveloppant d’une musique que j’aime écouter chez moi un peu tard pour déconnecter. Le groupe, en particulier les chanteurs Morgane et Mark, ont servi beaucoup mieux, mais alors beaucoup mieux, que ça : une vraie interaction avec le public, des blagues potaches comme on les fait entre potes en guise d’enchaînement, de belles idées de mises en scène dans la simplicité, une belle performance vocale.

Dans l’euphorie, j’ai soudain eu très envie de devenir ami avec cette équipe là qui semble, sur scène et en coulisse, très soudée. Pour finir les soirées en chanson autrement qu’avec un iPod et offrir quelques cours sur Dance Central à Mark qui chante sublimement et fait des merveilles avec sa guitare mais bouge avec un peu moins d’aisance.

Cocoon, je vous kiffe.

Zazie en tournée et bientôt à l’Olympia

Zazie sur scène, je l’ai déjà vue en province, à la Cigale, au Bataclan et à Bercy même, avec les Enfoirés. Ah oui, au fait, je suis super fan de Zazie. Après avoir suivi de près les tribulations de son dernier album (un de ses meilleurs, que le concept et les étranges choix de singles ont pourtant un peu desservi), impossible de rater la tournée qui va avec. Mieux, j’étais invité mercredi soir à la première à Courbevoie. Si je l’ai souvent appréciée dans des salles plutôt petites, avec la spontanéité qui la caractérise, jamais la proximité n’avait été jouée à ce point : dans une mise en scène dépouillée et en très petite formation de 4 musiciens, la salle un peu calme au début n’a pas pu résister aux occasions de chanter sur les tubes alternés avec les nouveaux titres. C’est donc debout et dans une salle éclairée comme entre chaque chanson que nous avons vu à quelques mètres Zazie se promener dans les rangées, accessible, souriante, drôle, comme on l’imagine en vrai. Et visiblement touchée d’avoir réussi à emporter une salle pas exactement acquise d’avance (les abonnements fonctionnent visiblement bien à Courbevoie).

Bien sûr, j’ai regretté quelques choix de titres issus du dernier album : interpréter Pas que beau et ne pas chanter Amour dollar est à peine pardonnable. Et j’aurais aimé une entrée plus percutante. Mais j’ai chanté d’un début à l’autre et comme 100% de la salle, je suis persuadé qu’il y a un moment où elle m’a souri.

Pour les fans, la playlist qui bougera peut-etre à l’occasion de ses concerts parisien à l’Olympia (du 11 au 21 mai) : FM Air, Gomme, Des rails, Les pieds nus, J’étais là, Aux armes citoyennes, Le dimanche, La la la, Zen, Je vous aime, Pas que beau, Cheese, Etre et avoir, Chanson d’amour, A copier 100 fois, L’addition, Rodée, Avant l’amour, Les poupées Zarbie, Rue de la paix, Sur toi, Je suis un homme et 3 p’tits tours.

Zazie, 7 jours sur 7

Pour la première fois de ma vie, j’ai eu le trac en découvrant un album. Parce qu’après avoir suivi les coulisses du lancement de l’album de Zazie grâce à l’auteur de son blog, j’avais vraiment peur de ne pas aimer. D’autant que j’avais mis du temps a apprécier le seul titre de l’album que j’avais découvert en même temps que tout le monde (j’avais quand même eu le chance d’aller ensuite sur le tournage du clip).

C’est donc avec un cérémonial très étudié que j’ai acheté l’album sur iTunes lundi matin, tout chargé dans mon iPhone et découvert dans la foulée, concentré à ne rien faire d’autre que d’écouter. J’ai abandonné depuis longtemps l’idée de comprendre le concept de l’album, je sais juste que 49 titres vont débouler séquencés en plusieurs jours qui sont autant d’humeur. Ce qui m’intéresse, en tant que grand fan de Zazie depuis toujours, ce sont les titres.

Le soulagement immédiat est venu du fait que j’ai eu un coup de coeur immédiat pour 7 des 14 titres. Qui peuvent presque tous devenir des tubes, je le sais. J’ai passé l’écoute à me demander ce qui a bien pu pousser à sortir Avant l’Amour en premier extrait d’une telle bombe. Et surtout à me dire que le concept un peu complexe de l’album risquait d’occuper trop d’espace dans les discussions, au détriment du seul intérêt qui compte : la qualité du contenu.

Depuis, j’ai passé la semaine à écouter les titres, décortiquer les paroles, mieux les comprendre grâce à l’exercice de l’explication de texte auquel Zazie semble se prêter avec plaisir face à William dans la vidéo du LP. A l’arrivée, j’écoute en boucle 7 jours sur 7 avec plaisir un album varié, avec quelques-uns de mes titres préférés de toute la carrière de Zazie, quelques retours au source qui me font plaisir, des duos magiques qu’elle aime “tordre”, des jeux de mots qui me manquent un peu mais réservent d’autres surprises.

“Quand on sait faire des belles phrases, parfois on oublie le fond. Le jeu de mot, c’est se jouer du sens” dit-elle. Zazie se concentre donc sur le fond mais se joue du paradoxe d’un titre et une première lecture rapide qui dit quasiment l’inverse du vrai sens de la chanson. Avant l’amour, les pieds nus ou Chanson d’amour en sont les meilleurs exemples. “Mais ce qui compte avant tout, c’est la musique, les mots, c’est pour que les gens en aient pour leur argent” laisse-t-elle entendre. Tous les titres up-tempo sont dans mes favoris, notamment pour leur balades du côté de l’électro. Mais les vrais coups de coeur sont ailleurs. Et puisque je ne l’ai lu nulle part : la voix de Zazie a certes changé mais pour mieux s’amuser avec, tantôt dans les aiguës retrouvés (bye bye la cigarette), les éraillements et surtout les graves.

Voici donc en exclusivité la liste des titres qui vont cartonner :

. Etre et avoir : en parlant d’aiguës et de grave, les 2 extrêmes sont visités en double voix à l’octave. La chanson entre en tête en 2 secondes, ça ne peut que marcher et c’est très bon.

. L’amour dollar : un véritable retour au source, ce titre là aurait pu figurer sur l’album Zen. Le style Zazie que j’aime. Personne n’a jamais demandé à Cabrel de se renouveler, si ?

. Les pieds nus : premier titre de l’album, d’emblée électro, qui donne envie de danser, les pieds nus ou pas.

. Chanson d’amour : moins immédiatement dansante, moins ma came mais un énorme potentiel de carton. Le deuxième single devrait se jouer entre ce titre là ou Etre et avoir.

. Je vous aime : je vais me faire détester pour ça mais ce titre là est musicalement du pur Mylène Farmer et pourrait donc suivre le destin de n’importe quel single de la rousse en tête des ventes.

. Amazone : un sample de Rodéo (Zazie appelle ça du recyclage), une grosse touche de bandonéon et bayan. Moins immédiat mais ça peut marcher.

. Polygame : c’est la balade à fort potentiel de l’album. Du pur Zazie comme on aime.

Mes titres coup de coeur :

. Tout va bien :  Zazie a fait un sale coup à sa fille Lola en lui donnant une mélodie des difficiles et des paroles qui le sont tout autant. J’ai pris les paroles, j’ai chanté et j’ai pleuré, en vrai. C’est ridicule je sais. Tout ce que j’attends d’une chanson.

. La place du vide : LE duo de l’album, avec Aaron, simplement énorme. “Des paroles impressionnistes qui tranchent avec mon écriture très explicite” comme dit Zazie. Et cette façon de s’enrouler autour de la voix de Simon. Sublime.

Les deux autres duos (Le jour J avec Philippe Paradis et Je te tiens avec Papillon Paravel) m’ont lassé plus vite même s’ils sont à déguster au moins une fois.

Je suis passé complètement à côté de Pas que beau qui n’a aucun intérêt : c’est le titre avec l’instrumental Tindfjöll qui n’apporte pas grand chose à l’album. Reste bien sûr Avant l’amour, le premier extrait de l’album, que je mettrais dans mes favoris mais qui n’a pas le potentiel tubesque de la majorité des autres titres de l’album. Bizarre, on vous dit…

Me restent encore à découvrir les titres distribués avec Elle la semaine dernière et le supplément de l’Open Disc avant de profiter bientôt du deuxième album. Ma fin d’année sera très Zazie.

Soulagé, je suis.

Zazie FM Air

J’aime bien l’idée de reparcourir la carrière d’une artiste que j’apprécie depuis plus de 15 ans (déjà, c’est dingue). J’avais aimé son premier album Je, Tu, Ils, j’ai vraiment craqué pour Zen et tous les suivants. J’aime sa façon de jouer avec les mots et l’efficacité de ses mélodies.

A l’occasion de la sortie de son Best Of, Zazie a la bonne idée de nous tenir la main pour égrener ses titres phares dans les paroles de son titre inédit FM Air. Le clip est de son côté émaillé de références à sa carrière (les yeux mosaïque de Tout le Monde, la peinture bleue de la pochette de Rodéo, ses amis Calogero, Christophe Willem et Axel Bauer…).

Pour l’analyse en détail des références du clip, voir ici.