La chute du système Zemmour et Naulleau

Autant Eric Zemmour et ses provocations machistes, prétentieuses et réacs m’ont toujours ulcéré, autant j’avoue avoir été assez fan d’Eric Naulleau dans Ca balance à Paris, l’excellente émission de Paris Première qui démontre que l’exercice de la vraie critique indépendante à la télé peut se faire avec classe.

En découvrant ce soir grâce à FullHDReady sur lepost leur intervention face à Annie Lemoine hier dans On n’est pas couché chez Ruquier, je mesure à quel point ils sont pris au piège de leurs propres théories. Des certitudes que Naulleau ne cesse de défendre partout dans les médias, toujours en revendiquant sa légitimité dans son statut d’éditeur. Selon lui, la critique à la télé n’existerait pas puisque les autres ne lisent pas les livres dont ils parlent, ils auraient le courage que d’autres n’ont pas en assumant leurs critiques face à leurs victimes qu’ils n’ont pas choisies, en argumentant toujours.

Ainsi, face à Annie Lemoine venue défendre son dernier roman, les attaques fusent.

Lorsqu’il s’agit d’attaquer l’auteur, on a Zemmour : “je hais à un point inouï”, “j’ai lu mais ça a été une souffrance inouïe”, “si j’étais RC de Elle ou Marie-Claire, je l’embaucherais tout de suite” (insulte suprême probablement pour Zemmour), “faut qu’elle arrête tout”, “vous écrivez simpliste, c’est normal parce que vous pensez simpliste”… On a côté Naulleau : “vous écrivez des textes dépouillés, ça veut dire qu’on vous a tout piqué : le style, l’intrigue et le vocabulaire”, “c’est un livre qui n’est pas possible car on est en deçà de la littérature, on est dans l’indigence totale”, “tout est raté”. Le tout empaté dans un “vous êtes douce et jolie” malsain.

Que les livres de Lemoine soient appréciés d’un public féminin ? “c’est ça qui me désole” se lamente Zemmour. Pire, les lecteurs recherchent de la sensibilité ? “c’est bien ça qu’est dramatique”.

On a donc déjà atteint la zone de vulgarité suffisante avant que Naulleau ne décide de faire témoigner à chaud l’auteur qui vient de se faire découper en pièce : “moi je voudrais savoir comment vous recevez ça ?”. La moindre trace de défense dans la réponse, amenée pourtant très en douceur : “c’est vrai que vous êtes particulièrement violents”, provoque le courou des deux guignols se drapant aussitôt dans leur liberté au droit de critiquer. Parler de divergence de sensibilité n’est pas une option non plus. On revient maladroitement sur Flaubert et son exigence d’écriture. On a peur de comprendre que la réponse attendue était : c’est vrai, je suis nulle, j’arrête ce métier !

Le dernier mot revient quand même à Annie Lemoine qui, face à un Zemmour qui prétend pouvoir écrire la même chose en deux heures, défend avec élégance : “ça vous semble facile, ça veut dire que c’est réussi quelque part. Je ne me compare pas mais les gens qui disent devant la peinture minimaliste Miro et Picasso oh ça je pourrais le faire, et bien ils n’ont rien compris à la peinture”.

Je n’accorde pas un grand intérêt à Annie Lemoine ni à sa littérature mais par leur mépris et leur vulgarité, les deux polémistes ont réussi à me la rendre attachante. Je serais prêt à parier que les auteurs se bousculent chaque semaine pour passer à l’échafaud, pour cette raison, j’ai entendu de la bouche d’éditeurs que l’impact sur les ventes était flagrant. La contre-productivité de l’exercice de Naulleau et Zemmour est évidente, ils participent à un système qu’ils ne controlent absolument pas et que j’exècre. Pire, ils insultent un auteur et chacun de ses lecteurs avec une insistance qui mériterait une vraie intervention d’un Ruquier qui semble se délecter du spectacle qu’il a créé. La semaine dernière c’était Valérie Mairesse, cette semaine une autre de ses amies ? Peu importe, au bout du compte, il le sait, elles vendront plus.


Annie Lemoine vs Zemmour et Naulleau [ITV] Ruquier 140309
envoyé par peanutsie. – Futurs lauréats du Sundance.

Heureusement, le seul bon moment de l’émission, celui de Jonathan Lambert, serait compilé dans le DVD de l’humoriste qui vient de sortir. On va pouvoir s’épargner tranquillement cet amas de prétention ridicule qui l’entoure.

