Free

J’ai reçu mon badge des 1 mois. C’est quoi 30 jours dans une vie ? Un détail dans pas mal de domaines, une jolie victoire pour moi aujourd’hui.

1988 – 2018

Trente ans séparent ces 2 photos (je sais, j’ai pas bougé, lol). Trente années pendant lesquelles je n’ai pas passé une seule journée sans me réveiller le matin avec comme première tentation l’envie d’allumer une cigarette.

J’ai arrêté de fumer le 1er avril 2019. Je pourrais raconter que mon inimitable sens de l’humour m’avait amené à choisir cette date pleine de blagues potaches pour changer drastiquement ma vie. Mais comme je n’ai jamais menti ici, je vais pas commencer maintenant : rien de tout ça n’a été calculé. Pire, je suis incapable de donner le moindre conseil sur la meilleure façon d’arrêter. Je peux juste raconter mon expérience.

Le jour où tout a basculé

Je me lève à 8h et m’apprête à partir à la salle de sport. Un seul préalable : je n’ai plus de cigarettes, je file donc m’acheter 3 paquets que j’essaierai de faire tenir dans la semaine, histoire de ne pas gâcher tout ce sport quotidien.

En remontant chez moi, je regarde la vidéo d’une humoriste dont tout le monde parle suite à l’agression qu’elle a subie avec son ami. En laissant dérouler la vidéo suivante, j’entends Laura Calu raconter fièrement qu’elle a arrêté de fumer il y a 50 jours. Je me rappelle que cette victoire racontée par les autres est très contre-productive pour moi : elle me rappelle à quel point la démarche est lourde, compliquée, de l’ordre du sevrage d’une drogue reconnue comme plus addictive que l’héroïne.

Dans la vidéo, Laura mentionne une application qui l’a aidée.

Machinalement, je vais voir du côté de l’App Store. Il y a pas mal d’applis, celle que je repère s’appelle “Smoke Free” et coûte 5 euros. Et là, il se passe quelque chose que je suis absolument incapable d’expliquer. Moi qui n’ai jamais vraiment eu envie d’arrêter en 30 ans. Moi qui ai vaguement tenté toutes les solutions existantes (patch, hypnose, cigarette électronique, même le Champix qui m’avait rendu dingue sans calmer mon envie de fumer…), le tout sans aucun succès faute de motivation. Moi qui suis résigné à mourir un jour à cause du tabac. Je m’apprête tout à coup à arrêter de fumer alors que ce n’était même pas un plan 5 minutes plus tôt.

Dépenser 5 euros pendant cette période de congés sabbatiques où je fais un peu attention à tout ce que je dépense n’est pas une option si c’est pour ne rien en faire. Je ne pense pas aux 27 euros que je viens de claquer avec mes 3 paquets, juste aux 5 euros de l’appli. Si je clique, si je l’achète, il est absolument hors de question que je n’arrête pas de fumer. Je regarde les paquets de Winston Light sur la table, je soupire, et je clique. Je ne fumerai plus, je viens de le décider.

Vérifier tout ce qu’on sait déjà… et plus encore

S’occuper, penser à autre chose, ne pas trop provoquer le destin en évitant dans des situations “à risque”… Les 2 premiers jours auront été finalement assez simple. Je suis déterminé même si un peu triste de passer à côté de multiples petits moments de plaisirs dans la journée : boire un café, me poser à la terrasse d’une brasserie et de multiples autres petites choses n’ont plus le même sens sans allumer une cigarette. Je ferai le deuil de ces petits plaisirs, ce n’est pas grave. Je n’en parle à personne, j’ai retenu autre chose de la vidéo de Laura : les autres n’aident pas. Les anciens fumeurs rappellent qu’il leur arrive encore des années plus tard d’avoir envie d’une cigarette. Les fumeurs qui ont essayé racontent leur échec. Sans malice, plus par projection d’un enjeu personne. Mais ça n’aide pas.

Le 3ème jour, je me réveille après une bonne nuit en comprenant pour la toute première fois ce que l’état de manque veut dire. Rien à voir avec cette furieuse envie de cigarette après 12h d’avion. Non, ça c’était presque fun à côté. Ce serait plus de l’ordre du cerveau qui semble vouloir exploser dans sa tête, une incapacité absolue à réfléchir, un sentiment de violence qui fait un peu peur.

Arrêter sans aucun support était quelque peu présomptueux, j’avoue mon excès de confiance. C’est à ce moment précis que mon application “Smoke Free” s’est révélée utile. En mettant en avant une série de “quick win” bénéfices santé (pouls à la normal, taux d’oxygène dans le sang, expulsion totale du monoxyde de carbone…) dès les premières heures, remis à 0 à la première cigarette fumée. La tentation de se mentir en se disant “une cigarette, ce n’est pas grave” est combattue activement. J’oublie donc immédiatement d’ouvrir le tiroir dans lequel j’ai rangé mes 3 paquets de Winston.

Je cours plutôt chez ma buraliste qui me connait assez bien, forcément, et lui demande la cigarette électronique la plus simple d’usage possible. Je me retrouve équipé de my Blu, un indice de nicotine limité à 0,8%, avec la ferme intention de ne pas me mettre à vapoter mais de continuer à arrêter de fumer avec ce support en guise de rempart à la cigarette panique. En recréant le geste mais aussi une grande partie des sensations liées au fait de fumer, ça fait complètement le job. En attendant de pouvoir faire sans.

Parmi tous les autres désagréments connus, celui de la prise de poids aura été le plus immédiat chez moi : en une semaine, sans avoir l’impression de manger tellement différemment et sans arrêter le sport, j’ai gagné un début de jolie bouée au niveau de la taille. Faire un peu attention n’étant pas dans mon caractère, j’entame immédiatement un régime “Carb Cycling” qui consiste grossièrement à pratiquer des jours sans aucun glucide (mais un quasi open bar lipidique bien sympa qui permet de vérifier que “le gras, c’est la vie”). L’impact est quasiment immédiat, la bouée diminue jusqu’à s’effacer, je peux continuer tranquillement.

Le bénéfice auquel on n’avait pas pensé

Un mois sans cigarette, c’est le retour du goût et de l’odorat, une respiration claire (après quelques jours de toux et mal de gorge), une  haleine plus sympathique au réveil, une peau qui se détend, des dents plus saines (après quelques jours de saignement de gencives), des longueurs à la piscine enchaînées sans devoir reprendre son souffle toutes les 10 minutes…

Mais le vrai bénéfice ressenti est ailleurs.

C’est pendant le Festival CANNESERIES et ses projections de plusieurs heures qu’un sentiment est apparu : celui de la liberté absolue. Finies les stratégies pour pouvoir sortir fumer une cigarette discrètement, oubliée la nervosité liée à l’impossibilité de fumer pendant un long moment (dans les transports, chez des amis…). Et soudain, on réalise à quel point la cigarette était une prison.

Ce badge du premier mois est un joli symbole de liberté.

J’ai décidé assez vite de mentionner mon arrêt de la cigarette à mes amis au fur et à mesure que je les croisais. Plus pour expliquer le vapotage probable que pour rendre visible un “combat” ou attendre une motivation. J’ai continué à profiter des bénéfices en y ajoutant la disparition de l’odeur de la cigarette dans mes vêtements et les économies réalisées avec lesquelles je m’autorise quelques “cadeaux plaisir”.

Je ne sais pas combien de temps je continuerai à compter les “jours sans cigarette”, je garde le sentiment que j’aurai vraiment gagné le jour où je ne compterai plus. Mais je commence à comprendre qu’on compte peut-être les jours sans cigarette comme on compterait des jours de liberté. Et en attendant, on est le 1er mai 2019, ça fait un mois que je ne fume plus !

4 Replies to “Free”

  1. Je vais passer pour un n00b d’Internet parce que mon emoji s’est pas affiché dans le comm’ précédent :’)
    Donc :
    bravo !

  2. avec2t (je peux t’appeler avec2t ?) : merci et personne ne te prend pour un bleu
    Gustavo : merci merci

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *