L’événement Prison Break

Prison Break 2

Ce sera l’un des événements de la rentrée en matière de série : Prison Break débarque sur M6 chaque jeudi en prime time à partir du 31 août à raison de 3 épisodes par semaine. Soit quasiment 1 an jour pour jour après sa première diffusion aux Etats-Unis sur le réseau Fox le 29 août 2005 et 10 jours après le lancement de la saison 2 aux Etats-Unis dès le 21 août. La première saison compte 22 épisodes alors que 13 étaient initialement prévus.

Prison Break 1Prison Break fait partie de ses séries dont la qualité ne réside pas dans l’originalité du scénario : le frère d’un homme injustement condamné à mort pour meurtre provoque volontairement sa propre incarcération pour organiser leur évasion de la prison ultra sécurisée River Fox.

L’épisode pilote soulève du coup bon nombre d’inquiétudes chez le téléspectateurs : la comparaison avec Oz est immédiate et forcément déceptive. Comment une série tout public conçue pour le prime time pourrait-elle rivaliser avec le réalisme et la violence de la géniale création d’HBO, réseau cablé qui peut se permettre nettement plus de liberté.

Il faut attendre la fin de l’épisode pilote pour commencer à identifier quelques-uns des secrets qui font de Prison Break un immanquable : la série construit sa mythologie autour de révélations, coups de théatre et retournements de situation, en égrennant des pistes et des indices dans chacun des épisodes : chaque détail compte et jouera son rôle dans l’intrigue. Et surtout, les scénaristes réussissent le tour de force de ne rien laisser de côté et de répondre à l’ensemble des questions soulevées au cours de la saison 1, sans atténuer l’attrait pour une deuxième saison. On est loin de X Files ou plus récemment Lost dont les mystères trouvent leurs dénouements avec une telle parcimonie qu’ils finissent par lasser. Autre tour de force : alors que la série devait s’arrêter après 13 épisodes, 9 épisodes supplémentaires ont été commandés par la Fox, ce qui aurait pu provoquer un étirement en longueur des intrigues : il n’en est rien bien au contraire, la deuxième moitié de la saison s’avère encore meilleure que la première !

Dans ce contexte, difficile d’en dire plus sur l’histoire sans risquer un spoiler (révélation avant diffusion) et gacher le plaisir de tous ceux en France qui liront ces lignes. Il n’y aura donc aucune révélation ici, attention par contre aux liens qui risquent de vous exposer à trop d’informations. Néanmoins, en tentant d’analyser les multiples forces de la série (le casting, la mythologie) et les quelques défauts (si il y en a) ainsi que de s’intéresser à l’envers du décor (l’origine, le succès…) et la diffusion en France dans la suite de cette note, la surprise risque d’être atténuée. Donc à ceux qui me font confiance en matière de série : foncez les yeux fermés ! Pour les autres, je vous invite à la découverte des secrets de Prison Break.

  • L’origine et les coulisses

Longtemps refusée par les networks, la série est l’oeuvre de Paul T Scheuring. Elle bénéfie pendant les 10 premiers épisodes de l’appui de Marti Noxon, productrice bien connue qui a notamment fait ses armes avec Joss Whedon sur Buffy et les vampires. La Fox n’a cependant commandé que 13 épisodes diffusés d’août à novembre avant de compléter avec 9 épisodes diffusés à partir du mois de mars soit un break de 4 mois qui explique en grande partie le contenu de l’épisode 13.

  • Un casting parfait

Si Dominic Purcell était l’acteur le plus connu parmi les premiers rôles (notamment grâce à son leading rôle dans la série John Doe), c’est Wentworth Miller qui est immédiatement devenu la star incontournable de la dernière saison télé aux US. Après des débuts de mannequins, Wentworth a enchaîné les petits rôle (dont celui d’un nageur qui se transformati en monstre dans un épisode de Byffy, encore), il a décroché un rôle auquel il apporte un charisme incroyable. Les réalisateurs s’amusent visiblement de ses yeux bleus parfaits (gros plans en pagaille) dont l’acteur se sert pour exprimer à merveille un état : la détermination. L’alliance d’un physique juvénile avec un regard d’une telle maturité sied parfaitement au personnage. La voix de Scofield/Miller détonne également par sa gravité, voir la façon dont il prononce la réplique déjà culte qui clôt la première saison “now we run”.

Prison Break Wentworth Miller 3Prison break Wentworth Miller 4Prison break Wentworth Miller 5Prison Break Wentworth Miller 6Prison Break Wentworth Miller

Si les deux acteurs principaux sont anglais, le reste du casting est américain pur souche à l’exception d’un suédois et surtout d’un portoricain. A noter Stacy Keach (Mike Hammer) dans le rôle du boss de la prison et quelques guests en cours de saison dont je ne peux pas parler sans révéler des secrets de l’intrigue. Cliquer sur la photo pour accéder à la fiche Wikipédia de quelques-une des principaux rôles.

Prison Break Dominic PurcellPrison Break Wentworth Miller 2Prison break Robin TunneyPrison Break Sarah Wayne CalliesPrison Break 3Prison Break 4

  • La mythologie

La vraie dimension mythologique est finalement plus proche de celle de 24 heures chrono que d’Oz. Car derrière les mystères se cache un complot sur fond de politique et quelques surprises de taille. Mais c’est aussi la capacité des scénaristes à supprimer des personnages clés par surprise et à assurer 21 cliffhangers (fins d’épisodes en plein milieu d’un suspens) réussis.Ce sont enfin des gimmicks, par exemples ces objets qu’ont retrouve au fil des épisodes tels les canards en papier qui aideront le héros à plusieurs reprises.