15 Replies to “La chute du système Zemmour et Naulleau”

  1. Je pense qu’ils font parti du peu de personnalités qui osent donner leur avis sur une œuvre, non ?
    J’ai horreur de l’hypocrisie et dans le genre “Grand Journal”, “journaux TV”, il n’y pas de lèche.
    Par contre je peux très bien comprendre que l’on aime ou pas Zemmour et Naulleau 😉

  2. Ca c’est très exactement le système de défense que je récuse. Encore une fois, l’exercice est réalisé très élégamment chaque semaine chez Pierre Lescure dans Ca balance à Paris. Je défend la liberté d’indépendance, de goût aussi, je ne vois pas en quoi ça devrait passer par une violence verbale. Qu’est-ce qui pourrait excuser ça ?

  3. Tant que ça fait vendre… Et Dieu sait que la polémique et la critique violente fait tout aussi vendre que la flatterie à outrance. Regarde Guillon dans un registre pas si éloigné, malgré les vacheries qu’il a pu dire sur Canal (notamment contre Sophie Davant) et celles qu’il a balancé récemment sur DSK, Apathie & co, il n’a jamais été aussi populaire. Il faudrait juste vérifier l’impact sur son compte en banque et/ou celui des personnes démontées en kit, mais j’imagine que tout le monde gagne au change.

  4. Bonjour,
    je ne sais pas ce que tu as contre ces 2 lascars la, mais vu le nombres d’attaques que tu leur portes je me dois de réagir. En effet, il est facile de critiquer ici bas dans l’ombre. Autant je n’adhère pas forcément aux opinions politiques de ces 2 la, ou même les idées exposées ; autant je trouve leurs critiques toujours directes et bien menées. Elles vont la ou ça fait mal, exactement comme une critique doit le faire.
    Il faudrait peut être relire la définition de critique? Car le but premier est bien de donner les points négatifs, et non faire une éloge. D’accord, on peut aussi féliciter, expliquer ce qui est bon. Et ils le font … lorsque cela le mérite.
    Le problème est je pense, que dans cette société, plus personne n’accepte la critique ; tout il est beau tout il est bien, puis point barre. Non, non et non. Il faut se remettre en question, c’est la seule manière d’avancer correctement. Zemmour et Naulleau font partis de ceux qui font avancer. Des critiques comme on en fait plus. Et oui, maintenant les critiques ne sont pas…critiques. Ils se contentent d’approuver, relevant quelques points noirs par çi par la, puis fin. De toute façon la plupart sont achetés a l’avance, comme cela se fait beaucoup aujourd’hui, la blogosphère est un superbe exemple. Sur ce je retourne en veille…
    Bien cordialement

  5. Débile ce titre !
    Zemmour et Naulleau ont été comme d’habitude excellents.
    C’est une honte de voir des pseudo-journalistes comme Lemoine profiter de leur notoriété acquise à la TV pour sortir des bouses pareilles !
    Merci Zemmour d’avoir ridiculisé cette usurpatrice !

  6. Ben tu vois, tu as su retrouver la partie Jan Birkin de ton titre 🙂
    (c’est devenu le saloon en vue ici dis donc)

  7. @ cc : au début, je pensais comme toi… Et puis au fil des émissions, je me suis rendu compte que les soi-disante critique ne se transformaient finalement qu’en boucheries. Si on peut trouver quelques arguments de fond, tout cela est noyé dans une forme ignoble où ils tentent de rivaliser en remarques blessantes, limite insultantes. Il est possible de critiquer sans pour autant être irrespectueux.
    Quand je vois Naullau et Zemmour, je vois deux péteux qui dégusteraient du foie gras et des huitres en vomissant leur fiel sur tous ceux qui apprécient le steak frite.
    Concernant Naullau, ses argumentations sont généralement totalement vides hors de la littérature. Je trouve les questions de Zemmour nettement plus pertinentes lorsqu’il s’agit de politique ou d’économie. Pourtant, je suis loin d’être fan de ses idées réacs.

  8. @Couloug
    Tout a fait d’accord quand à Zemmour. Cela n’empêche pas de ne pas adhérer a toutes les idées ou au moins de les pondérer (waouh, on refais des maths…). Et je crois qu’il est efficace aussi, sur les critiques de bouquins se voulant “historique” ou “politique”. C’est la que j’aime, quand ça casse bien, lorsque l’auteur se retrouve confronté a des absurdités qu’il a écrite, méchament soulevé… Bien sur il ne faut pas prendre pour comptant toutes les attaques, et faire la part des choses. C’est comme pour toute critique (du moins, ce qui devrait être une critique) il y a du bon, et du moins bon. Sans compter l’attachement plus ou moindre qu’on a pour l’auteur et tout ce qu’il s’en suit.
    Pour moi, j’y trouve un certains compte, cela permet de me faire une idée (au moins générale) et de faire le discernement sur ce qui est plutôt vrai ou pas.
    Mais de toute façon, je considère que toute critique n’est pas objective, tant nous n’avons pas la même culture, les mêmes horizons ou ni même éducation… Il faut donc faire le trie et garder que le bon de ce qui est dit de tout bord. Les 2 Eric sont un peu extremiste certes, mais il y a du bon (et pas qu’un peut a mon avis…).

    Enfin, je vais modérer mon avis, afin d’éviter la catégorisation ou les hurlements au défenseur de “boucheries” : premièrement, je n’ai pas regarder “On est pas couché” depuis maintenant 1 an il me semble (et oui, pas le temps…) ; et en second, je fut élevé dans l’optique même de la critique : mon père ne faisait que me critiquer sous prétexte de faire avancer les choses (et je soupsconne que cela a plutôt bien marché, du moins je le pense…

    Je m’en vais donc suivre un peu plus cette émission, et si besoin est changerais d’avis (oui, il n’y a que les c** qui ne change pas d’avis si si!), car eux ont peut-être bien changé par contre!

  9. Très bon billet auquel j’adhère totalement après avoir visionné la vidéo : quelque soit le fond la forme n’est pas digne.

  10. Sincèrement l’attitude de Naulleau et Zemmour est pitoyable, à mon gout.
    Qu’ils n’aient pas aimer le livre de Annie Lemoine (que je n’ai pas lu), c’est leur droit le plus absolue.
    Mais qu’ils transforme ça en “C’est nul à chier” (car en gros c’est ce qu’ils disent), c’est vraiment débile de leur part. Ils en font une généralité qui casse leur crédibilité de critique. Et le fait qu’ils fassent ça (surtout Zemmour) avec une telle violence et une telle vulgarité, c’est pitoyable.
    “Mais moi un roman comme ça je vous l’écrit en 2h”. J’aimerai bien l’y voir le ptit coco. Il se croit supérieur, et à partir de là jamais il pourrait être objectif.
    Enfin c’est juste mon avis hein..

  11. Enfin, il faut reconnaitre quand même, que dans ce cas précis même si ils cassent très fort (un peu trop certes, je l’admet) on ne leur laisse pas trop le temps de s’exprimer et de surcroit Annie Lemoine est bien plus que médiocre.
    je rejoindrais donc bien Carly, sur cette critique, au moins….

  12. Oh, tu es tombé su rle fan club de Naulleau et Zemmour, dis donc. Je ne regarde pas cette émission car à chaque fois, elle m’énerve. Sur le fond, une émission qui sort des hagiographies permanentes à la Foucault ou Drucker, je dis oui mais là, le résultat est navrant.

    Zemmour et Naulleau sont tellement dans leur rôle de bourreau que je les soupçonne de se vautrer dans la mauvaise foi pour pouvoir être dans la contradiction. Il n’y a aucune honnêteté intellectuelle là dedans, aucun esprit réellement critique. Ce n’est pas constructif, purement destructeur.

    Et Ruquier qui semble au bord de l’orgasme à chaque fois… Ouais, non, sans moi.

  13. :mrgreen: j’aime bien les critiques constructives, mais Zémour et Naulleau ras le bol, si ils tombent sur une personnalité importante c’est des péteux et quelqu’un comme Claire Keim haro!! on dirait des gamins dans une cour de récréation, faire pleurer la fille, je pense qu’avec des textes similaires et une voix idem, ils n’auraient pas osés critiquer Paradis (je précise que je ne suis pas une fan de Clkaire keim) mais le procédé petits messieurs, je pense que comme moi certaines personnes sapent quand on voit vos bobines!!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  14. Moi, j’en ai surtout marre de la critique mainstream qui se garde toujours de dire du mal même si le produit est nul.
    Dans ce genre d’échange, Zemmour et Naulleau sont là pour taper et le candidat est consentant. Il sait forcément à quoi s’attendre et il a tous les moyens de répondre.
    OK, le verbe est parfois haut. Tant pis. Dans la vraie vie, on prend rarement des chemins de traverse pour dire j’aime, ou j’aime pas. Surtout quand on a peu de temps pour le faire.

  15. [Système Zemmour et Naulleau on] Sous prétexte que Drucker et Denisot font de la lèche, on devrait accepter l’extrême opposé avec agressivité et vulgarité intégrée ? [Système Zemmour et Naulleau off].
    Voir leur attitude encore samedi face à Claire Keim (qui ne m’intéresse pas plus que Lemoine) sur un sujet pour lequel ils n’ont absolument aucune légitimité supérieure à n’importe quel citoyen me donne encore une fois envie d’écouter le disque pour me faire ma propre opinion.
    Alex, “dans la vraie vie”, heureusement que personne ne fonctionne sur ce mode là, on vivrait dans un champ de bataille.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *