Free

Ce blog était devenu sérieux depuis quelques semaines, vous aviez remarqué ? Eh bien il y avait une raison totalement indépendante d’un éventuel abandon du clown qui est en moi (si si, tapi dans l’ombre certes, mais il est là, je viens de revérifier). Je m’en vais vous la révéler, cette raison, puisqu’on est bientôt entre-nous de nouveau.

Continue reading “Free”

Quoi de mieux pour lancer un blog ?

Tellement de nouveaux blogs chaque jour, pas facile d’émerger. Comme le note avec beaucoup d’à propos Luc, Anne Sinclair est en train de bénéficier d’une publicité inespérée pour son tout nouveau blog lancé dans l’indifférence générale il y a quelques jours au début du mois d’octobre.

Blog Anne Sainclair

Intitulé deux ou trois choses vues d’Amérique, c’est devenu en l’espace d’un week-end le lieu de toutes les attentions depuis que son mari fait la une des médias bien malgré lui (eux). Même si je l’ai découvert pour de mauvaises raisons, j’y retournerai, l’analyse des élections au jour le jour y est intéressante.

Agenda du buzz

Depuis la rentrée, on a la confirmation, les opérations de buzz pilotées par les marques pour les blogueurs s’accèlèrent encore. Ajoutées aux quelques soirées professionnelles qui vont avec mon métier, ça bouscule forcément un agenda. Petit tour d’horizon.

Lundi 29 : Heaven et allociné organisent la projection en avant-première de FLICS. C’est à l’autre bout du monde, mais je ne pouvais pas rater ça. Mon bilan sur lepost.

Mardi 30 : j’ai raté la présentation des nouveaux maillots du stade français mais le coeur y était. Voir le post précédent.

Mercredi 1 : c’est le lancement de menstyle.fr. J’arrive en retard et apprends presque par hasard qu’il n’y a que la rédaction et des blogueurs présents. C’est sympa de retrouver plein de têtes connues mais ça manque un peu de présentation du site, des ambitions et enjeux vus par la rédaction et la direction. Je pose deux ou trois questions, profite du champagne et repars sans tellement plus d’infos qu’en arrivant. Mais j’aime bien le site et sa façon d’organiser l’information, sortant de la tendance du melting pot qui commence à me fatiguer un peu.

Jeudi 2 : grosse soirée jeudi avec la troisième édition Cycling au Waou (je ferai un bilan complet à l’issue des 4 éditions mais je ne reconnais déjà plus mes cuisses) puis rendez-vous avec les Guetta au Lido pour un nouvel événement Seat Ibiza qui permet à David d’avoir lui aussi sa voiture customisée. J’avoue que j’ai manqué de courage pour la soirée Electrochic à l’occasion de la Fashion Week qui m’aurait permis de vraiment découvrir le VIP désormais localisé en lieu et place de la Scala. Ce sera pour la prochaine.

Pas de ralentissement la semaine prochaine avec en particulier un vernissage Magnum à la Maison Rouge mardi, Edward aux mains d’argent mercredi au théâtre du Chatelet mercredi, la dernière chez Waou jeudi (va falloir se sevrer après, ça va être dur), la soirée de mon client Ford au salon de l’auto vendredi et visite privée de l’expo Jeff Koons au château de Versailles dimanche.

A noter que je serai également vendredi au webdeux.connect dont la liste des 300 blogueurs participants vient d’être diffusées.

J’avoue que si j’y ajoute les journées de travail pas vraiment calmes en ce moment, les séries à regarder pour lepost et les deux séances de sport hebdos, ça me laisse assez peu de temps pour dormir.

[Mode auto-promo on]

Puisqu’on parle de buzz, une fois n’est pas coutume, je me permets un petit moment d’auto satisfaction Ogilvy PR pour dire que je suis très fier du succès viral de la campagne Fight Carbon pour IBM (chaîne YouTube) qui arrive après celui de la love factory pour Ford, du guerilla marketing pour le parfum Tom of Finland, du site Knacki Ball qui a inventé les histoires de loose avant VDM et ne finit pas depuis de multiplier son lectorat, de la promo d’un film pour Pathé, des chapitres du site institutionnel de Louis Vuitton et du lancement de Fuel for Life .  Du coup, je suis étonné quand un client qui se reconnaîtra 😉 m’appelle pour me demander si “on sait faire du buzz sur le net”. Ca m’apprendra à dire partout qu’on n’est pas là pour faire du buzz pour du buzz mais qu’on doit construire sur le long terme sans préciser que ça passe aussi par du viral. Et bravo citizen Lolo (pas taper).

Le jour où…

Semaine chargée, à chaque jour suffit sa peine, du coup, peu de temps pour raconter ici… Voici donc un petit “en vrac” de derrière les fagots avec les dernières nouvelles des marques qui continuent à inventer la nouvelle relation aux blogueurs :

  • Le jour où j’ai perdu mes cheveux blancs…

C’était à l’invitation de L’Oréal Professionnel, un bon moment pendant lequel je me suis bien amusé, je crois que ça se sent dans la vidéo que je viens de recevoir…

  • Le jour où j’ai fêté l’anniversaire de sacs à main

C’était les 20 ans de Sequoia, pendant un soir de sevrage violent de vacances… Dommage, y avait un bon bon potentiel. Ma coach tendance est sur le coup.

  • Le jour où j’ai refait une master class

J’avais adoré la première fois, impossible de ne pas replonger pour la reprise de Master Class avec une Marie Laforêt toujours sublime en pleine démonstration de ce que “avoir de la présence sur scène” veut dire. Avec une salle debout à la fin. Et l’envie d’alterner la playlist de Kemer avec la Callas.

  • Le jour où j’ai pédalé sous l’eau

Ca aurait pu être la thématique de la semaine mais en version fun et très rafraichissante, c’était jeudi soir avec la découverte du Club Med Gym Waou de la Porte Maillot à l’occasion d’une session d’Aqua Cycling dont je reparlerai. L’équipe a été d’une patience remarquable en supportant nos hurlements et autres crazy signs en pleine séance, big up à Alexis, Momo et aussi au boss des lieux Emmanuel qui nous a réservé une visite privée. J’en reparlerai, une suite est prévue.

Ca ne devrait pas vraiment se calmer dans les semaines qui viennent. I’ll be right back.

Live blogging et cross blogging pour le Medef

A l’occasion des Universités d’été du Medef 2008, Frédéric Chevalier, responsable web-marketing, a vu grand en invitant 200 blogueurs a participer de façon très active à l’événement.

 Voir en grand - Think big : Université d'été du MEDEF 2008

Avec une démarche clairement expliquée, dans la lignée de celle engagée en 2007, une réelle considération, la possibilité donnée à chacun de participer au blog collectif Voir en grand, une présence multiplateforme (Facebook, Twitter, Dailymotion, des bannières mais aussi SMS…) et des ambitions réalistes face aux moyens déployés.

Après ces trois jours, qu’en reste-t-il ? Au minimum, le sentiment d’avoir pu suivre les coulisses de ce qui a été lu dans la presse même pour ceux qui, comme moi, n’ont pas vraiment pu se permettre en pleine semaine un petit détour par le campus de Polytechnique à Palaiseau. Parfois de façon un peu intrusive (twitter ou un email valent définitivement mieux qu’un sms pour fixer des points de rendez-vous) mais ça m’a à priori moins agressé que d’autres qui s’en sont émus sur les réseaux sociaux.

Le sentiment aussi que dépasser les anecdotes communautaires est compliqué quand on est sur place : assez peu de fond, quelques phrases relayées à la volée et l’impression parfois que le plus gros événement résidait dans la présence de Loic Le Meur (!)… le tout en contraste avec le programme quelque peu stratosphérique, tel que décrit par certains. C’est donc encore du côté de la presse qu’il faudra aller chercher de l’analyse à ce stade.

La qualité du dispositif mis en place par l’équipe me fait espérer que les blogueurs impliqués feront le kilomètre supplémentaire qui permettra de laisser mieux que les quelques traces anecdotiques sur Google qu’aujourd’hui avec des analyses plus en profondeur des enjeux exposés et débats initiés.

Je serais curieux de connaître les objectifs que le Medef s’était fixé mais il s’agit probablement de démontrer plus d’ouverture, de modernité et de proximité (un lipdub avait déjà marqué les esprits il y a quelques mois) mais aussi de faire valoir un thought leadership y compris sur la toile. Il se pourrait alors qu’une part de la mission reste à remplir au lendemain de la clôture des Universités d’été.

Ma chaîne de l’été

Quelque chose me dit que ça n’arrive pas qu’à moi : on me dit souvent que je ressemble à quelqu’un de connu mais je crois que c’est très français de trouver des ressemblances à tout le monde, quitte à faire un peu dans l’approximatif.

Evidemment, je ne suis pas d’accord avec les sosies qu’on m’attribue mais c’est le genre de truc qu’on ne choisit pas. D’ailleurs, j’aurais plutôt spontanément dit Clooney si on m’avait demandé mon avis (ben si y a quand même un truc flagrant au niveau des cheveux blancs, non ?…).

Voici donc la petite chaîne de l’été, totalement égocentrée, comme on aime :

. A quel personnage public on vous dit que vous ressemblez ? : Gamblin (très souvent) et Taddei (parfois)

. Vous le prenez comment ? : Moyen – en général (mieux sous Xanax)

. Vous savez que vous ne ressemblez à personne mais, dans vos rêves, à qui auriez-vous aimé ressembler ? : Clooney ou Dempsey, ce serait beaucoup trop commun. On va dire Jake Gyllenhaal, avant la muscu (merci à ma RSS feed) et sans les caleçons ridicules mais avec 10 ans de plus.

C’est donc à vous, les 10 petits nouveaux à qui je n’ai jamais imposé de chaîne, de vous révolter, amuser, agacer, réjouir… et de me détester :

5 filles : Alice, Anne-Laure, Capucine, Marlène et Violette

5 garçons : Arnaud, Benji, Gonzague, Laurent et Thomas. Et en guest Rudy bien sûr.

Un anniversaire sans Facebook

Trois ans, comme dirait Larusso, c’est l’âge de la maturité (personne se souvient de Larusso, c’est ça ?). C’est en tout cas un anniversaire qui compte pour moi, parce que mon objectif initial était de dépasser les 3 mois et que 800 notes plus tard, j’y suis toujours. Et pourtant, voilà un anniversaire que Facebook ne verra pas et qui devrait donc passer quasiment inaperçu : ce blog a été créé le 5 août 2005.

Pour le fêter dignement, j’ai décidé d’offrir enfin un texte court, peu de mots, et surtout l’image à colorier si souvent promise.

Comme on se refait pas, j’ai gardé les mots pour d’autres lieux d’expression : un peu de série et de Madonna, c’est le cadeau que je me fais pour une joyeuse quatrième année.

Toujours lecteur de blog

Dans la catégorie des blogueurs que je lis sans oser les commenter, il y a Loïc qui, avec son blog Abstrait ≠ Concret, nous embarque dans son univers en maniant la rupture de ton, le sérieux et le décalé, sans jamais frôler le ridicule. Avec une dextérité dont je suis devenu très fan. Mon admiration est teintée de jalousie : sans certitude de disposer du talent minimum requis pour commenter, je m’abstiens d’y mettre un grain de sel trop policé, je lis et je me tais.

Je n’ai découvert Abstrait ≠ Concret qu’il y a quelques semaines, ce qui m’a offert ce moment de plaisir si particulier qui consiste à partir à la découverte de quelqu’un qu’on ne connait pas, remonter dans les morceaux d’histoire qu’il choisit de livrer depuis quelques mois. Dans une mécanique proche d’une week-end passé à dévorer une saison entière d’une nouvelle série télé, devenant instantanément accro et à l’affût des prochaines saisons, on se surprend à surveiller la prochaine note, regrettant des délais parfois trop longs.

C’est le soin qu’a apporté Loïc à la description de son blog qui m’a d’abord donné envie de lire, la promesse de vision d’un monde dans le Monde, nourri de sujets originaux, sans course au scoop : “Bien entendu, cela demande beaucoup de travail à son auteur afin de pouvoir éclater le lecteur. Parfois pourtant, malgré tous les efforts consentis, il échoue dans sa quête d’originalité…“. Mais surtout, la volonté de diversité qui me plait le plus dans les blogs : “Pour cette raison, vous ne trouverez pas que des news divertissantes et plaisantes à lire dans cet espace, mais également des textes d’ordre plus personnels, bien entendu agrémentés d’états d’âme variés, ainsi que des chroniques culturelles sur des sujets, bien souvent volontairement sans actualité.

Dès le départ en février dernier, Loïc a tenu la promesse : Nicolas et Carla ont précédé les Musclés et Dorothée, la tektonik, des films délirants, une pub pour la marque très sexe Ann Summers, l’ignorance des jeunes face à la Shoah et Nicolas avec ou sans Carla encore. Finalement, le sujet Sarkozy ne reviendra pas si souvent, celui de la Chine oui. Peu importe, c’est son regard porté qui me plait, même lorsqu’un triptyque improvisé sur le combat animalier émerge d’on ne sait où en juillet 08, c’est dire.

Le Blog Day ne semblant pas remontrer le bout de son nez en 2008, j’avais envie de ne pas perdre de vue le plaisir que recouvre la lecture de nouveaux blogs. Tout simplement, sans rien en attendre.

Lepost et moi

A l’occasion d’un déjeuner avec Benoit Raphaël, j’ai formulé à haute voix pour la première fois la difficulté de ma contribution au site qu’il dirige, lepost.fr. Cet inconfort tient en quelques mots : je ne m’y sens pas encore chez moi. Malgré ou peut-être à cause du volume de visites et de commentaires qui me semblent élevés en quelques semaines sur un sujet de niche (les séries), je n’ai pas encore trouvé le ton qui me permette d’être fier de ce que j’y fais.

Pourtant, j’y trouve bien ce que j’étais venu y chercher dans une démarche équivalente à celle qui m’a poussé vers la blogosphère il y a quelques années : comprendre les mécanismes communautaires de nouvelles typologie d’espaces sur le web. En la matière, je ne suis pas déçu : ils sont très différents de tout ce que j’avais pu expérimenter jusque là. Ils reposent sur plus d’exigence sur le fond, une responsabilité proche de celle d’un journaliste, qui m’est donnée mais que je réfute, plus de commentaires en dehors d’une communauté à séduire avec une fréquence de publication conséquente.

Je retrouve néanmoins les mêmes liens quasi affectifs avec les quelques commentateurs réguliers qui me font le plaisir de me suivre et de s’intéresser à mon avis sur ce sujet de la plus haute importance (oui je parle toujours des séries).

Evidemment, même si je manque de temps, je continue l’expérience jusqu’à y trouver complètement ma place, en espérant réussir à y travailler au-delà des quelques créneaux nocturnes qui y sont dédiés jusque là.