  • La comparaison avec Oz

Sur les 22 épisodes, la série tient finalement pas si mal que ça la comparaison. Tout y est plus suggéré (sauf dans le dernier épisode qui en montre un peu plus dans la violence) mais les jeux de regard et les contre-champs suffisent à plonger dans la violence physique et sexuelle propre à l’univers carcéral. Et ça n’empêche pas la série de s’affirmer comme une violente charge contre la peine de mort. Alors que, ironie du sort, la réseau Fox est la propriété de Murdoch, l’empire média de Rupert Murdoch bien connu pour ses positions conservatrices…

  • Les défauts

La crédibilité des situations n’est pas toujours optimale. Difficile de croire par exemple à certains moments de “liberté” des prisonniers pour échaffauder leurs plans. Les premiers épisodes sont moins forts que les suivants mais est-ce réellement un défaut ? Il est vrai que les gentils sont très gentil, les méchants très méchant, mais certains gentils sont en fait des méchants et inversement donc l’ensemble n’est finalement pas si manichéen qu’il n’y paraît.

  • Le succès

Avec plus de 10 millions de téléspectateurs américain dès le premier épisode, Prison Break est un carton absolu qui se réplique dans tous les pays où la série est diffusée. Le succès de la première saison a été tel qu’elle a fait l’objet de mobisodes développés exclusivement pour téléphone mobile et sponsorisés par Toyota qui les propose d’ailleurs sur son site avec des histoires parallèles plutôt bien intégrées à la série d’origine mais avec un casting et des personnages spécifiques.

  • Diffusion en France

M6 a décidé de diffuser les épisodes en prime time par groupe de 3 épisodes, ce qui correspond bien aux habitudes désormais acquises par les téléspectateurs français (voir la stabilité de Grey’s Anatomy jusqu’à la fin du troisième épisode malgré sa diffusion en night time). Evidemment, le doublage risque de ne pas aider (que vont-ils faire du portoricain ?). Un signal inquiétant : le choix de M6 de proposer un générique en français, intitulé “Pas le temps” par le rappeur Faf Larage, qui me paraît nettement moins bien que l’original. Comparez les 2 avec le générique original et le clip de la version française.

  • Une sortie en DVD événementielle le 8 août dernier

Elle est accompagnée d’un site avec jeux, downloads, infos exclusives, communautés. A ne pas manquer en cliquant sur la bannière ci-dessous.

Pour les informations complémentaires, une fois de plus, Wikipédia version US fait plutôt bien le boulot mais attention donc aux spoilers.

Des multiples sites américains et francophones existent d’ores et déjà sur la série, ma sélection : le site officiel de la Fox, Fox-river (francophone),  le site de la deuxième saison dès le 21 août, Prison-Break (France).

Exclusivement pour ceux qui ont déjà vu la première saison, voir un “first look” sur la sain 2. Un dernier cadeau : l’interview des 2 principaux acteurs concernant le casting de Prison Break.


Cast Prison Break
Vidéo envoyée par PRland

Et un grand merci à Charles pour m’avoir permis de profiter de l’intégrale de la 1ère saison.

14 Replies to “L’événement Prison Break”

  1. A la vision du clip d’M6, j’ai peur d’un doublage “weshisant”. Pourquoi en France, prison = banlieue ? c’est assez énervant/inquiétant je trouve.

    A voir la promo de DH saison 3 sur mon blog 😉

  2. Folie Privée >>> j’espere que tu dors un peu quand même 😉

    Ariel >>> tu vas quand même la regarder doublé en Français cette série ??? (beurkkk)

    Tybo >>> Tant qu’il y aura du rap markété pour faire comme aux states : Rap = Gansta, nous sommes sur de voir des chaines poubelles / occupation du temps de cerveau disponible, nous ballancer du stéréotype ;(

    Mry >>> Tu as déjà fait de la tôle aux states ??
    à ce qu’il parrait, c’est pas Disneyland 😉
    Bon, ils sourient pas mal dans la série, il y a beaucoup d’humour.

  3. Folie Privée > c’est vrai que OZ, des fois, avec tout ce sang qui gicle, ça coupe un peu la faim…

  4. Donc si j’ai bien compris pour ne pas faire rager ceux qui ne connaissent pas encore la série et vont la suivre avec ardeur on ne peut pas dire que……. et que…. et que……… et que….incroyable….. et que…
    bon j’arrête!
    En tout cas deux choses sont sûres : cette série est excellente (foi de seriaholic) et le doublage français est vraiment mauvais (oups! avais-je le droit de le dire ça? :))

  5. Leila > je redoute le pire pour le doublage
    Charles > Ca c’est du spoiler, y a le résumé de toute la saison 1 dans tes 5 premières minutes ! J’ai pas pleuré sur le 1er de la saison 2 mais n’empêche, ça déchire (et en effet, il y a au moins une grosse surprise !)

  6. Vraiment bien la série, j’voulais bloggué dessus mais tu l’a fait avant alors flemme 🙂

    J’attends vite la saison 2

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *