Trop fier

Je m’étais juré que je ne publierais jamais une note comme celle-ci. C’est typiquement le genre de note qui m’énerve quand je les lis. C’est à cause d’un truc que j’ai fait le 5 août dernier. Forcément, maintenant que je suis concerné, je vois les choses un peu différemment. Comment dire sans paraître égocentrique (déjà 6 “je” en 3 lignes, c’est pas gagné), méprisant, en dehors des réalités (je suis vraiment un nain comparé à certains de la blogomachin), totalement insupportable ?

PRland a 1 an et d’une certaine façon une partie de moi aussi.

Enfin plus exactement PRland a 1 an demain, j’allais quand même pas faire ça le jour de la date anniversaire comme tout le monde non ? Et puis surtout, je me sens dès maintenant super légitime pour donner des leçons à tous, pour que le prochain qui tape dans Google “Comment qu’on fait pour blinder un putain de blog qui cartonne”, il arrive ici. Je vais donc enfin révéler à la face du monde les quelques règles incontournables pour assurer le succès de son blog sur la durée. A mon avis, le sujet n’a jamais été traité, c’est sûr.

  • Choisir un thème et s’y tenir

Il faut créer une habitude chez le lecteur. Ne pas s’éparpiller ou traiter un autre thème avec insistance. Tiens moi par exemple, j’ai créé un blog sur les RP et j’ai bien du en parler une bonne dizaine de fois vraiment, au bas mot, soit largement 2 fois moins que de séries télé. OK c’est pas un bon exemple. Mais des fois j’ai parlé de communication aussi, ça compense. 3 ou 4 fois.

Mais euh…, Stratégies ne s’y est pas trompé : ceci n’est pas un blog sur les séries, soyons clair. D’ailleurs ça s’appelle pas Seriesland, si ça c’est pas une preuve… Merde !

  • Eviter les messages longs sans images

Il faut donner envie au lecteur. Un pavé de texte se révèle souvent peu attrayant. Le pire serait d’aligner des phrases longues, avec plein de parenthèses et sans respiration. Pour un cours, c’est ici ou ou encore par ici et par .

  • L’égocentrisme n’est pas une fatalité

C’est le lieu commun le plus répandu : tout blogueur serait égocentrique, salement enclin à ne parler que de lui. C’est totalement faux évidemment. Moi par exemple, je parle très peu de moi sur mon blog. Il m’arrive certes d’aller parler de moi sur le blog des autres, dans les commentaires. Mais je me trouve très mesuré en la matière franchement. Et si je prends un pas de recul et que je me regarde bloguer en général, je me trouve très retenu, pudique, n’utilisant le “je” qu’avec une extrême parcimonie et uniquement dans le but de faire remarquer que je me permets un avis.

  • Utiliser les moyens modernes

Si le patron des blogs il a créé les podcasts fastoches et même avec de la vidéo dedans des fois, les albums photos avec les pages qui tournent, les Widgets qui déchirent et les radios que tu choisis ce que tu mets comme musique que tu aimes, c’est pas pour les chiens : utilisez les ! C’est facile et accessible pour le premier venu. Si j’en ai pas abusé sur ce blog, c’est pour ne pas sombrer dans la facilité justement. Quoi d’autre ?

Sinon, ça n’a rien à voir, mais parler un français correct, ça peut être bien aussi.

  • Un incontournable : le design

De grâce, épargnez à votre lecteur qui n’a rien demandé (et qui est probablement arrivé chez vous par erreur sous l’emprise d’une recherche hasardeuse sur Google), le graphisme préformaté et basiquement pas beau de typepad (ou toute autre plateforme ou outil). Un blog, c’est pas forcément moche. Sans aller jusqu’à changer de design tous les 2 jours, vous pouvez vous autoriser un petit rafraichissement tous les 3 mois, ça mange pas de pain. Evidemment, jamais de vert et évitez l’unique colonne de gauche de 3 kms qui gonfle tout le monde, cela va sans dire.

  • Un peu de liens, mais pas trop

C’est l’avantage des blogs : pointer vers d’autres sites ou blogs. Mais il faut raison garder, trop de liens rendrait la lecture d’un message peu agréable. J’avais d’ailleurs prévu le coup au mois d’août dernier : un exemple pour illuster ce qu’il faut pas faire. Anticipation quand tu nous tiens.

  • Surtout pas de crise du blogueur

La crise existentielle genre, “je vous préviens, je vais arrêter de bloguer”, “non vraiment, à moins que vous me criez très fort votre amour, il est fort probable que je ne vous gratifie plus de ma verve et de mon talent inestimable”, évitez, vraiment. En tout cas, à titre personnel, je ne serais jamais tombé aussi bas. Ca aurait été pathétique.

  • Appliquer toutes les règles pour créer du trafic sur votre blog…
  1. un titre clair, explicatif, en lien avec votre note, pour faciliter le travail des moteurs de recherche (voir le titre de cette note pour mieux comprendre) et des noms de catégorie tout aussi clair, ça aide Google (classer cette note dans la catégorie “blog” n’aurait pas exemple aucun intérêt)
  2. aller commenter chez les autres et surtout coller un maximum de trackbacks qui obligent le lecteur de l’autre blog à venir lire le commentaire chez vous. De mémoire, j’ai réussi à placer 3 trackbacks en 1 an, tous les spécialistes vous diront que c’est déjà énorme.
  3. un peu de “name dropping” peut s’avérer malin lorsqu’il est utilisé à bon escient, mais ne pas trop en abuser : ça risque de se voir que votre objectif est d’attirer l’attention/la visite de celui/celle que vous linkez. Sans compter le risque d’oublier des gens que vous allez vexer à mort.

Le name dropping, c’est quoi ? : ben par exemple, ce serait de raconter ici que je continue à lire, même si pour certains je les commente moins, ceux qui ont accompagné mes premiers pas dans la blogosphère Adam, Claire, David, Fred, JB et Nico bien sûr. De raconter que cette année de blogs m’aura permis de rencontrer en vrai Charles, Sandrine, Bertrand, Fred, Raphaël, Guillaume, Loïc, Raphaël, Adrien, Mickaël, Thomas, Xavier, Jérôme, Alban, Benoit, Damdam, Richard, Mry, dfromparis, Victor, Romain (s), Laurent, Eric, Cyrille, Julien et Sophie que je n’aurais sans doute jamais croisé autrement. De révéler qu’elle m’aura offert des échanges mails ou par commentaires interposés aussi réjouissants que surprenants avec d’autres comme Aziz, Matoo et Folie Privée et Ron aussi. D’affirmer qu’elle aura permis plus que des salutations de politesse avec des dirigeants d’agences “concurrentes” comme Christophe, Philippe ou Patrick. Et de retrouver dans la blogosphère Gilles, Thibault ou encore Francis. Et enfin toux ceux je n’ai pas encore rencontré vraiment mais que j’ai l’impression de connaître à tant les lire comme Marc ou Vinvin. Et puis il y a Greg que je sais pas dans quelle catégorie ranger, mais comment oublier Greg ? Ca, ce serait du name dropping éhonté. Et ce serait pas bien.

  • … mais ne pas trop se la raconter avec ses statistiques

Désolé mais vos stats n’intéressent que vous et en plus, vous avez de grands risques de compter parmi vos lecteurs des petits malins qui bénéficient d’un lectorat au moins 10 fois plus important que le votre ( et ne manqueront pas de vous le faire remarquer). J’te dis pas les boules. Et puis, qu’est-ce que vous penseriez si je commençais à vous raconter que 1 an de blog en chiffres, c’est 318 notes, 961 commentaires (je précise pas que ça englobe les miens, ça minimiserait), 58 trackbacks, 353 liens issus de 97 blogs selon Technorati qui me classe 26.576ème sur 50 millions de blogs. Le comble du ridicule serait de claquer les stats site meter en image, tout ça parce que ça monte alors ça fait joli, même si ça part de bas (forcément) et monte pas si haut que ça.

Stats_1_an_prland_2

Voilà, je crois que j’ai appris plein de choses en 1 an, ma famille peut être fier. Il va sans doute falloir que je passe un seuil en année 2. Peut-être en commençant à parler vraiment de moi. Ou pas. Ou comme depuis 12 mois, beaucoup mais sans que ça se voie trop. En montrant quelques signaux. Une photo de moi bébé ? L’enregistrement de mon dernier cours de chant ? En commençant à appliquer quelques unes des règles de base sur ce blog ? Plus que 365 jours pour y réflechir.

24 Replies to “Trop fier”

  1. J’avais publié, en anonyme, chez Oli, de façon expurgée, mes trucs à moi.

    17/18 trucs pour avoir un blog lu, d’après mon agrégat RSS :

    1. Ecrire tous les jours, même quand on n’a rien à dire, même quand on est fatigué, même quand ça ne vient pas. Le lecteur aime trouver sa page rafraîchie tous les matins. Occuper le terrain, sans cesse, quitte à être médiocre. Il ne faut pas faire de la qualité tous les jours (qui le pourrait ?), il faut juste être présent.

    2. Ne pas hésiter à en donner sans en donner trop, technique bien connue de la Lap Danseuse, je montre mes seins mais tu ne peux pas les toucher. On insinue, parfois on glisse une allusion, mais jamais on ne révèle, pour créer une attente et une frustration. Il faut faire durer le suspense.

    3. Ne pas hésiter à bâtir une mythologie autour d’un personnage. Ses amis (linkés, de préférence), son amoureux/se, son frère, ses parents. Le premier rôle n’est rien sans les guests récurrents.

    4. Humaniser la vie privée sans la rendre jalousable. Le lecteur célibataire a besoin de s’identifier sans se sentir exclu, le lecteur en couple a besoin de reconnaître sa petite vie et ses tracas, toute anecdote doit être pesée pour ne frustrer personne tout en restant attrayante. Effet Bridget Jones assuré.

    5. Dans ce but, utiliser les métaphores, les images, les clichés pour transformer le compagnon/la compagne en un attendrissant faire-valoir, et non un être sexué qu’on pourrait désirer (= frustration de ne pas l’avoir = aigritude). S’infantiliser pour accentuer l’effet d’identification du lecteur, qui se trouve lui-même plus mur, plus intelligent que le rédacteur, tout en étant à son niveau (Cf. règle 4)

    6. Faire du people, en balançant quelques couches de dorure entre deux anecdotes classiques. Le coup de la vieille en couche se transforme en coup de la vieille actrice en couche, dans son appartement rempli de souvenirs de ciné. Tout un monde en quelques phrases, le banal devient glamour.

    7. Toujours préciser sa position face à l’événement extérieur, rarement dominant, souvent passif, exceptionnellement agressif lors d’une situation injuste. Le narrateur doit être admiré pour sa fadeur héroïque (Effet Harry Potter) = il n’est presque pour rien dans tout ce qui lui arrive, il est le jouet des Dieux et il fait comme il peut, à son modeste niveau, pour contrecarrer les plans du Destin. Les affres du sort, quoi. Il ne provoque rien, voyez-vous. On n’aime pas les winners, en France.

    8. Ne pas hésiter à sortir les violons, régulièrement, lorsque le ton s’est trop relâché pendant quelques posts. Une bonne histoire de mort d’enfant, un bon truc larmoyant sans être mièvre. Le lecteur devra être touché mais sans être effrayé, il doit revenir le lendemain, ne l’oublions pas.

    9. Flatter les bas instincts en se livrant au voyeurisme sous couvert de caution médicale. Histoires de pus, de plaies, de croûtes. Donner des détails mais pas de précision inutiles (Cf. Lovecraft), tout est dans la tête du lecteur, le style du blog se doit d’être précis, concis, chirurgical. Plus recherché, il deviendrait acte d’un malade mental, plus sobre, ce serait un banal compte-rendu.

    10. Se faire voir dans quelques réunions, au début, de Carnetistes Parisiens, puis disparaître complètement.

    11. Ne pas hésiter à créer des polémiques, mais ailleurs, sur des blogs plus lus, évidemment. Commentaires hargneux ou irrévérencieux, à l’opposé du ton employé sur son propre blog. Effet saisissant, questionnement du lecteur, quelques hits supplémentaires. A doser.

    12. Détester quelques concurrents soigneusement choisis (pur hasard ou sombre calcul) et ne pas hésiter à le sous-entendre. Ne jamais l’écrire clairement. Fédère le lectorat qui a besoin d’identification et qu’on lui donne un opinion sur un monde qu’il absorbe sans en être.

    13. Créer une attente en annonçant un arrêt, avec explications (« je suis fatigué mais je reviens bientôt »), sans explications (« il faut se dire adieu, tout est fini »), mais toujours préparé. Rester énigmatique sur les raisons du retour. A n’employer qu’une poignée de fois.

    14. Créer un collectif de petites mains prêtes à écrire des histoires pour le blog, les retoucher pour leur donner la patine du lieu et toutes les signer, en se penchant bien bas, sous les applaudissements, pour récolter les fruits du travail des autres. De temps en temps, revenir aux manettes pour redonner un coup d’authenticité.

    15. Augmenter de 20% tous les chiffres. Statistiques, mails reçus, films vus, poids perdus, salaires gagnés, mois passés à tel endroit, propositions fabuleuses refusées.

    16. Ne pas hésiter à payer de sa personne pour rencontrer le lectorat féminin, et tâcher de rester cohérent, face à toutes ces manipulations. Le plus dur est déjà derrière, vous avez acquis un nom, les gens lisent n’importent quoi, c’est bien connu, du moment qu’on leur met « déjà 50000 ventes » en bandeau rouge sur la couverture.

    17. Trouver un pseudo court, qui se tape vite dans Google. Matoo, Embruns, Ron. Pas de double consonne, pas de tiret, pas de nom de domaine différent du prénom. (exception: Finis-Africae)

    18. Laisser croire au lecteur qu’il a une longueur d’avance. Toujours. Lui laisser entendre qu’il a saisi l’ironie et qu’on apprécie son intelligence. Et sourire devant son clavier, un sourcil levé, en se disant « J’adore ce truc ! »

  2. T’as oublié une règle : faire en sorte que les commentaires ne soient pas plus longs que les notes.

    Je vais m’atteler de mon côté à cette réflexion introspective de mon blog, car il me semble que je respecte à la lettre tous tes conseils.

  3. Putain, j’suis même pas dans ton name dropping 🙂
    Mais tu peux être fier et je suis assez d’accord avec tes conseils !

  4. Greg > mais pas du tout, tu es même cité 2 fois et hors catégorie en plus ! Et personne ne sait que je t’ai un peu ajouté après coup donc tout va bien non ? 😉

  5. Joyeux anniversaire de blog alors cher Eric !!!!!!! 🙂 Parle un peu de cul là, tu sais bien y’a que ça qui fait vendre ! 🙂

  6. Merde … moi qui pensais que bloguer c’était juste un loisir rigolo ou défoulatoire et qu’un blog c’était un espace libertad totale où tu dis/écris ce qui te chante, sans reflechir …

    J’ai rien pigé au blog ?
    Hin hin , oué sûrement, mais j’m’en branle :]

    Bonaniv’ de demain !

  7. Mon commentaire est en cours de validation dans ma petite tête. Il devrait être validé d’ici demain, sauf Catcha sadique où il faut réaliser un savant calcul, genre 17 + 14.

  8. Bon anniversaire.
    (personnellement j’aime bien quand vous parlez de série donc çà ne me dérange pas 🙂 )

  9. Ron > ok, mais y a quand même plein de trucs réservés à un infirmier ou un docteur. Si je commence à parler de plaies infectées, ça va faire bizarre, non ?
    XavZ > Rholala qu’est-ce que tu ferais pas pour nous rappeler que tu prends l’avion pour l’autre bout du monde 😉
    jbp > en tout cas tu les respectes mieux que moi, c’est sûr !
    greg > tu m’en veux hein c’est ça ?
    Matoo > ah ouais j’avais pas pensé… un peu de cul, ça devrait marcher. mais t’occupes déjà super bien le créneau hein 😉
    Folie Privée > un loisir rigolo ? ah ben j’avais jamais pensé à cette possibilité. Je crois bien que c’est toi qui a tout compris en fait.
    Nawal > Merci ! Vais peut-être me lancer dans la cuisine moi eheh
    Kazam > probable que je continue
    Oli > ouais je remets les compteurs à zéro !

  10. Voilà, justement, j’étais entrain de me demander quelle était la meilleure manière de se faire remarquer… Il y en a donc 1000.
    Moi, je misais quasiment tout sur le rafraîchissement quotidien. Je suis vraiment un débutant…

  11. Happy Birthday le blog ! (seulement deux semaines d’écart avec le mien qui n’arrête pas de me demander ce qu’il va avoir pour son anniversaire, tu te rends compte :))

    Une conclusion s’impose à la lecture de tes commandements : je suis mal barré !

  12. J’avais un peu de temps libre alors j’ai attaqué la lecture de cette note un tantinet courte. Bon anniv de blog

  13. Bravo pour l’année de blog !

    Ca valait bien une note de cette longueur/qualité !

    A très bientôt,
    Raphaël

  14. Ce poste fait de toi le U.[liker] de la semaine prochaine. Un de mes grands moments de détente du mois d’aout.

  15. Excellent…as usual.

    Je viens de tomber par hasard sur ce billet. “C’est enoOORrme !” (glingling droits d’auteur). Plus fort que le buzz 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *